Natacha CALESTRÉMÉ : Le testament des abeilles

0
74
France
Natacha CALESTREME - testatment des abeilles
-

PRÉSENTATION ÉDITEUR

« Une première affaire criminelle, une deuxième, puis une troisième… Pas de trace ADN ni de mobile. Quant à l’arme du crime, mystère. Plus étrange encore, ces décès inexpliqués ont été annoncés par le testament prophétique d un guérisseur.

Natacha Calestrémé, petite-fille de guérisseur, présente ici une ode à la nature, à ses forces telluriques, à son impact sur notre vie de tous les jours jusqu au coeur de notre maison. Un polar pour ne plus jamais considérer la nature de la même manière. »

L’AVIS DE CATHIE L.

Née à Bordeaux en 1966, Natacha Calestrémé est journaliste, réalisatrice et écrivain.

Après un parcours en publicité, puis en presse, elle rejoint France 2, France 3 et TF1 en tant qu’auteur, puis M6 international à l’unité documentaires. 
Elle réalise ensuite sa propre collection de documentaires, intitulée « Les héros de la nature ». Une série de portraits d’hommes et de femmes qui agissent pour la protection de la biodiversité à travers le monde. Elle a dirigé cette collection de 52 minutes depuis juin 2000. Ses films sont diffusés sur France 5, France 3, ZDF, Rai 3, RTBF, TSR, Canal + Scandinavie,TV5 Monde, Ushuaïa TV, etc…
En 2010, Bonne Pioche et M6 confient à Natacha Calestrémé, sur une idée originale de Stéphane Allix, la direction d’une série intitulée « Enquêtes extraordinaires », qui aborde notamment la question des guérisseurs, du sixième sens et des frontières de la vie.
Elle a interviewé de très nombreux médiums, guérisseurs et thérapeutes. Ce qu’ils l’ont dit lui a donné l’idée de créer et de présenter l’émission « Sur les chemins de la santé » diffusée sur Inrees.TV depuis mars 2016.
 Elle écrit également pour Inexploré Magazine.

Le roman

Le Testament des abeilles a été publié par les éditions Albin Michel en 2011. Le style est fluide, plaisant à lire. L’histoire est racontée à la première personne et au passé par Yoann Clivel qui évoque une affaire passée.

Après un court prologue, d’emblée l’auteur intrigue son lecteur tout en expliquant le titre de l’ouvrage : « Ceci n’est pas un livre mais un testament. Celui des abeilles. Elles ne savent pas s’exprimer, alors il faut bien que quelqu’un écrive à leur place. Leur mortalité est d’une certaine manière à l’origine de l’enquête la plus difficile qu’il m’ait été donné de mener. » (Page 9). => Et nous voilà hameçonnés. Quelle est donc cette enquête si complexe?

L’intrigue

Septembre 2008. Paris. Le major Yoann Clivel et son équipe sont appelés sur les lieux d’un triple homicide : un chef d’entreprise a tué sa femme et sa fillette de six ans avant de se donner la mort. Bien qu’il s’agisse d’une famille « ordinaire », sans histoire et sans dossier, certains détails intriguent le major. Pour quelle raison l’homme a-t-il lacéré les rideaux comme s’il était en proie à une crise de panique?

L’affaire semble simple mais Yoann a un pressentiment : « Donc le type est à poil sous la douche et d’un coup, sans fermer le robinet, il trucide sa femme, sa fille, attaque les rideaux, puis se zigouille! «  (Page 20). => Aucun mobile, aucun indice, ni professionnel, ni personnel, expliquant ce geste tragique. Des détails qui lui mettent la puce à l’oreille : « Tu vois, ça colle pas, enchaînai-je. Avec un minimum de préméditation tu achètes un calibre et tu fais ça proprement. On devient pas Jack l’Eventreur en deux secondes. Pourtant, notre gars se lève un matin, trucide sa famille alors qu’il avait prévu de l’emmener en vacances, et se suicide en se tailladant la jambe jusqu’à se sectionner l’artère! C’est dingue ! » (Page 34).

Quelques jours plus tard. Seconde affaire: dans le même immeuble, une femme se défenestre sans avoir ouvert sa fenêtre; treize morts, dont un journaliste, sont retrouvés dans leur appartement sans cause apparente de décès. Yoann ne comprend pas. « Existait-il une arme capable de rendre fou ou de tuer à distance sans laisser de traces? Pourquoi n’y avait-il pas de causes apparentes?

La police judiciaire est dessaisie de l’affaire au profit de la Crim. Mais Yoann, avec l’accord du juge, continue son enquête officieuse. La prophétie du moine, écrite en 2004 et dont plus aucune trace ne subsiste sur le Net, évoquant la disparition des abeilles et la folie destructrice de l’homme, transmise par le guérisseur/magnétiseur Derrone, a-t-elle un rapport direct avec ces deux affaires ? Intuitif, Yoann sent une menace lourde peser sur la capitale, « quelque chose dont personne n’avait conscience et qui me glace le sang encore aujourd’hui. » (Page 24)

Troisième division de la PJ : service de police qui gère très peu d’homicides mais plutôt des viols ou des affaires de drogue : « A la police judiciaire, on travaillait sur plusieurs enquêtes simultanément. Drogue, bagarres, viols, les occasions ne manquaient pas. » (Page 77)

En conclusion

Le Testament des abeilles constitue l’un des meilleurs polars écologiques de ces quinze dernières années. S’appuyant sur des réalités scientifiques, Natacha Calestrémé utilise les ressources de la fiction pour alerter le public sur les conséquences dramatiques qu’aurait pour l’humanité la disparition des abeilles, sans pour autant tomber dans le défaitisme ou l’alarmisme militant. Son roman terrifiant nous fait comprendre qu’il serait suicidaire de prendre cette menace à la légère. Einstein n’a-t-il pas déclaré que  » le jour où les abeilles auront complètement disparu, l’humanité n’aurait plus que quatre ans à vivre ? »

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.