Olivier NOREK : Surtensions

1
1313
France

Roman électrisant que vous ne pourrez pas lâcher, qui va vous émouvoir, jusqu’à son final qui va vous couper le souffle.

INFOS ÉDITEUR

surtensions - Olivier NorekParution aux éditions Michel LAFON en mars 2016

Parution aux éditions Pocket en mars 2017

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu’on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels ? un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur ? se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ? Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance…

Olivier Norek pousse ses personnages jusqu’à leur point de rupture. Et lorsqu’on menace un membre de son équipe, Coste embrasse ses démons.

(Source : Michel Lafon – Pages : .. – ISBN : 9782749928166 – Prix : 19,95 €)

Surtensions

L’AVIS DE LUCIE MERVAL

Après « Code 93 » et « Territoires », Olivier Norek clôt en apothéose la trilogie du capitaine Coste et de son équipe.

Le prologue déroutant nous met directement en état de choc. On comprend dès le début du livre qu’on va être secoué dans tous les sens…

Une construction en plusieurs parties dont une très forte en milieu carcéral à la découverte de cinq détenus tous condamnés pour des peines différentes. Observation du monde carcéral avec la difficulté pour les nouveaux gardiens de gérer les débordements, constat de l’état de délabrement des prisons et de l’inhumanité qui règne, l’isolement où tout homme pourrait perdre la raison, les psy qui se transforment en dealers… Et l’espoir qui peut rendre fou…

Quel lien avec l’enquête menée par Coste et son équipe ? L’intrigue comme un puzzle devient compréhensible à la fin et je peux vous dire que nos nerfs sont mis à rude épreuve…

Parfois, Olivier Norek nous offre de courts moments de répit au milieu de toute cette noirceur. Instants de tendresse, de complicité entre les membres de l’équipe, un homme et une femme, une famille… Compter pour quelqu’un. Être là. Parfois jusqu’en enfer.

On retrouve aussi quelques touches d’humour. Toujours ces vannes entre collègues, des hommages au cinéma qui font sourire.

Olivier Norek va plus loin dans les thèmes abordés : rôle des avocats, protection des scellés, pédophilie, quelques pics envers des propos politiques…

Du côté des personnages, certains commettent parfois des actes répréhensibles par amour, d’autres s’égarent, affrontent leurs démons, rêvent d’ailleurs, de sérénité, de lumière…

Je vous laisse découvrir ce roman électrisant que vous ne pourrez pas lâcher, qui va vous émouvoir, jusqu’à son final qui va vous couper le souffle.

Une bombe littéraire d’action, de tension et d’émotions !

Un gros coup de cœur !!!


L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Olivier Norek, flic de profession, nous revient avec un troisième roman. Et c’est encore une fois un très bon cru, ou devrais je dire un meilleur cru.

A l’image des couvertures de ses romans qui se bonifient au fil de ses trois parutions, le nouveau polar du romancier français atteint cette fois ci, un nouveau degré dans l’excellence !

Avec un sujet que l’on pourrait juger certes classique (la tentative de faire évader un proche de prison et une séquestration qui tourne mal) Olivier Norek plonge une fois encore le capitaine Victor Coste et toute son équipe au sein d’une enquête sous tension. Une tension de tous les instants, palpable à chaque coin de page tourné au cours d’une lecture addictive. Une enquête plus que difficile, menée tambour battant et empli d’une nervosité incroyable. Chaque personnage de ce nouveau polar, que ce soit parmi les méchants ou les gentils, apporte sa pierre angulaire à la trame de ce récit, construit de façon originale.

Commençant par une incursion très réaliste au sein de l’univers carcéral, Olivier Norek va mettre en valeur et avec une grande démonstration, les personnages secondaires mais que l’on peut considérer presque comme les principaux « héros » de ce polar. Des personnages de méchants forts bien écrits qui « volent » presque la vedette à Coste et son équipe, tout au long de ce récit trépidant. Une mise en retrait de la part de l’auteur qui en aucun cas, ne fait ombrage pour autant au capitaine Coste qui doit toujours se débattre dans ses problèmes d’ordre privé (et aussi dans ceux de ses collègues de boulot). Devant surfer sur tous les plans, Coste va avoir fort à faire dans cette enquête difficile et prendre des décisions qui vont bouleverser sa vie et celle de ses coéquipiers.

Olivier Norek confirme avec ce troisième roman, un indéniable talent pour nous composer un récit à l’écriture trépidante et nerveuse. Dès « Code 93 », l’auteur met tout son talent (et son parcours bien sûr, y est pour beaucoup) pour nous plonger dans les arcanes d’une enquête policière, avec beaucoup de réalisme.

Un troisième roman récompensé par le prix du « Polar européen 2016 » acquis lors de la dernière édition des « Quais du polar 2016 » à Lyon en avril dernier et qui confirme son talent qui n’a cessé de grandir depuis son premier polar.

De part certains aspects de son écriture, Olivier Norek fait partie de ces auteurs qui oeuvrent dans le polar et qui savent mélanger avec talent, le côté « enquête » mais sans oublier le côté humain de ses personnages.

Si vous aimez le genre, n’hésitez pas ! Plongez dans cette enquête et assistez au fil des pages de ce nouveau polar mené tambour battant, à la nouvelle aventure du capitaine Coste et de son équipe.


L’AVIS DE PIERRE-MARC PANIGONI

J’avais découvert Olivier Norek avec « Territoires » puis « Code 93 » (oui pour une fois je n’ai respecté l’ordre des livres…j’ai honte…ou pas) et il m’avait plus. J’attendais beaucoup de ce 3eme opus. Allait-il être du même niveau ? Allait-il confirmer ?

Tout commence avec Nino, petit braqueur sans envergure, qui se fait maltraiter en prison. Sa sœur impuissante devant cela décide d’accepter le deal de son avocat véreux et d’aller braquer le dépôt des scellés au tribunal.
En parallèle Coste et son équipe se retrouvent sur une affaire d’enlèvement qui va le plomber, peut-être l’enquête de trop pour lui ?

C’est donc avec envie que je débute ce roman. Dès le départ nous sommes mis au parfum : nous savons que la fin sera sombre et que le récit ne sera pas de tout repos.
Pas de tout repos, c’est des termes bien choisis, car le rythme de ce roman est élevé, pas de temps mort, même si nous partageons les états d’âme de Victor Coste qui affronte ses démons tout en tentant de sauver son équipe…à moins que se ne soit le contraire en fin de compte.

Cette équipe justement est un point essentiel aux rouages du récit. Ils ne forment qu’un et sont plusieurs. Même si Coste ressort de par son poste, tous sont valorisés et mis en avant. C’est plutôt agréable je dois dire. D’autant plus que les membres de l’équipe évoluent encore. Leur dimension psychologique a été beaucoup mieux travaillée dans cet opus par rapport aux précédents. En effet, nous avons affaire à des flics qui en sont que des hommes et des femmes sensibles, fragiles et torturés par tout ce qu’ils voient et ce qu’ils vivent.  Cela donne une force supplémentaire à ce roman.

Avant de parler des personnages, j’évoquais le fait que le récit n’était pas de tout repos. J’y reviens maintenant, car tient essentiellement de l’intrigue que je n’ai pas encore abordée.
Ce n’est pas une intrigue, mais des intrigues qui croiseront à terme, comme c’est très souvent le cas dans ce genre scénarii.
Nous oscillons sans cesse entre le milieu carcéral, et ce là aussi avec des intrigues croisées sur tout le roman, entre la vie de commissariat lors d’un changement de chef, et entre le milieu du banditisme et de la prise d’otage. Tout cela se tient et est plus ou moins crédible. Peux être que l’auteur en fait un peu trop en cédant quelques fois à la facilité…mais c’est sans doute mon côté tatillon qui parle là…

Par contre, il nous faudra éclaircir le mystère Norek : que s’est-il passé un jour entre Olivier Norek et les chats ? Le félin de cet opus s’en tire bien mieux que dans « Territoires », mais ceci m’intrigue et je crois que je ne suis pas le seul…

Pour finir, je dirais simplement qu’Olivier Norek a fait mouche avec ce 3eme volume des aventures de Coste. Cependant, j’aimerai le voir évoluer sans Coste et son équipe dans un prochain volume, car il risque de se piéger avec ses protagonistes et ça ce n’est pas souhaitable. Enfin, bref revenons-en à « Surtensions » avec lequel j’ai passé un très bon moment, et qu’il vous faut lire, surtout si vous avez lu les précédents opus.

Sponsor

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici