Nicolas ZEIMET : Retour à Duncan’s Creek

0
417
France
Nicolas ZEIMET - Retour Duncan Creek
-
  • Éditions Jigal le 8 septembre 2017
  • Editions Jigal poche le 15 mai 2018
  • Pages : 376
  • ISBN : 9782377220380
  • Prix : 9,80 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Embarqué ! C’est le premier mot qui vient à l’esprit en plongeant dans ce nouveau roman de Nicolas Zeimet. Et quel roman ! Embarqué, on l’est en effet de la première à la dernière page… On suit Sammy, Jake-a-dit et Boulard, trois ados originaires d’un coin paumé de l’Amérique profonde. « Ils avaient quatorze ans, ils étaient heureux, autant qu’on pouvait l’être à cet âge, et sans le savoir, ils venaient d’entrer dans l’année qui allait voir leurs destins basculer dans la nuit. » Et puis le temps passe… avec son lot de folies, de joies, d’ennuis, de désirs et d’emmerdements ! On se retrouve à Duncan’s Creek comme si on y était nés… On s’attache à Sam, à Jake, à Ben… On vibre avec eux, on aime avec eux, on pleure avec eux, on souffre, on rêve, on fait des conneries, on tremble… Et puis un jour, on tue… « Le destin n’est rien d’autre que la part de bonheur ou de malheur, le lot de fortune ou d’infortune, qui échoit à chacun à la naissance, et la vie distribue ses cartes au hasard. » Et bien plus tard on traversera l’Utah avec cette urne funéraire sur le siège arrière de la Chevrolet… Absolument magique, puissant, rock, superbement écrit, c’est le genre de roman que vous n’avez pas envie de terminer, de ceux qui laissent des traces indélébiles… Après avoir tourné la dernière page, vous vous demanderez longtemps ce que vous allez bien pouvoir lire après ça… Et vous vous direz : waouh… mais comment il fait ce Zeimet… ? Embarqué, je vous dis !

Après un appel de Sam Baldwin, son amie d’enfance, Jake Dickinson se voit contraint de retourner à Duncan’s Creek, le petit village de l’Utah où ils ont grandi. C’est là que vit Ben McCombs, leur vieux copain qu’ils n’ont pas revu depuis plus de vingt ans. Les trois adolescents, alors unis par une amitié indéfectible, se sont séparés dans des circonstances dramatiques au début des années quatre-vingt-dix. Depuis, ils ont enterré le passé et tenté de se reconstruire. Mais de Los Angeles aux montagnes de l’Utah, à travers les étendues brûlantes de l’Ouest américain, leurs retrouvailles risquent de faire basculer l’équilibre fragile de leurs vies. Ce voyage fera ressurgir les haines et les unions sacrées, et les amènera à jeter une lumière nouvelle sur le terrible secret qui les lie. Ils n’auront alors plus d’autre choix que de déterrer les vieux cadavres, quitte à renouer avec la part d’ombre qui les habite… et à se confronter à leurs propres démons.

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Tout d’abord un grand merci aux Editions Jigal polar pour m’avoir découvrir la plume de Nicolas Zeimet. Même si l’auteur a publié quelques romans, pour moi c’était la première fois.

Un récit, haletant, poignant sur le retour aux sources d’un homme prénommé Jake Dickinson, après avoir reçu l’appel de Sam Baldwin, une amie d’enfance. Un retour sur ces lieux, parsemé de joies de souvenirs d’enfants, d’adolescents, mais aussi des peines et des douleurs… Dès lors, ce retour va s’annoncer lugubre et sur le chemin de ce retour, Jake voit sa mémoire défiler tout au long de la route qui doit le ramener à Duncan’s Creek… et les souvenirs qui reviennent.

Faisant la part belle à ces personnages, trois enfants, devenus grands et qui ont, selon chacune et chacun, eu de la chance dans leur vie d’adulte, Nicolas Zeimet nous embarque dans une histoire époustouflante, une histoire terrible de souvenirs douloureux, de secrets enfouis aussi. Une ambiance sombre, à travers de nombreux flashbacks contant les temps passés ensemble pour ces trois jeunes garçons et fille. Jake, Ben et Sam vont devoir face à leur démons et cela ne va pas être facile bien évidemment. En découle un récit qui nous transporte et dont on ne sort pas indemne. Jeunesse brisée, cassée par la vie, une vie d’adulte pas toujours reluisante non plus et c’est l’enchaînement de rêves brisés. Nicolas Zeimet donne la voix à ces jeunes personnages et aussi à ces personnages secondaires qui vont jalonner leurs vies d’ado et de grandes personnes.

Une formidable histoire (même si le sujet n’est pas nouveau), qui vous prends aux tripes et qui embarque pour un récit à cent à l’heure, malgré les apparences.

Un roman que je vous conseille amplement. Une première lecture des livres de l’auteur qui m’a enthousiasmé. Alors je me dis : « Vivement le prochain ! »

L’AVIS DE LAURE CHIRON

Après les évènements de 1985 narrés dans « Seuls les vautours« , on retrouve Sam, Jake et Ben, amis à la vie à la mort, plus que jamais.

Sam a quitté la ville, Jake a fini par s’en aller lui aussi, seul Ben est resté à Duncan’s Creek, comme une sorte de gardien de phare.
Alors, quand bien des années après, Sam le contacte pour lui demander de la ramener à la maison, il ne peut qu’accepter, avec tout ce que cela implique : un voyage douloureux dans le passé, retracer que qui les a amenés tous deux à quitter le village, pour ne pas dire le fuir…

Ce roman, bien qu’étant une suite, peut se lire indépendamment. L’auteur distille juste ce que l’on a besoin de savoir sur le premier tome. On retrouve donc avec plaisir notre trio, à la fois à notre époque (chapitres nommés « Aujourd’hui »), et en 1985 (chapitres nommés « Hier »). Ces sauts dans le temps ne font que renforcer notre envie de savoir, de dévorer ce roman. Un roman qui prend aux tripes, qui appuie là où ça fait mal, qui est impossible à lâcher.
On ne sera pas surpris (enfin, pas vraiment) de la fin qui, comme toutes les pages de se road trip, remue les tripes et les malmène.
A lire absolument, et selon moi, après avoir lu « Seuls les vautours« .

Merci aux éditions Jigal Polar pour cette lecture.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.