Alexis AUBENQUE : Les disparues de Louisiane

0
515
France

INFOS ÉDITEUR

alexis aubenque-les-disparues-de-louisiane

Parution aux éditions du Toucan en Juin 2014

En ce début des années 60, Alan Swift, détective privé installé à Belle-Town le joyau de la Louisiane, est perplexe quand un jeune homme vient lui demander de retrouver la jeune fille qui fut son premier amour. Une simple affaire de cœur ou plus que cela ?

Swift se pose bien des questions, surtout quand rentre dans sa vie Nathalie Caroll, une jeune journaliste fraîchement revenue de New-York, qui vient d’intégrer l’équipe du Belle-Town News, le grand quotidien de la ville. Elle enquête de son côté sur la mort de Julia Sands, une prostituée poignardée à mort.

Issue de la bonne société, Nathalie a passé son existence dans le grand monde. Elle est tout l’opposé de Swift, orphelin habitué à la violence urbaine, qui ne se sent à l’aise que dans les bas-fonds de Belle-Town.

Et pourtant, le destin va les contraindre à travailler ensemble.

Leur enquête va les amener à comprendre que dans la région du Mississippi, rien n’est aussi simple que les faits le laissent croire et ils découvriront des ramifications qu’ils n’auraient jamais pu soupçonner, même dans leurs pires cauchemars.

(Source : Toucan – Pages : 400 – ISBN : 9782810005864 – Prix : 8,90 €)

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Deux morts suspectes…

Un climat orageux et lourd dans la Louisiane des années 60,

Un détective endetté qui veut faire le boulot qu’on lui a demandé,

et une journaliste prête à tout pour réussir dans son métier…

Dans un contexte très particulier et très tendu qu’est celui de l’Amérique des années 60 et plus particulièrement en Louisiane, Alexis Aubenque nous invite à suivre l’enquête de Alan Swift détective privé, un peu escroc sur les bords, mais respectueux quand même de faire le travail qu’on lui demande, et qui va mener son investigation en recherchant une jeune femme noire qui fut amoureuse d’un homme blanc, et qui n’a plus donné de nouvelles à son fiancé. Celui ci engage le détective pour la retrouver.

Et Alan Swift ne va pas être au bout de ses surprises…

Pendant ce temps, la police retrouve une jeune femme noire, poignardée à mort dans une sombre ruelle…

Une enquête que le détective va mener avec l’aide d’une journaliste, appelée Carol Perry, qui revient sur les terres de son enfance, après une belle escapade à New York.

Désireuse de se faire une belle place dans le journal que appartient à son père, elle va malgré elle, donner un coup de main au détective pour dénouer cette affaire de disparition qui va les mener là où ne s’y attendait pas.

Le romancier français, après la publication du 3e tome de la trilogie « Seattle » avec le flic Mike Hogan, revient comme l’été dernier, avec un one-shot bien savoureux : Loin de l’atmosphère sombre des polars de ses deux trilogies, Alexis Aubenque nous fait faire un bond dans l’Amérique des sixties, à une époque où régnait un climat extrêmement tendu, que ce soit en politique, avec un racisme bien présent, et la prolifération des groupes d’extrême droite…

Plongeant avec délice dans cette atmosphère qu’est la Louisiane et avec l’aide de ses deux héros bien attachants et une bonne galerie de seconds couteaux, l’auteur de polars français nous convie à une enquête palpitante, riche en rebondissements, le tout dans une atmosphère malgré tout détendue, l’humour faisant la part belle de l’histoire et avec des dialogues fort sympathiques, qui permettent de donner à cette lecture, un ensemble de moments fort agréables.

Les deux personnages principaux sont extrêmement sympas à suivre tout au long de cette lecture, on apprend à les connaitre au fur et à mesure de l’histoire, Alexis Aubenque nous réservant tout au long de son roman, moult révélations et anecdotes sur chacun d’eux.

C’est donc avec un réel plaisir que j’ai apprécié cette lecture : de bons personnages, une histoire certes classique mais efficace, une atmosphère lourde comme la chaleur du sud des états unis mais en même temps, légère comme une petite brise : que demander de plus ?

Il est certain que l’on pourrait regretter un petit manque de sensations extrêmes mais justement c’est ce qui fait la qualité de l’écriture de ces one-shot de la part de l’écrivain français… Cela permet de mieux apprécier la plume de l’auteur qui sait jouer sur les deux tableaux, en alternant atmosphère sombre et plus légère.

Vous l’aurez compris, le dernier roman d’Alexis Aubenque est un petit bonheur de lecture…

Du polar certes mais pas que…

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.