Jean D’AILLON : Chroniques d’Edward Holmes et Gower Watson – Tome 1 – Une étude en écarlate

0
1239
France

INFOS ÉDITEUR

Une-etude-en-ecarlate-jean-d-aillon

Parution aux éditions 10/18 le 5 février 2015

Tome 1 des Chroniques d’Edward Holmes sous la régence du duc de Bedford, durant la cruelle et sanglante guerre entre les Armagnacs et les Bourguignons.

Le 21 mai 1420, Isabeau de Bavière, reine de France, signait, au nom de son mari Charles VI, fou et incapable, un traité par lequel le roi reconnaissait Henri V de Lancastre, son gendre, héritier de la couronne de France.

Quelques mois plus tard, Edward Holmes, clerc et demi-frère du baron de Roos tué à la bataille de Baugé, était chassé de l’hôtel parisien de son seigneur. Ne pouvant rentrer en Angleterre, maître Holmes trouva logis chez le bonnetier Bonacieux, sis rue du Coq, où il partagea la chambre de Gower Watson, un archer blessé à la bataille d’Azincourt. Ne disposant d’aucun moyen de subsistance dans un Paris où régnaient la faim, le froid et la misère, Edward Holmes gagnait sa vie en rédigeant des lettres de rémission, ces suppliques au roi qu’envoyaient les familles des condamnés afin d’obtenir leur grâce.

C’est à l’occasion d’une enquête qu’il découvrira un complot conduit par Agathe Mortimer, descendante d’Édouard III, roi du lignage des Plantagenêt. Pour parvenir à ses fins, lady Agathe avait besoin de l’hôtel de Mélusine, une belle maison confisquée par le parlement après la sanglante prise de Paris par les Bourguignons, lorsque Périnet Le Clerc leur avait ouvert une porte de la ville. L’hôtel appartenait à Robert de Lusignan, lieutenant du prévôt Tanneguy Du Chastel dont les bouchers de Paris avaient massacré la famille. Le complot se scellait avec l’arrivée de Lusignan envoyé par le Dauphin. Seulement celui-ci revenait aussi pour se venger des bouchers qui avaient étripé sa femme et ses enfants.

Malgré sa perspicacité, Holmes parviendra-t-il à retrouver son logeur, son épouse Constance et son ami Watson, tous trois disparus, avant que la fontaine de la porte Saint-Honoré ne laisse s’écouler un flot de sang ?

(Sources : Site de l’auteur – Page : 504 – ISBN : 978-2264065490 – Prix : 8,80 €)

L’AVIS

Pas d’avis actuellement. Partagez le vôtre.

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.