Céline FOULON : Encres funèbres

Céline FOULON - Encres funèbres

Présentation Éditeur

Longtemps réservé aux marginaux, le tatouage est de nos jours démocratisé et arboré par un large public. La mort quant à elle est aujourd’hui porteuse d’un paradoxe puisqu’elle est partout visible mais nulle part présente. Ces deux phénomènes ont entretenu à travers les âges un dialogue ininterrompu démontrant une continuité entre « la Mort » et ses représentations. Il convient alors de s’interroger : « Et si le tatouage était un rite funéraire à part entière ? ».

Comme tous les grands mystères de l’univers, la mort fascine.

Toutes ces personnifications et figurations de la mort présentent dans l’art se retrouveront dans le catalogue du tatouage moderne : crâne, squelette, faucheuse, etc…

Ces talismans indélébiles apaisant les dieux et repoussant le spectre des caprices de l’existence humaine prennent donc différentes à travers les cultures et le monde.

« Un homme sans tatouage est invisible des dieux » proverbe Iban.

Chez les sioux, une légende raconte qu’après la mort, l’esprit du guerrier entame un voyage sur un cheval fantôme pour traverser les nombreuses étapes de l’après-vie. Sur son chemin il va rencontrer une vieille femme qui lui barrera la route en demandant à voir ses tatouages. Si le guerrier n’en possède pas il est renvoyé dans le monde des vivant où il est condamné à rester une âme errante.

Dans la région du bengal, les hindous se font tatouer pour qu’une fois mort, ils soient reconnaissables par leurs ancêtres et que ceux-ci les acceptent dans l’autre monde.

Sont abordées aussi la question du rôle du tatouage dans le deuil et celle du devenir du tatouage après la mort.

Origine Flag-FRANCE
Éditions Fage
Date 2 décembre 2022
Pages 96
ISBN 9782849757369
Prix 11,80 €
Commander

L'avis de Stanislas Petrosky

Le tatouage, longtemps réservé aux marginaux, comme l’on dit, se démocratise de plus en plus. De nos jours, c’est la personne non tatouée qui se fera remarquer, une peau vierge de dermographe est devenue rare.

Mais qu’en est-il du tatouage et du deuil ?

Et si le tatouage avait son rôle à jouer dans les rites funéraires ?

Céline Foulon s’interroge et questionne des tatoués et des tatoueurs sur le sujet.

Des témoignages et avis qui prouvent que chacun de nous traverse les étapes du deuil différemment et que oui, le tatouage peut véritablement aider.

Un ouvrage fort intéressant, une fois de plus, dans la collection Dilaceratio Corporis.

News

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.
Stanislas PETROSKY
Stanislas PETROSKY
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.