Franck THILLIEZ : 1991

0
1084
Franck THILLIEZ : 1991
-

Présentation Éditeur

La première enquête de Franck Sharko !

En décembre 1991, quand Franck Sharko, tout juste sorti de l’école des inspecteurs, débarque au 36 quai des Orfèvres, on le conduit aux archives où il est chargé de reprendre l’affaire des Disparues du Sud parisien. L’état des lieux est simple : entre 1986 et 1989, trois femmes ont été enlevées, puis retrouvées dans des champs, violées et frappées de multiples coups de couteau. Depuis, malgré des centaines de convocations, de nuits blanches, de procès-verbaux, le prédateur court toujours.

Origine Flag-FRANCE
Éditions Fleuve
Date 6 mai 2021
Pages 5004
ISBN 9782265144286
Prix 22,90 €

L'avis de Yannick P.

Mieux qu’un revival, un retour dans le passé. Un bon de 30 ans en arrière avec un Sharko à peine démoulé de l’école de police qui intègre le 36 pour sa première plongée dans le mal.

Thilliez va à la source. Il bâtit son héros tout en le frottant à ce qui deviendra plus tard, donc avant (je ne vous fais pas l’offense de vous renvoyer aux précédents ouvrages), sa marque de fabrique.

C’est acrobatique d’aller à la genèse de son personnage principal, sans le rendre niais, sachant que depuis des années, il a revêtu une carapace. Sharko est récurrent. Les lecteurs le connaissent par cœur depuis le début des années 2000 avec Train d’enfer pour ange rouge. Eux comme moi, nous lui avons échafaudé un passé à ce flic si particulier, si attachant. Sans doute pas celui-ci. Alors l’élaboration ne peut être innocente.

Les années 90. Sans fard. Et clairement, ce n’était pas mieux avant. Des tueurs, des fêlés, des bargeots, des flics à l’ancienne et toujours des victimes. On revient à la période charnière, juste avc que la technologie s’en mêle. Il faut du flair, du terrain. Il y a un soupçon de nostalgie dans 1991, mais c’est surtout à travers l’œil du lecteur, s’il a connu cette période… euh comme moi… que nous pouvons lire 1991. Les walkman, les blousons aviateurs, les pulls Benetton et les chaussettes Burlington. Juste avant l’ère de la Dernière séance pour les fax et le minitel et le grand remplacement par le portable et les ordinateurs personnels.

Comme l’enquêteur, nous plongeons dans l’affaire des Disparues du Sud parisien entre 1986 et 1989 avant de bifurquer vers une autre, entre vaudou et Houdini. Comme d’habitude, on se prend au jeu.

Raconter une histoire peut sembler facile. Chez Franck Thilliez, il faut compter avec les faux semblants, les chausse-trappes. C’est totalement addictif.

Son écriture est mature avec ce qu’il faut de maitrise dans les rebondissements. L’auteur prend un malin plaisir à jouer avec le lecteur comme il avait commencé à le faire lors de Il était deux fois.

L'avis de Stanislas Petrosky

Thilliez est l’un des acteurs majeurs du roman policier français depuis quelques années, beaucoup de personnes connaissent Sharko, son enquêteur fétiche.

Mais comment Sharko est devenu celui qu’il est aujourd’hui, on ne le savait pas encore.

1991, c’est l’arrivée du jeune Franck Sharko au prestigieux 36, sa première grande affaire, sa jeunesse et genèse. C’est aussi le moyen de savoir pourquoi il est devenu flic, sacré Franck, fallait oser !

1991, c’est aussi une madeleine de Proust pour beaucoup, un retour dans notre jeunesse, la musique tout ça. Un roman sans informatique à tout va, sans portable greffé à l’oreille et avec un minitel !

1991, c’est un très bon cru Thilliez qui aurait pu s’intituler D’où viens-tu Sharko ?

Mais Thilliez ne serait pas Thilliez sans faire des recherches et intriguer son lecteur, sans avoir des crimes sordides. Il offre tout ça, et un peu plus, à son public.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.