Eric BONY : La voix des morts

0
71
France
Eric BONY - La voix des morts
-
  • Éditions City le 18 septembre 2018
  • Pages : 304
  • ISBN : 9782824613147
  • Prix : 18,90 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Une enquête de Thomas Cazan, journaliste de l’étrange.

Plusieurs collectionneurs de documents anciens sont retrouvés assassinés, le visage marqué par une expression de terreur. Leur point commun : ils avaient en leur possession des papiers rédigés par l’inventeur Thomas Edison à propos du nécrophone, un appareil qu’il a mis au point à la fin du XIXe siècle et qui permettait de communiquer avec les morts.

Dans le même temps, une milliardaire excentrique demande à Thomas Cazan de mettre la main sur le fameux nécrophone. Intrigué, le journaliste-enquêteur se lance dans sa plus incroyable enquête, jusqu’aux frontières de l’au-delà.

Quelle est cette mystérieuse et ancestrale confrérie de savants qui possède et protège l’invention d’Edison depuis le XIXe siècle ? L’enquêteur de l’étrange va découvrir un terrifiant secret dont certains veulent s’emparer à n’importe quel prix. Y compris celui du sang.

L’AVIS DE CATHIE L.

La voix des morts a été publié par les éditions City en 2018. L’écriture d’Eric Bony est solide, le style est soigné, avec beaucoup d’humour : « Il fallait que tout aille vite, et l’humanité était devenue avare de mots… Et même avare de consonnes et de voyelles. Que resterait-il d’une relation amoureuse ou amicale entre deux êtres dans cinq cents ans ? Jte kiffe grave <3 dans la mémoire d’un téléphone. Est-ce que cela suffirait à rendre la force des sentiments des centaines d’années après ? » (Page 20)…

La voix des morts bénéficie d’une construction sérieuse s’appuyant sur une très bonne documentation concernant des sujets aussi variés que, entre autres, les coutumes funéraires, les recherches de savants du 19e siècle (Edison, Flammarion), l’au-delà…Ce qui en fait un roman intelligent, instructif.

L’intrigue

Thomas Cazan, journaliste de l’étrange, vient d’enterrer son amie, Agnès Lecomte, une des victimes de l’avion qui a explosé en plein vol quelques jours plus tôt. Le jeune homme est effondré. Il n’a plus goût à rien. C’est alors que son rédacteur en chef lui confie un reportage: enquêter sur la mort mystérieuse d’Hervé Pintel et de sa voisine, dans des circonstances pour le moins insolites :

« Il la retourna et ne put retenir un mouvement de surprise. Le visage de la vieille dame était figé par la terreur, ses cheveux dressés sur sa tête. Il se releva, incrédule, et s’avança dans la pénombre de l’appartement, remarquant les ampoules éclatées et les débris de verre qui jonchaient le sol. »… » Pintel avait subi le même sort que la vieille femme. Son visage avait une expression de terreur, ses cheveux avaient blanchi et étaient eux aussi dressés. On aurait dit que l’homme était mort de peur (…) C’était impossible ! Pintel était enfermé à clé dans la pièce. La fenêtre était close. Cela n’avait aucun sens. » (Pages 46-54).

Quel rapport entre ces deux morts et la disparition d’un collectionneur de vieux papiers ? Tout semble tourner autour de documents recelant de mystérieux secrets que certains acheteurs sont prêts à acquérir par tous les moyens, même les moins avouables. Pourquoi ?

L’enquête sur les deux morts mystérieux est confiée à l’inspecteur Farid Bennoun, ami d’Agnès et de Thomas. Ce dernier, qui pensait boucler ses investigations en quelques jours au plus, se trouve confronté à des adversaires redoutables, prêts à tout pour protéger leurs secrets et leurs intérêts, tandis que Thomas, contacté par une vieille spirite un peu folle se voit embarqué dans une affaire bien plus complexe et périlleuse qu’il ne le pensait. Le mystère s’intensifie de chapitre en chapitre…

Contexte

L’action du roman se situe en novembre 2015, au moment des attentats terroristes particulièrement meurtriers qui ont ensanglanté la capitale parisienne cette année-là. Même si le terrorisme ne constitue pas le thème principal de l’histoire, ces événements remodèlent le paysage humain dans lequel évoluent les personnages, créant une atmosphère pesante : « Pour la chasse aux terroristes dont le départ avait été donné avec les attentats du 13 novembre, beaucoup de services avaient été réorganisés dans l’urgence, les effectifs disséminés pour des missions de recherche et de surveillance. Bref, son équipe d’enquêteurs avait été temporairement décimée. Personne ne savait si d’autres attaques étaient programmées et c’est ce dont on avait peur en haut lieu. » (Page 43).

En conclusion

Le + : j’ai lu ce roman avec beaucoup de plaisir tant sa construction solide, son intrigue bien ficelée, son thème certes galvaudé mais traité d’une manière convaincante m’ont charmée. Le rythme est trépidant grâce à des chapitres courts chacun mettant en place quelques pièces du puzzle final.

De l’humour, de l’étrange, de l’émotion : « Il repéra un banc providentiel et s’affala dessus, se prenant la tête entre les mains. Il ne pleura pas… Pas son genre. Il vivait un cauchemar éveillé. Un cauchemar qui avait débuté quelques jours auparavant avec l’assassinat de celle qu’il considérait comme sa future femme. »….des scènes d’action bien ficelées. Un roman intelligent qui pose des questions sans rentrer dans la polémique… Que demander de plus ??? La suite, bien évidemment !!!

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici