Christophe DUBOURG : Les loups et l’agneau

1
614
France
Christophe DUBOURG - loups et agneau
Les loups et l'agneau
  • Éditions Ravet-Anceau en aout 2017
  • Pages : 192
  • ISBN : 9782359736533
  • Prix : 14,00 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

1981. Borg traque inlassablement sa princesse. Il a l’espoir de trouver en de très jeunes filles la pureté et l’innocence auxquelles il aspire tant. Mais, invariablement, ses proies le déçoivent. Surgit alors Slavko, son double diabolique. Lui se charge du sale boulot. Pour multiplier les chances de trouver une véritable princesse, Borg décide de gagner une grande ville : Caen. C’est là que son destin croise celui de Jean. L’homme est un ancien mercenaire aguerri rongé par les fantômes de son passé. Sa nouvelle cible ? Robert Chevallier. L’homme est marié et père d’Alice, huit ans et demi. En acceptant ce contrat, le tueur d’élite ne se doutait pas qu’à son tour, il deviendrait une proie.

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Quand un membre de l’équipe Zonelivre tente l’aventure de l’écriture, on ne peut que être fier, ravi pour lui de ce nouveau challenge (passer de l’autre côté de la barrière, et ne plus être – seulement – un lecteur lambda) et on ne peut que l’encourager. Christophe Dubourg , membre de longue date de la team Zonelivre, s’est essayé à ce périlleux de l’écriture d’un premier roman. Bien sûr, il ne prends aucun risque, oeuvrant dans un genre qu’il connaît sur le bout des doigts… Alors prenant son courage à deux mains, il a frappé sur son clavier d’ordinateur (ou alors il a tout rédigé au stylo sur du papier bien blanc, comme Amélie Nothomb) et son premier roman est sorti : un mélange de roman noir et de thriller…

Ayant choisi un sujet ultra classique et maintes fois (avec succès ou non) utilisé dans le genre du thriller (que ce soit sur papier ou à l’écran), à savoir la thématique de la séquestration par un fou furieux (fou tout court ?), le jeune auteur normand (si si, même quand on approche la cinquantaine, et que l’on sort son premier roman, on est UN JEUNE) rend sa copie avec une bonne note : à la fin de la lecture on s’en sort avec une bonne satisfaction d’avoir lu quelque chose de pas nouveau certes, mais qui fait toujours son effet quand l’affaire est rondement menée.

On a toujours peur de ce que l’on va lire dans ce type de récit : trop violent, trop gore, des effets à outrance, trop quoi… Echaudé il y a quelques années par le thriller d’une grande auteure varoise sur sensiblement le même thème, j’avoue que le choix de Christophe Dubourg pour son premier récit, m’a un peu fait tiqué malgré tout. Et pourtant, il faut reconnaitre que derrière cette histoire d’un grand gaillard attiré par les fillettes et qui les enlèvent et les séquestrent, avec son ombre maléfique en la personne de Slavko qui est toujours derrière lui, l’auteur a su nous concocter un excellent suspense. Le sujet est plaisant (un enlèvement qui tourne mal avec une menace d’exécution de l’une des victimes, et ajoutez à cela la présence de personnes pas prévues dans l’affaire) les personnages le sont tout autant, sans être trop caricaturaux, le sens du rythme est diablement bien mené tout au long du récit et le suspense va crescendo. Christophe Dubourg connait les ficelles pour écrire un roman noir, un thriller haletant avec ce qu’il faut de rebondissements et de tension.

Au final, le jeune auteur (oui oui il est jeune) s’en sort honorablement bien pour un premier roman, dans un genre qui voit fleurir chaque année, quantité de nouveaux adeptes qui veulent devenir aussi connus que les Chattam, Thilliez et consorts. Si le sujet de la séquestration est un peu décevant en soi (mais là c’est le caprice d’un lecteur qui parle), l’auteur a rendu sa copie avec succès et le résultat est à la hauteur. Les adeptes de ce type de récits seront comblés, les autres peu habitués, seront peut-être déçus… Il n’empêche que Christophe Dubourg est un talent en devenir et l’on attend son second roman avec impatience… J’ai hâte de découvrir le sujet de ce nouvel écrit à venir.

L’AVIS DE STANISLAS PETROSKY

Christophe Dubourg livre son premier roman.

Il faut qu’il soit bon son roman, le type est libraire, chroniqueur, passionné de littérature, donc peu de droit à l’erreur. Car dans cet univers encore plus impitoyable que Dallas, où pullulent les sombres J.R. de pacotilles, et les Sue-Ellen de salons, un type qui passe la ligne noire est attendu par les snipers, gentils ou méchants…

Ceux qui n’auront jamais le courage de franchir la ligne, ou ceux qui l’on franchit et qui se sont fait descendre en plein décollage…

Alors premier bon point pour Christophe, il a du style, il sait manier les phrases, jongler avec les mots, les poser correctement sur le papier.

Second bon point, il a su créer une belle intrigue, façonner des personnages forts intéressants.

Le tout donne un premier roman qui se lit agréablement, qui fait son « travail ».

Tueur à gages et en série, pédophilie, vengeance, retour dans les années 80, des prédateurs, des proies, du huis-clos… Dubourg a su trouver les bons ingrédients, les brasser correctement, les servir chaud.

A la fin de ce livre on se dit qu’il s’est sorti le cul des ronces le garçon, il a su franchir le champ de tir sans prendre une bastos dans le buffet.

C’est bien garçon, très bien…

Quoi que…

Tu as fait un bon premier roman, un thriller prenant, avec une atmosphère, toussa-toussa… Imagine comment tu es attendu au tournant pour le second… Les J.R. et les Sue-Ellen du dessus ont pris un second chargeur, ils n’ont pas pu tirer au premier envol…

Ça fait peur hein ?

Fallait pas franchir le pas te diront certains, moi, je te dirais que tu as bien fait, car logiquement un auteur doit évoluer au fil de ses écrits, de ses publications, alors je me dis qu’un bon auteur est né, et ça, c’est toujours une bonne nouvelle…

L’AVIS DE LÉA D.

Un livre que je ne pouvais pas manquer !

Nous sommes en 1981, en Normandie. Borg traque et enlève de toutes jeunes filles, espérant trouver en elles la pureté et l’innocence. Mais ses « fées », ses « princesses », peuvent-elles lui apporter ce qu’il cherche ? Toujours, ses proies le déçoivent… Dangereux, il ne travaille pas seul : il y a Slavko, son double maléfique, qui est encore pire que lui. Déçu dans sa chasse, Borg se rend un jour à Caen. C’est peut-être là qu’il trouvera la bonne fille.

C’est là que plusieurs destins vont se croiser et se nouer. Il y a bien sûr Borg, sur les traces d’une nouvelle « princesse », Robert Chevallier et Alice, sa fille de huit ans, Christine une prostituée, mais surtout Jean, un ancien mercenaire au passé trouble.

Tout ce petit monde va être réuni dans l’antre de Borg, dans une lutte pour la survie, en conflit entre différents volontés et différentes envies. Qui l’emportera ?

J’attendais de lire Les loups et l’agneau avec impatience – même si il a traîné beaucoup trop longtemps dans ma PAL – car Christophe Dubourg n’est pas n’importe qui. En effet, nous sommes l’un et l’autre chroniqueurs chez Zonelivre. Je ne pouvais donc décemment pas laisser passer l’occasion de lire le premier roman d’un frère d’armes ! (Et puis, il y a le mot « loup » dans le titre, c’est trop facile de m’attirer avec ça !)

Maintenant que j’ai fini, je peux dire et sans langue de bois que Les loups et l’agneau est une réussite ! Christophe mêle habilement une trame historique avec une enquête policière, et cela donne un mélange parfaitement dosé et réussi. Les personnages sont tous intéressants, très noirs sans être manichéen. Tout cela donne un roman très noir, sombre, efficace et écrit avec une plume très habile. Je dois dire que j’ai passé un très bon moment, et la fin est arrivée beaucoup trop vite !

Je conseille donc plus que vivement Les loups et l’agneau !

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici