Morgane CAUSSARIEU : Je suis ton ombre

4
480
France

INFOS ÉDITEUR

Je-suis-ton-ombre - Morgane Caussarieu

Parution aux éditions Mnémos en juin 2014

Le Temple, petit village du Sud-Ouest, ses plages, ses blockhaus, son unique bistro, son école où la violence est le seul remède à l’ennui.

Poil de Carotte y vit seul avec son père handicapé. Gamin perturbé auxpenchants sadiques et souffre-douleur de ses camarades de classe, sa vie bascule lorsqu’il se rend dans une ferme calcinée en lisière de forêt.

Des fantômes y rôdent, paraît-il.

Mais en lieu et place de revenants, il découvre un étrange manuscrit rédigé par des jumeaux, il y a trois cents ans. Leur vie sauvage et heureuse à La Nouvelle-Orléans tourne au cauchemar lorsqu’un sulfureux marquis les prend à son service.

Plus Poil de Carotte avance dans sa lecture, plus des événements étranges surviennent : un chat noir qui parle, une voix qui lui chuchote la nuit à l’oreille, un enfant au teint trop pâle et aux lèvres trop rouges… Et s’il avait réveillé des forces aussi malsaines qu’attirantes ?

(Source : Mnémos – Pages : 288 – ISBN : 9782354081812 – Prix : 20,00 €)

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Un gamin appelé « Poil de Carotte » (rien à voir avec le petit héros de Jules Renard) au caractère très particulier et souffre-douleur de ses camarades de classe, va découvrir au cours de ses balades en solitaire, une vieille ferme de sinistre réputation et que l’on dit hantée… A l’intérieur du bâtiment en ruines, un vieux journal rédigé il y a près de 300 ans, qui relate l’histoire de deux jumeaux… Leur destin très étrange et mouvementé va bouleverser le jeune garçon aux cheveux roux, en proie lui-même avec ses vieux démons et une culpabilité intérieure.

Première découverte de l’écriture endiablée (et le mot n’est pas mince croyez-moi) de l’auteure française, remarquée pour son premier roman qui revisitait avec efficacité le mythe du vampire. Une nouvelle fois, son second roman « Je suis ton ombre » reste dans cette même veine du fantastique, teinté d’un drame social à travers les yeux de ce jeune garçon, brimé par ses camarades et qui doit s’occuper de son père, handicapé à la suite d’un accident. Une vie pas facile pour ce jeune homme qui va voir son destin bouleversé par la découverte d’un journal dans une ferme abandonnée.

Avec une plume absolument magnifique de sincérité, bouleversante, et d’une émotion rare, Morgane Caussarieu nous raconte avec une facilité déconcertante l’histoire de ce jeune garçon, pas gâté par la vie, et une jeunesse déjà en partie malmenée. En complément de ce drame social au sein d’un petit village, la romancière nous tisse l’histoire incroyable, narrée dans le journal découvert par « Poil de Carotte », de deux jumeaux, Jean et Jacques, nés il y a 300 ans dans la Nouvelle Orléans, et qui vont connaitre un destin très étrange et surtout extrêmement mouvementé. La narration de ce journal, lu avec avidité et passion par le jeune garçon (que ce soit à l’école en plein cours, ou tard la nuit dans son lit) est d’une précision époustouflante, tant le récit raconté de ces deux jumeaux, nous prend aux tripes et nous submerge d’émotions de toutes sortes, entre joie, tristesse, colère et rage. Le journal à lui seul, mériterait un roman tout entier, tellement il prend une place dans l’histoire finale (on en vient presque parfois à oublier l’histoire de « Poil de Carotte » et de sa vie avec son père). Ce récit écrit il y a 300 ans, va bouleverser la vie du garçon et va provoquer des réactions plutôt malsaines dans la vie du jeune homme et de son entourage. Apparitions fantomatiques, chuchotements, dialogues avec l’esprit d’un jeune garçon (je ne veux pas tout vous dévoiler non plus), un chat noir qui parle… tout d’un coup, le drame social vire au surnaturel d’une façon surprenante, sans toutefois oublier les douleurs du jeune homme.

Des personnages flamboyants jalonnent ce journal, qu’ils soient principaux ou secondaires et donnent vie de façon remarquable au récit raconté, car tellement véridique. En tant que lecteur, on est littéralement plongé dans l’histoire, dans l’ambiance, la moiteur et la chaleur de la Nouvelle Orléans des plantations de canne à sucre, des négriers esclaves…

Impossible de vous révéler autre chose du livre, sans prendre le risque de dévoiler des scènes, que ce soit du journal, ou de la vie du jeune garçon. Le titre du roman prend toute sa force quand on lit ce fabuleux récit, nageant entre le fantastique, l’horreur (oui on y vient à force et l’auteure nous montre à ce moment là aussi, la force de sa plume) et le fort potentiel dramatique d’une jeunesse bouleversée par les douleurs de la vie, qui l’aura fortement marquée et que ce journal à l’écriture fiévreuse, marquera encore plus.

N’hésitez plus, si vous voulez voyager entre présent et passé, si vous aimez les ambiances glauques, lugubres, les atmosphères fantastiques, sombres et noires, lisez absolument ce fantastique second roman de Morgane Caussarieu. Je vais pour ma part, me pencher sur ces deux précédents (un roman et un essai) pour me repaitre non pas de sang comme la créature mystérieuse de ce roman, mais des mots et du style extraordinaire de l’auteur française.

Bon voyage et faites attention, vous risquez de ne pas rester vivant ou de revenir de ce voyage.

Sponsor

4 Commentaires

  1. Belle chronique Jean-Marc, très convaincante ! Tellement d’ailleurs que je viens de me le noter en wishlist 😉 Et comme j’adore les histoires de vampires, je vais voir aussi pour son premier opus. Merci ^^

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.