Dan BROWN : Origine

0
636
Etats-unis
-
  • Éditions JC Lattès le 4 octobre 2017
  • Éditions Livre de Poche le 31 octobre 2018
  • Traduit par Dominique Defert et Carole Delporte
  • Pages : 576
  • ISBN : 9782253258148
  • Prix : 8,70 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

D’OÙ VENONS-NOUS  ?  OÙ ALLONS-NOUS  ?

Bilbao, Espagne.  Robert Langdon, le célèbre professeur en symbologie et iconographie religieuse, arrive au musée Guggenheim pour assister à une cérémonie historique avec l’annonce d’une découverte scientifique révolutionnaire.  L’organisateur de cette soirée n’est autre que le grand futurologue Edmond Kirsch, un milliardaire de quarante ans dont les inventions et les prédictions audacieuses ont fait de lui une célébrité mondiale. Kirsch, qui a été dans sa jeunesse l’étudiant de Langdon à Harvard, est sur le point d’annoncer le résultat de ses recherches… et d’apporter enfin une réponse aux deux questions fondamentales de l’humanité.

Dès le debut de  la soirée, Langdon, comme les centaines d’autres invités, est fasciné par l’originalité de la cérémonie. Une évidence s’impose  : la découverte de Kirsch va susciter une controverse bien plus profonde qu’il ne l’avait imaginé. Mais la soirée parfaitement orchestrée  jusqu’alors va soudain virer au chaos. La découverte de Kirsch risque d’être perdue à jamais. Sous le choc, et en grand danger, Langdon est contraint de quitter précipitamment Bilbao. Dans sa fuite, il est accompagné de Ambra Vidal, la directrice du musée qui a préparé avec Kirsch cette soirée explosive. Tous deux s’envolent pour Barcelone, et se lancent dans une quête périlleuse pour retrouver un étrange mot de passe qui permettra de révéler au monde la découverte de Kirsch.

Plongeant dans les dédales  sombres de l’Histoire et des religions, Robert Langdon et Ambra Vidal doivent échapper à un ennemi puissant qui semble envoyé par le Palais royal et prêt à tout pour réduire au silence Edmond Kirsch. Sur une piste jalonnée d’oeuvres modernes et de symboles énigmatiques, Langdon et Ambra Vidal vont finir par découvrir les clés menant au secret de Kirsch… et à cette grande révélation qui, depuis des millénaires,  échappe  à la compréhension de l’homme.

L’AVIS DE YANNICK P.

Dan Brown, l’homme aux 200 millions d’exemplaires vendus à travers le monde signe un divertissement dans la lignée des précédents. La machine à cash retentie. Les ingrédients sont nouveaux et la recette reste identique.

On change de lieu. Cette fois, place à l’Espagne et la Catalogne pour une nouvelle course contre la montre où Langdon se frotte à nouveau aux religieux.

L’intrigue est à mon avis, moins dense que les précédents. Si la formule magique, le scénario est en revanche parfaitement calibré pour assoir les ventes et le cas échéant servir à de nouvelles aventures pour Tom Hanks Origine est un roman qui se traine parfois en longueur.

Le pitch est malgré tout sympa, attractif. Un futurologue milliardaire, Edmond Kirsch, par ailleurs informaticien génial et ex-élève de Langdon, s’apprête à faire des révélations au monde dans un show dantesque en plein du musée Guggenheim. Conséquence fâcheuse, sa révélation va mettre à bas toutes les croyances religieuses. Pas de bol, il est assassiné en pleine conférence de presse sous les yeux de Robert Langdon et d’Ambra Vidal, la directrice de musée et accessoirement future reine d’Espagne. La course poursuite commence. Pour rendre public les révélations du défunt Kirsch, tous deux doivent craquer le code secret mis au point par ce dernier. Là s’ouvriront les réponses aux deux questions qui taraudent le monde. D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

Et nous voilà embarqués pour une nouvelle une controverse science/religion. Dan Brown relance le débat. Comme d’habitude, le lecteur se prend au jeu, moi le 1er et y apprend plusieurs détails sympathiques. On y cause, Gaudi, Neitszche, intelligence artificielle, ordinateur quantique et autres sciences.

Le tout à travers une épopée touristique virevoltante. On se balade du musée Guggenheim de Bilbao à la Sagrada familia de Barcelone. On y gagne presque un extrait du Lonely Planet.

Bien sûr, Langdon fait face une nouvelle fois à de nombreux ennemis. Un archevêque ultraconservateur Madrilène, des gardes du palais royal, une secte catholique fondamentaliste en lieu et place, l’Eglise palmarienne. Car bien entendu, cette découverte scientifique révolutionnaire n’est pas sans secouer les fondements des croyants. (La recette reste bien identique, Langdon et une femme vs les églises).

Reste sous les dehors de cette chronique quelque peu désenchantée, un poil d’honnêteté. L’intrigue est parfaitement menée et maîtrisée même s’il me semble que Langdon a perdu de ses capacités de décryptage. Elles sont dans ce tome très limitées. Dommage, il s’agissait là d’un attrait important des précédents volumes.

Une fois fermé, Origine donne le sentiment d’une promenade bien ficelée et une lecture agréable le temps d’un week-end. Ça fait le job, mais je suis toujours aussi septique quant au tapage médiatique un peu surfait pour un roman, qui avouons-le, n’est pas le thriller de l’année.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.