Jeff NOON : Vurt

0
54
Royaume-uni

INFOS ÉDITEUR

vurt - Jeff NOON

Parution aux édition Flammarion en novembre 1998

Parution aux éditions La Volte en septembre 2006.

Traduit par Marc Voline

Ce livre a reçu le Prix Arthur C. Clarke.

Dans un Manchester alternatif en ruines et battu par la pluie, une poignée de junkies, autobaptisés les chevaliers du speed, parcourent la ville dans un van aussi défoncé qu’eux et recherchent des plumes aux propriétés particulières qui, mise dans la bouche, donnent accès au Vurt, un monde imaginaire.

Mais comme dit maître chat, « soyez prudents, très prudents, ce voyage n’est pas pour les faibles ». Lors d’une plongée dans le Vurt, Scribble perd Desdémone, sa sœur et maîtresse, et revient à la réalité accompagné de « la chose de l’espace » sorte d’extra-terrestre gélatineux et informe, car selon la loi de Hobart, il existe un principe d’échange équivalent : tout ce qui est abandonné dans le Vurt est remplacé dans le monde réel par quelque chose de valeur équivalente.

A la recherche de LA plume qui retient captive Desdémone, poursuivis par les ombreflics, confrontés à des mutants (robots, homme-chiens, zombies…), les chevaliers du Speed errent dans Manchester avec la chose en espérant l’échanger contre leur camarade perdue…

(Source : La Volte – Pages : 384 – ISBN : 2952221758 – Prix : 22 €)

L’AVIS DE BÉATRICE

Ce livre, extrêmement original, est un véritable ovni de la littérature aux influences multiples et a permis de révéler Jeff Noon au Royaume-Uni. Il se pose en digne héritier des innovations textuelles de Burroughs, de la folle imagination de Lewis Carroll et de la cyberpunk de Gibson.

L’histoire renvoie autant à une réinterprétation du mythe d’Orphée aux Enfers qu’à Alice au pays des merveilles. L’immersion dans l’univers « Noonien » est intense, le style d’écriture maintient en permanence le lecteur sous tension par son rythme énergique et syncopée.

Les descriptions de Manchester, l’histoire du Vurt et des personnages mutants sont volontairement laissées imprécises, ce qui permet au lecteur d’imaginer à son gré, en se laissant porter entre réel et irréel, dans une ambiance sombre, trash mêlant trip psychédélique et onirisme.

On sort de ce roman complètement déboussolé et en redemandant encore !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici