Raphaël CARDETTI : Le Paradoxe de Vasalis

8
245
France

INFOS ÉDITEUR

Raphael CARDETTI - Le Paradoxe de Vasalis
PARADOXE DE VASALIS

Parution aux éditions Fleuve Noir en février 2009

Parution aux éditions Pocket en février 2010

Parution en anglais aux éditions Abacus le 06 mai 2010

La fondation Elias Stern, ses chefs-d’oeuvre et ses secrets, vous ouvre ses portes…

Depuis qu’elle a commis une faute professionnelle qui lui a valut un renvoi définitif du Louvre, Valentine s’habitue tant bien que mal à sa nouvelle vie. Une boutique miteuse, des clients ignares et, surtout, des oeuvres minables, pures offenses faites à l’art.

Cependant, tous ne la croient pas responsable de l’accident qui entaché sa réputation. C’est du moins le cas d’Elias Stern, un collectionneur d’art mythique qui a vu la naissance des plus grands artistes et mouvements de XX° siècle. Aussi, quand il pénètre dans l’atelier de Valentine, c’est pour lui confier la plus incroyable des missions. La Fondation Stern vient d’acquérir un palimpseste dans un état déplorable, censé cacher un texte interdit du XIII° siècle : le De forma mundi dont l’auteur, Vasalis, a été condamné au bûcher…

En éliminant toute trace de l’homme et de son oeuvre, le Vatican avait créé alors une véritable légende : le paradoxe de Vasalis.

Pour Elias, seule Valentine peut restaurer ce palimpseste et par la même lever le mystère.

Mais lorsqu’un digne professeur qui a dédié sa vie à chercher le secret de Vasalis se suicide dans la cour d’honneur de la Sorbonne, (…) Valentine comprend vite qu’elle a mis le pied dans une fondation à l’image de son créateur : puissante, mystérieuse, et qui semble tirer toutes les ficelles…

(Source : Fleuve Noir – Pages : 376 – ISBN : 978-2265087248 – Prix : 19 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Le roman policier historique a un nouveau maestro : Raphaël Cardetti !

Albert Cadas entre dans son bureau, regarde autour de lui, pose délicatement son manteau sur une chaise. Il ouvre la fenêtre et saute. La Sorbonne vient de perdre un de ses plus vieux chercheurs.

Dans un atelier, une jeune femme restaure des « croûtes ». Un poids semble peser sur ses épaules, ce n’est pas les tableaux qui l’entourent qui auraient besoin le plus d’être restaurer. Un étrange visiteur pénètre dans les lieux. Il lui déclare qu’il a confiance en son talent malgré « l’incident » du Louvre et qu’il a besoin de son savoir-faire pour mettre à jour le secret d’un palimpseste.

Valentine doit-elle collaborer avec Elias Stern qui est certes une sommité dans le milieu de l’art mais dont la fondation est bien mystérieuse. Que se cache derrière la façade de la Fondation Stern ? Aucune information précise n’est disponible mais la jeune femme est-elle prête à relever le défi qu’elles qu’en soient les conséquences ? Le danger peut prendre différentes formes…

Dès les premières lignes, j’ai été prise par le texte, la description des derniers instants d’Albert Cadas est hypnotisante, on sent qu’il va se produire quelque chose mais en tant que lecteur on reste forcément impuissant face à son geste ! La pudeur et la force qui se dégagent de cette scène offre une très belle ouverture au roman.

Et tout le récit continue de manière intelligente avec des rebondissements et toujours la même intensité. Sans oublier un style très moderne, Raphaël Cardetti a véritablement sa patte et il dépoussière le roman policier historique souvent prisonnier dans un carcan trop sérieux.

Très riche, littéraire sans être pédant avec une petite pointe d’humour épicé . Le Paradoxe de Vasalis donne envie de parcourir des galeries d’art, de regarder des tableaux et des oeuvres avec un autre regard. Comme dans ses ouvrages précédents, Raphaël Cardetti donne l’envie d’ouvrir d’autres livres d’aller plus loin c’est un éveil des sens et la découverte.

Le Paradoxe de Vasalis constitue le premier volume d’une nouvelle série (parution du tome2, Le Sculpteur d’âmes le 11 février 2010 et du tome 3 en 2011).


L’AVIS DE LEA D.

Premier tome de la Fondation Stern. Le Paradoxe de Vasalis campe un thriller dans le domaine de l’art.

Depuis qu’elle a été renvoyée du Louvre à cause d’une faute professionnelle, Valentine sombre dans la dépression, et tente tant bien que mal de garder la tête hors de l’eau. Elle travaille dorénavant dans une boutique de restauration d’art miteuse, avec des clients pour le moins obtus amenant des « œuvres » à restaurer et qui sont pour le moins offensantes pour l’art !

Un jour, dans sa boutique, arrive un collectionneur d’art mythique qui a participé aux plus grands mouvements du XXème siècle et connait les plus grands artistes : Elias Stern. Quand il pénètre dans l’atelier de Valentine, c’est pour lui confier une mission ardue. La fondation Stern, appartenant à Elias et qui a pour but de promouvoir l’art, vient d’acquérir un palimpseste dans un état déplorable qui cacherait un texte interdit du XIIIème siècle et dont l’auteur, Vasalis, a été condamné au bûcher…

Selon Elias, seule Valentine a les capacités de restaurer ce palimpseste et en lever le mystère. Mais quand elle apprend qu’un professeur de la Sorbonne qui a étudié toute sa vie le secret de Vasalis s’est suicidé et qu’un étudiant a reçu des menaces, elle comprend alors qu’elle s’est introduite dans une affaire peut-être trop grande pour elle et où les puissants tirent toutes les ficelles. Valentine est une jeune femme dévastée, qui peine à sortir la tête de l’eau. Au fil des pages, son esprit battant va reprendre le dessus, lui permettant de prendre une grande bouffée d’air pour faire face aux événements.

Dès les premières lignes du Paradoxe de Vasalis, j’ai été absolument charmée et conquise par l’écriture de Raphaël Cardetti. Ce premier tome est absolument hypnotisant, le récit est construit de manière simple et efficace, avec sans arrêt des rebondissements, et d’une intensité inégalé. Raphaël Cardetti dépoussière le roman policier historique, avec une « patte » très reconnaissable et plus qu’intéressante ! Riche, littéraire, intense, humoristique… Le Paradoxe de Vasalis donne l’impression d’être une fenêtre ouverte sur les galeries d’arts, mais surtout de regarder les tableaux et les œuvres avec un regard différent. Mais surtout l’envie de retourner se promener au Louvre pour pouvoir redécouvrir les différents œuvres !

Avec en plus un écrivain non seulement très talentueux mais aussi très charmant ! J’ai rencontrée Raphaël Cardetti lors de plusieurs rencontres littéraires, il s’est montré aussi intéressant que les livres qu’il écrit, et même davantage ! Si vous ne connaissez pas la Fondation Stern, n’hésitez pas à commencer cette série !

Sponsor

8 Commentaires

  1. J’ai dévoré Le Paradoxe de Vasalis!! J’ai aimé retrouver la vivacité et la petite touche d’humour savamment dosée dans les dialogues, comme dans les deux romans précédents.Les personnages sont vraiment attachants et ce périple intellectuel et artistique m’a vraiment intéressée.Quant à la Sorbonne et à la vision pas tout à fait fictionnelle qui en est donnée, cela promet un échange savoureux avec Raphael Cardetti, quand nous le verrons, bientôt!! ? En tout cas, j’attends déjà patiemment mais avec enthousiasme la sortie du prochain opus! ?

  2. Merci à Sofy pour cette superbe chronique et ce site génial. J’espère vous voir à Paris au salon du livre le samedi 14 mars, à Caen lors de la rencontre du 21 mars ou au salon du polar à Lyon la semaine suivante !
    Raphaël Cardetti

    • Quel plaisir de te voir par ici Raphaël ! Pour ma part, je serais à Paris toute la semaine, à Caen of course et aux Quais du Polar donc on aura l’occasion de se voir pas mal ce mois-ci ! ?

  3. J’ai gagné grâce à Zone livre ce livre de Raphaêl Cardetti

    Merci 🙂 donc à vous de m’avoir permis de le lire et merci à l’auteur pour sa sympathique dédicace ainsi que cette histoire et ce livre que j’ai bien aimé.

    Je l’ai lu assez rapidement, grisée sans doute par le travail de Valentine (clin d’oeil à une marque de peinture industrielle …. ? ?) et par l’univers dans lequel l’auteur fin connaisseur du milieu artistique nous plonge aussi bien du bon côté que du plus mauvais. (l’actualité d’ailleurs avec le vol d’un carnet d’esquisses de Picasso cette semaine m’a encore plus plongé dans ce milieu qui n’est pas si angélique que ça …)

    Le rythme est rondement mené même si j’ai préféré les scènes d’actions plus que les dialogues parfois un peu longuets mais je suis un peu dure ? car le rythme m’a bien tenu en haleine jusqu’à la découverte de la mission de la fondation Stern et du vrai visage de tous les personnages de ce livre… et croyez moi la plupart ne sont pas ce que l’on pense …

    Les personnages sont bien campés et David Scotto m’a tout de suite séduit. Peut être le croiserais-je à nouveau puisque Cardetti va sortir d’autres livres avec la fondation Stern et le milieu de l’art en thème (deux autres prévus à ce jour)

    Agréable lecture donc et suite à lire … si j’ai bien suivi « Sculpteurs d’âmes » pour 2010!

    Je remercie à nouveau Zone livre et Raphaël Cardetti grazie !

    • Plume de Soie, c’était un véritable plaisir de permettre de découvrir ce superbe roman. Merci beaucoup pour ton message et par ton commentaire très développé qui nous permet de partager ta vision de ce texte. ?

  4. Je découvre le site:étant une inconditionnelle de la lecture:Art,Histoire,Sociologie,Philosophie,
    Suspense(ou le tout parfois savamment mélangé)Bandes dessinées et j’en passe,c’est avec plaisir que je viens de lire « Le paradoxe de Vasalis ».Fiction sur fond d’Histoire:un brin de culture,un soupçon de suspense,des personnages crédibles voilà un bon livre !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.