Frédéric MARS : Non stop

0
290
France

INFOS ÉDITEUR

Frederic MARS - Non stop
Non stop

Parution aux éditions Black Moon le 03 novembre 2011

Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle.

Sam Pollack et Liz McGeary, les deux agents chargés de l’enquête, doivent admettre qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique.

En effet, tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent Ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S’ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient.

Quels que soient leur âge et leurs couleurs de peau. Grace, la propre fille de Sam Pollack, est concernée.

(Source : Black Moon – Pages : 768 – ISBN : 9782012020856 – Prix : 18 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

New-York. Septembre 2012. Le matin. Dans la foule. Avancer. Compter ses pas. Ne pas s’arrêter, surtout ne pas s’arrêter. Un métro qui n’arrive pas assez vite et c’est l’explosion.

Un couple d’origine arabe qui prend l’avion sans bagage est suspect aux yeux du personnel naviguant. La crainte d’un attentat plane dans toutes les mémoires. Et certains éléments réunis augmentent les suspicions.

Sam, capitaine de police, veuf, a échappé de peu à l’explosion dans le métro. Sa fille, une adolescente très mature va sentir que « les choses ne tournent pas ronds » autour de son père.

Et étrange épidémie va frapper New-York, des individus explosent aux quatre coins de la ville. Il n’y a pas de revendications et leur nombre va croissant chaque heure.

Tous les services secrets, agents deu FBI, policiers vont tenter d’intervenir mais il est difficile d’agir face à une cible qui n’est pas clairement définie.

Les heures avancent, une sorte de décompte inéluctable s’est mis en marche rythmé par les explosions.

Il n’est pas évident de différencier les victimes des bourreaux. Sommes-nous au bord de l’apocalypse ? Ce ne sont pas des chevaliers que l’on voit approcher mais des « Daeth Walkers » que rien ne doit arrêter.

Non stop a été construit avec une précision d’horloger chaque scène, chaque minute compte et rien n’est laisser au hasard. Une écriture claire, agréable qui donne un thriller lisible par des héros mais est également un régal par des adultes. Même si le texte a été écrit par un français, on sent les codes américains et tant mieux. Le découpage en paragraphes et en chapitres très courts, les « cliffhanger » donnent un aspect nerveux au texte et très visuel.

On ne lit plus un livre, on le regarde, on le vit. L’auteur assume pleinement l’inspiration des séries comme 24 heures chrono. On peut également penser à du « Tom Clancy ». Il y a des clins d’oeil notamment à l’excellente série Mad Men.

De part sa génération, Frédéric Mars s’est nourrit de lecture mais également de films et de séries. Et il a réussi à nous offrir un « page-turner » excellent et j’espère qu’il aura la chance d’être acheté par les américains pour être adaptés en film et traduit pour leur lectorat.

Au-delà de l’aspect roman d’action, ce texte explique clairement le trauma subit par les New-Yorkais à cause du 11 septembre 2001. La paranoïa qui a pu en découler, les mesures préventives à la fois par le renforcement des contrôles aériens, la surveillance accrue des e-mails. Mais nous découvrons également les failles du système.

Des portraits de personnages très réussis : très belle et très chaotique relation entre Sam et sa fille, la complexité des relations entre collègues des différents services secrets, travailler ensemble et collaborer alors que l’on a un passif douloureux…

Et l’idée du roman, le coeur de l’intrigue…. je ne peux pas vous en dire plus. Mais c’est très fort.

Les lectrices connaissent surtout Black Moon pour la bit-lit mais je les encourage vivement à lire cet ouvrage qui peut toucher aussi bien un public féminin que masculin. De plus, c’est vraiment le genre de livre qui circule dans toute la famille. Je trouve intéressant que l’éditeur est fait confiance à un auteur français afin de faire découvrir aux plus jeunes un genre peut- être un peu oublié.

Lire « non stop » c’est devenir un « marcheur littéraire ». Tellement pris par le récit que l’on ne peut s’arrêter. Excellent !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici