Lee MARTIN : Cet été-là

0
50
Etats-unis

INFOS ÉDITEUR

Lee MARTIN - Cet ete-la
Cet été là

Parution aux éditions Sonatine en février 2017

Traduit par Fabrice POINTEAU

Tout ce qu’on a su de cette soirée-là, c’est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu’elle n’était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l’Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l’enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n’a jamais su ce qui était arrivé à Kathy.

Que s’est-il réellement passé cet été là ?

Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent.

Le frère de Katie, son professeur, la veuve d’un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient.

Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd’hui encore, qui manipule qui ?

Avec ce magnifique roman polyphonique, littéralement habité par le désir et la perte, Lee Martin nous entraîne dans la résolution d’un crime à travers une exploration profonde et déchirante de la nature humaine.

(Source : Sonatine – Pages : 320 – ISBN : 9782355845581 – Prix : 21,00 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Cet été là. Il y a eu une dispute entre le frère et la sœur. Cet été là, elle est partie toute seule rendre ses livres à la bibliothèque. Cet été là, elle n’est pas rentrée. Cet été là, on a retrouvé seulement le vélo.

M. Dees était son professeur de mathématiques, il a donc vécu l’histoire de manière intime. 30 ans après il n’a rien oublié ni des faits ni des émotions qui ont secoué sa petite ville.

Gilley son frère se souvient de ce qui avait pu l’agacer et pourquoi il avait dénoncé Katie qui aurait du rendre ses livres plus tôt dans la journée.

Claire est veuve, elle vit maintenant avec Raymond R. Tant pis si cela jase dans le voisinage, que son homme n’est pas bien vu et que parfois il boit. Car elle sait qu’il l’aime vraiment, qu’il veut la rendre heureuse en construisant par exemple un porche pour savourer des boissons ensemble et discuter.

Raymond R. est fan de bricolage, il est conscient de l’empathie qu’il suscite chez les autres habitants. Mais il va proposer un coup de main à son voisin le prof et c’est ainsi que va naître une amitié inattendue.

Junior et Patsy Mackey étaient bénis des dieux. Belle demeure, enfants beaux et intelligents. Un papa fan de sa petite Katie avec laquelle il pouvait regarder les constellations pendant des heures.

Les jours passent. Aucune trace de Katie. Difficile d’avancer plusieurs pistes sont explorées. Est-ce un de ses proches qui a pu lui faire du mal ? Il y a-t-il quelqu’un dans les parages qui aime trop les enfants ? Doit-on trahir des confidences pour sauver une fillette si c’est encore possible ? Combien de vies brisées avant que la vérité explose et après…

« Cet été là » de Lee Martin publié aux Editions Sonatine est un roman choral. L’intrigue est donc décrite par différents protagonistes de l’histoire chacun décrit son quotidien, ses émotions. Ce qui est intéressant c’est que la langue semble changer selon les narrateurs, cette partie est plutôt bien menée. On a envie de savoir si Katie va bien, on espère qu’elle a juste été kidnappée et que la personne coupable va le rendre à ses parents. Cette petite fille est sérieuse, cela ne peut être une fugue. On craint quand même le pire. Lee Martin est assez fort pour nous présenter plusieurs pistes. Va-t-on deviner ?

C’est l’occasion aussi de brosser le portrait d’une petite ville des liens qui peuvent exister entre les habitants qui parfois haïssent l’autre parce qu’il est différent ou ils le craignent. A tors ou à raison. Il faut arriver à voir ce qui se cache sous le vernis.

Donc le pari est réussi pour cette peinture sociale. J’ai juste été un peu déçue par la lenteur et le sentiment de déjà lu. Un roman policier qui peut séduire de nombreux lecteurs en bibliothèque notamment. Mais j’avoue je lis énormément et là il m’a manqué le petit plus. Même si la douleur de l’absence et de ne pas savoir sont habilement décrits.

 

Vous voulez partager votre lecture, contactez nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici