David Goudreault : Série La Bête – 3 – Abattre la bête

David Goudreault : Série La Bête - 3 - Abattre la bête

Présentation Éditeur

Après avoir passé plusieurs années dans un institut psychiatrique, un jeune adulte met à exécution, pour s’évader, un plan des plus ambitieux. Car c’est long, cinq ans attaché à une table avec pour seule compagnie l’écho de sa propre voix. Son isolement l’en a convaincu : sa mère, qu’il n’a presque pas connue, a dû être horrifiée en apprenant ses méfaits, lui qui a pourtant été reconnu criminellement non responsable. C’est pour la retrouver enfin qu’il s’enfuit. Commence alors la délirante cavale de cet écorché de la vie qui, pour échapper aux forces de police et intimider les badauds, va se faire tatouer une cible rouge au milieu du front, adopter un chihuahua, et trouver refuge dans la rue aux côtés des marginalisés. Jusqu’au jour où ses errances le mènent à Maple, une prostituée qui lui chavire le coeur. À scruter son visage, n’y verrait-il pas un peu de lui-même ?

Origine Canada
Éditions Stanké
Date 10 avril 2017
Éditions Philippe Rey
Date 18 mai 2021 
Éditions 10/18
Date 16 juin 2022
Pages 192
ISBN 9782264077363
Prix 8,00 €

L'avis de Stanislas Petrosky

Il est des livres, s’ils ne t’étaient pas conseillés par un libraire, jamais tu ne tomberais dessus, et celui-ci en fait partie. Et julien, le libraire en question, je le remercie de m’avoir fait découvrir ce bouquin hors-normes !

Bon, je commence la trilogie par le dernier opus, mais ce n’est pas grave, je lirais les deux premiers avec grand plaisir quand je tomberai dessus.

La bête, un jeune homme qui a commis des actes odieux, est enfermé en institut psychiatrique, mais lui veut retrouver sa mère, alors il va se faire la belle, et d’une façon !

S’en suit une folle cavale où la bête va se faire tatouer une cible sur le front, adopter un chihuahua – logique pour un punk à chien… – une cavale totalement déjantée avec une langue truculente et un humour digne des Monty Pythons !

Partagez votre lecture dans les commentaires !

News

Nathalie Achard : Les crevards

Les crevards, de Nathalie Achard, un petit bijou d’humour noir qui oscille entre le pamphlet et le roman noir.

Riff Reb’s : Le vagabond des étoiles, d’après l’oeuvre de Jack London

Riff adapte, en deux tomes, ce chef d’œuvre de London, où la force de l’esprit est plus forte que la souffrance endurée

Isabelle Mergault : Un escargot tout chaud

Un huis-clos de bras cassés, de personnages que la vie n’a pas forcément épargné, qui vont se révéler au fur et à mesure de l’intrigue.

René Frégni : La fiancée des corbeaux

Il faut lire Frégni, un romancier qui dans un même livre va de la blanche à la noire, de la noire à la blanche, avec pour seul bâton de pèlerin sa seule poésie.
Stanislas PETROSKY
Stanislas PETROSKY
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

Nathalie Achard : Les crevards

Les crevards, de Nathalie Achard, un petit bijou d’humour noir qui oscille entre le pamphlet et le roman noir.

Riff Reb’s : Le vagabond des étoiles, d’après l’oeuvre de Jack London

Riff adapte, en deux tomes, ce chef d’œuvre de London, où la force de l’esprit est plus forte que la souffrance endurée

Isabelle Mergault : Un escargot tout chaud

Un huis-clos de bras cassés, de personnages que la vie n’a pas forcément épargné, qui vont se révéler au fur et à mesure de l’intrigue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.