Dorothée LIZION : Précieux cadavres

0
314
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

dorothee lizion-precieux-cadavres

Parution aux éditions Ysec en novembre 2012

La ville de Caen, celle que François Ier aime appeler la «Venise normande», est en train de perdre ses plus illustres concitoyens. Ils sont retrouvés massacrés, griffés, déchiquetés, dans les fossés de la ville, comme de vulgaires déchets de boucherie. Un loup hors du commun est incriminé, faute de mieux.

Le destin des bourgeois de Caen est remis entre les mains d’un louvetier pragmatique, réfléchi, et celles d’une jeune fille à l’imagination fertile, témoin de faits improbables. Le seul élément qui leur échappera jusqu’à la dernière page est le réel mobile du meurtrier. Et peut-être même le meurtrier lui-même…

Dorothée Lizion, l’auteur, est docteur en étiopathie (cabinet à Falaise dans le Calvados), professeur en neurologie vasculaire à la faculté de Rennes et intervenante lors de formations professionnelles en dissection et victimologique.

(Source : Ysec – Pages : 432 – ISBN : 9782846731546 – Prix : 22,00 €)

L’AVIS DE CÉLINE MARION

Une belle découverte. Un thriller médiéval. Et le bonus, l’histoire se passe à Caen ; je pouvais donc aisément visualiser certaines actions.

Si j’ai eu du mal à entrer dans les premiers chapitres, la difficulté s’est vite estompée. L’écriture a gagné en fluidité et l’histoire m’a happée.

Notre louvetier, Aurèle, revêt là une originale casquette, celle d’un louvetier certes, fin arbalétrier, qui va devenir enquêteur, car ce n’est, évidemment, pas le loup qui frappe. Des croyances, des légendes, la religion qui met son grain de sel… autant d’ingrédients nécessaires à une intrigue bien menée avec son lot de personnages.

Notamment, la petite servante qui vient pimenter le tout. Elle sème le trouble dans l’esprit de Colin, l’assistant d’Aurèle alors que c’est ce dernier qui l’attire, mais qui la froisse aussi par son manque d’intérêt à son propos.

Certes, cela m’a rappelé l’histoire d’Hérophile de Chalcédoine, né vers 330 avant JC, premier médecin à avoir fait des dissections voire des vivisections, père de l’anatomie avec Erasistrate, mais dont les travaux ont brûlé avec l’incendie de la Bibliothèque d’Alexandrie.

Ce qui change par rapport à Hérophile, c’est que les cibles ici sont les bourgeois caennais et que par conséquent tout le monde s’y intéresse et s’inquiète d’être le suivant…

L’auteur maîtrise parfaitement son sujet et les descriptions anatomiques s’en ressentent. (faut-il préciser qu’elle est professeur en neurologie vasculaire à la faculté de Rennes et intervenante lors de formations professionnelles en dissection et victimologie)

Alors si vous aimez l’aventure, l’intrigue et l’histoire, vous pouvez vous plonger dans ce roman sans aucune hésitation.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.