Jacques BABLON : Trait bleu

0
286
France

INFOS ÉDITEUR

trait bleu - bablon

Parution aux éditions Jigal en février 2015

Ça ressemble à l’Amérique, là où les vivants barbotent dans les grands lacs et les morts dans des baignoires remplies d’acide…

« Tout a commencé quand on a retrouvé le corps de Julian McBridge au fond de l’étang que les Jones avaient fait assécher pour compter les carpes. Ils auraient plutôt eu l’idée de repeindre leur porte de grange ou de s’enfiler en buvant des Budweiser et c’était bon pour moi. McBridge n’était pas venu ici faire trempette, ça faisait deux ans que je l’avais balancé là par une nuit sans lune avec un couteau de chasse planté dans le bide. 835 carpes et 1 restant de McBridge. Les Jones avaient un cadavre sur les bras, ils ont commencé à se poser les questions qui vont avec… »

(Source : Jigal – Pages : 152 – ISBN : 9791092016314 – Prix : 17,00 €)

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Se taper un paquet de jours de prison pour un crime et au final découvrir que c’est son meilleur pote, le coupable du dit crime… il y a de quoi vous retourner.

Et c’est pourtant ce qu’il va arriver à John…

Une fois libéré, il va se retrouver de nouveau avec un cadavre sur les bras, un cadavre sans nom… et cela ne va pas arranger ses affaires.

Difficile de vous parler de ce roman sans tout dévoiler de l’histoire, tant les éléments (personnages, décors, péripéties…) s’accordent à merveille dans ce roman noir, le premier roman de Jacques Bablon au sein de cette excellente maison d’édition qu’est JIGAL POLAR.

Trait Bleu est écrit et raconté sur un rythme endiablé et qui donne au final une lecture qui file à cent à l’heure !

Un bonheur jouissif de moments forts, extravagants avec des personnages bien campés dans ce roman qui prend ses racines dans une campagne américaine, pas de tout repos. On ne s’ennuie pas un seul instant, ca file à toute vitesse, on passe d’un moment à l’autre sans répit, pas le temps de s’attarder… Un peu dommage d’ailleurs, tant on aimerait s’attacher, en tant que lecteur aux personnages, du moins en ce qui me concerne.

Néanmoins je ne vais pas bouder mon plaisir : ce roman court (à peine 150 pages) mais tellement vibrant, remplit amplement sa fonction : divertir à plein régime et nous faire passer un excellent moment de lecture.

Alors sortez dehors, prenez votre vieille Cadillac ou votre Chevrolet, tournez la clé et partez sur la route à la recherche d’excitations en lecture.

Et soyez prudents tout de même, on ne sait jamais… vous pourriez faire de mauvaises rencontres.

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici