Interview de l’auteur Hervé HUGUEN

1
478

Rencontre avec l’auteur Hervé HUGUEN à l’occasion de la sortie de son roman « Châtiment pour mémoire », une enquête du commissaire Nazer Baron aux éditions Palémon.

Herve HuguenJérôme PEUGNEZ : Bonjour Hervé HUGUEN, pouvez-vous me décrire votre parcours ?

Hervé HUGUEN : J’ai passé les vingt premières années de ma vie dans le Morbihan, à Vannes, où j’ai commencé des études de droit que j’ai poursuivies à Nantes, où je me suis finalement installé. Je suis devenu avocat, mais aujourd’hui, je me consacre exclusivement à l’écriture de romans policiers.

JP : Comment vous est venue l’envie d’écrire ? A quelle période ?

HG : C’est une envie très ancienne, née sans doute de ma passion pour la lecture, mais à laquelle je ne pouvais vraiment pas répondre, faute de disponibilité. Jusqu’à une réorganisation professionnelle, dans les années 2007/2008, qui m’a permis de dégager le temps nécessaire. Mon premier roman est paru en 2009.

JP : Quelles étaient vos lectures de votre enfance ?

HG : Les auteurs de la Série Noire, ceux publiés par le Fleuve Noir. Georges Simenon, Steeman, Agatha Christie ou Frédéric Dard. Mais aussi des ouvrages historiques, des biographies…

JP : Quel est votre ‘modus operandi’ d’écriture ? (Votre rythme de travail ? Connaissez-vous déjà la fin du livre au départ ou laissez vous évoluer vos personnages ?)

HG : Je travaille plutôt le matin, de bonne heure. Mes romans naissent d’une idée généralement inspirée par un fait divers. Je m’intéresse particulièrement aux faits divers restés sans solution judiciaire, ils laissent planer le mystère. Ensuite, je me laisse guider par mes personnages, j’ignore la plupart du temps ce qui s’est réellement passé dans le roman, je le découvre au fil de l’écriture.

JP : Le parcours a t-il été long et difficile entre l’écriture de vos livres et leur parution ?

HG : Pas vraiment. Je n’ai adressé mon premier manuscrit qu’à très peu d’éditeurs, et j’ai ensuite eu le choix.

JP : Pouvez nous parler de votre série avec le Commissaire Nazer Baron ?

HG : Nazer est l’écriture bretonne de Saint-Nazaire. Baron est le nom d’un personnage dont j’ai aimé la lecture des aventures autrefois, c’est un clin d’œil que je me suis fait à moi-même. Il a vraiment pris de l’ampleur avec le N° 4 de la série, « Le canal des Innocentes ». Il m’accompagne depuis bientôt 10 ans. Commissaire à la DIPJ de Rennes, résidant au Croisic, il enquête sur l’ensemble de la Bretagne, de Nantes à Brest. Rêveur, grand amateur de blues, passionné d’histoire, il reste persuadé que la vérité n’est jamais blanche ou noire, mais teintée d’un gris aux nuances infinies… Le coupable l’est-il vraiment ?

Herve HUGUEN - Chatiment pour memoire
-

JP : Quel est la genèse de votre roman « Châtiment pour mémoire » ?

HG : Justement. Les rapports de Nazer Baron avec son environnement n’ont jamais été simples. Des questions liées à sa propre vie sont restées sans réponse. Un assassin va l’obliger à se les poser. Mais l’assassin l’est-il finalement ?

JP : Dans vos romans, y a-t-il des personnages qui existent vraiment, dont vous vous êtes inspiré ?

HG : Bien sûr. Les noms, les lieux, l’époque… tout a été changé. Mais ils sont là. Je sais qui ils sont.

JP : Avez-vous reçu des remarques surprenantes, marquantes de la part de lecteurs, à propos de vos romans ?

HG : Ce qui me surprend le plus, c’est l’enthousiasme des lecteurs qui viennent échanger sur les salons et les séances de dédicace. L’écriture est un artisanat solitaire, les réactions des lecteurs en sont la récompense.

JP : Avez vous d’autres passions en dehors de l’écriture (Musique, peinture, cinéma…) A part votre métier, votre carrière d’écrivain, avez vous une autre facette cachée ?

HG : Je suis musicien depuis toujours. J’ai enregistré mon premier disque à l’âge de 18 ans, un 45T vinyle à une époque où c’était une vraie aventure. Je n’ai pas arrêté ensuite. Des CD, des concerts, des Zénith. La musique est un langage universel. Et je vais au cinéma au moins deux fois par semaine.

JP : Avez-vous des projets ?

HG : Continuer.

JP : Quels sont vos coups de coeur littéraires ?

HG : Nombreux. De mémoire, « Les témoins » de Georges Simenon, « Le der des der » de Didier Daeninckx, la trilogie Verhoeven de Pierre Lemaitre… Beaucoup d’autres. Edwardson, Philippe Kerr, Peter Robinson…

JP : Une bande son pour lire en toute sérénité vos romans ? A moins que le silence suffise ?

HG : C’est difficile, la musique est toujours présente. « The Messiah Will Come Again » de Gary Moore, un bluesman que j’adore. Ou pour parler de mon dernier livre, le concert de David Gilmour à Pompéï, il en est question.

JP : Avez-vous un site internet, blog, réseaux sociaux où vos lecteurs peuvent vous laisser des messages ?

HG : Je réponds toujours aux courriers que les lecteurs prennent la peine de m’adresser : www.hervehuguen.weebly.com

JP : Merci Hervé HUGUEN d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

A découvrir

Advertisement
Co-fondateur de Zonelivre.fr. Il est le rédacteur en chef et le webmaster du site.

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai tous ses livres,les enquêtes de Nazer me plaisent; j’y suis bien.J’aime le héros et aussi, l’auteur. Nous habitons la même localité, près de Nantes.
    Merci pour ton dernier livre et pour la dédicace. Kenavo Raymond dar Pon’t Abbad

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.