Anaïs MAQUINÉ-DENECKER : La clé

Anaïs MAQUINÉ-DENECKER : La clé
[amazon asin=2848114398&template=image&title=-]

Présentation Éditeur

Cette fille a beaucoup d’adversaires, mais sa pire ennemie, c’est sans doute elle-même… » Disparition volontaire, suicide, meurtre : pourquoi Emma, 32 ans, ne donne-t-elle plus aucun signe de vie depuis une semaine ? Une situation d’autant plus inexplicable qu’elle menait jusqu’alors une existence sans histoire dans la magnifique station balnéaire de Deauville. Architecte d’intérieur et fille d’un célèbre propriétaire de chevaux de courses, mariée à l’historien américain Noah Clinton, elle venait de mettre au monde leur premier enfant. Et si l’enquête sur sa disparition révélait une personnalité bien plus complexe qu’il n’y paraît ? Secrets de famille, névroses, querelles intestines, la vérité est rarement là où on l’attend…

Origine Flag-FRANCE
Éditions des Falaises
Date 7 février 2020
Pages 187
ISBN 9782848114392
Prix 15,00 €

L'avis de Stanislas PETROSKY

En cette période bien sombre pour la littérature, fin 2020, où les salons et autres festivités autour du livre sont annulés les unes après les autres, je me réjouissais d’aller à cette rencontre dans les terres honfleuroises.

C’est là que j’ai rencontré Anaïs, consœur polardeuse, qui m’a tellement bien causé de son livre, que nous avons fait un échange de bouquin.

C’est ainsi que La clé s’est retrouvé entre mes pognes si douces.

Une belle découverte, une écriture que l’on pourrait comparer à celle d’Agatha Christie, ou de Simenon. Pas d’effet de manche dans la violence, le gore, pas de scène de sexe un peu trashouille, non, juste des gens, comme toi et moi, enfin surtout comme toi.

L’auteure prouve deux choses par son roman policier :

La première, nul besoin d’avoir des morts horribles à la pelle pour faire un bon polar, une « simple » disparition suffi.

La seconde, moins de deux cents pages suffisent pour faire un bon roman, aller directement au but, ne pas s’encombre de superflu.

Dans ce roman, on cherche Emma. Emma, qui a logiquement tout pour être heureuse disparaît du jour au lendemain.

A-t-elle été enlevée, assassinée, s’est-elle suicidée, ou a-t-elle simplement décidé de refaire sa vie loin de ceux qui l’aiment ?

Bien sûr, ces gens-là, sa famille principalement, ne sont pas tout blanc, ce qui permet à Maniqué-Denecker de brouiller les pistes, jouer avec son lectorat, pour qu’il ne trouve « la clé » de cette disparition qu’à la toute fin du livre…

Il est à noter que cette fiction est tirée d’un véritable fait divers, qui s’est déroulé dans l’Est de France, et qui est transposé, et romancé, en Normandie.

Une balade normande, du côté de Deauville, avec une petite incursion dans le monde hippique fort agréable.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

News

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.
Stanislas PETROSKY
Stanislas PETROSKY
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.