Jacques SAUSSEY : L’embaumeur – Sens interdit(s)

1
707
France

INFOS ÉDITEUR

sens interdit - jacques saussey

Parution aux éditions Atelier Mosésu en février 2015

Le corps d’un enfant de huit ans est repêché dans un étang isolé au fond des bois. Le cadavre, complètement nu, ne présente aucun signe de lutte ni de violence sexuelle, laissant à penser que le petit garçon a succombé à un accident. Seulement, il s’agit du cinquième enfant qui meurt dans cette petite ville de province en moins de deux mois. Et cette fois, il s’agit du fils du légiste. Alors, on m’a appelé pour que je prenne le relais.

Moi, vous me connaissez, je suis incapable de refuser quand on me demande un coup de main.

Entre autres…

Les sanglots longs des violents autochtones.

(Source : Atelier Mosésu – Pages : 188 – ISBN : 9791092100303 – Prix : 13,00 €)

L’AVIS PEPITA SONATINE

Sacré loustic que ce Luc Mandoline quand même.

Un personnage très haut en couleur, enjoué, rempli d’humour et à ses heures perdues très porté sur la gent fémini…ne qui le lui rend bien d’ailleurs. Bref, un « embaumeur » charmant, enquêteur efficace aussi !

Alors quand Jacques Saussey prend sa plume pour nous écrire cette nouvelle enquête très dérangeante car il s’agit de meurtres d’enfants , l’histoire prend vite des allures de chasse à l’homme, une terrible traque dans les milieux bourgeois aux mœurs un peu coquines, légèrement émoustillées par quelques lectures très tendances du moment.

C’est rapide , les chapitres s’enchaînent à une vitesse infernale ; c’est cru, parfois mais c’est du Mandoline, alors personne ne s’en étonnera. Un sens de la répartie malicieux et des dialogues teintés de légèreté font de « Sens interdits » un vrai bon moment de lecture.C’est surprenant, la chute est inattendue et bien amenée.

Première découverte des aventures de « L’embaumeur », je n’ai pas été déçue du tout, bien au contraire.


L’AVIS DE LUCIE MERVAL

L’embaumeur est une collection surprenante qui continue son bout de chemin. Pour ceux qui ne la connaisse pas encore, cet opus risque de vous donner envie de la découvrir. L’embaumeur comme son nom l’indique n’est ni flic ni journaliste comme souvent dans les romans policiers. Luc Mandoline est un homme charismatique, qui ne mâche pas ses mots, un peu coureur de jupons et surtout qui a un besoin viscéral de rire à force de côtoyer la mort tous les jours. Sens interdit[s] est le 9ème tome de ses aventures. Comme pour le Poulpe, ce personnage a donc vécu huit précédentes vies sous une plume différente à chaque fois.

Je ne pouvais que m’enthousiasmer à l’idée de découvrir ce personnage sous la plume de Jacques Saussey. Il y a peu de temps, j’avais eu l’occasion de découvrir son livre « Principes Mortels », un roman noir à l’atmosphère oppressante qui m’avait beaucoup plu. C’est donc confiante que je suis partie à Sens.

Nouvelle mission pour Mandoline qui est chargé d’enquêter en « sous-marin » sur des morts d’enfants. Cinq morts en peu de temps, âgés entre 5 et 7 ans, qui s’apparentent à des accidents. Alors vous allez me dire mais pourquoi on fait appel à un thanato ? Sa mission première sera de s’occuper du corps de la dernière victime, qui n’est autre que le fils du légiste.

Mais très vite, son instinct lui dit qu’il y a embrouille. Il n’y a pas de traces de violences sexuelles, de coups violents…Tout porte à croire que c’est un suicide. Mais qui voudrait se noyer dans ses eaux noires et marécageuses ? Le lien avec les autres enfants, décédés dans des circonstances différentes, est peut être finalement l’école, les activités extra-scolaires ou simplement leurs parents. Parents qui sont des personnalités importantes de la ville.

Flanqué de son acolyte Sullivan et de sa fascinante Elisa (Si vous ne connaissez pas encore ces trois là, je vous assure que ce n’est pas triste, ça vanne dans tous les sens quand ils sont ensemble), Mandoline va creuser un peu dans la vie proprette de ses parents qui ont peut être de sombres secrets à cacher…

Jacques Saussey a réussi le pari de s’approprier ce personnage et nous offre sur moins de 200 pages, un roman qui alterne moments d’humour et tension dramatique. Au fil des découvertes de Mandoline sur l’envers du décor, sur la soi-disant respectabilité des parents, on sent qu’il est de plus en plus tendu et qu’il pourrait péter un câble rapidement. Ces pauvres gosses, ont-ils vraiment décidé de mettre fin à leurs jours ? Quand les victimes sont des enfants, c’est d’autant plus douloureux d’enquêter…

Difficile d’en dire davantage sans tout dévoiler… J’ai vraiment passé un excellent moment avec cette lecture. Le final ne m’a pas déçu, je n’avais pas envisagé cette hypothèse. A conseiller !!!

Sponsor

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici