William SLEATOR : Singularité

3
1016
Etats-unis

Singularité de William Sleator est à la fois un roman sur les relations familiales, et sur une histoire fantastique.

INFOS ÉDITEUR

William SLEATOR - Singularite
Singularité

Parution aux éditions Père Castor en juin 1989

Parution aux éditions Père Castor en mars 2000

Traduit par Hervé Zitvogel

Suivre Barry, son frère jumeau, Harry en a l’habitude. Cette fois encore, lorsque Barry décide de jouer les gardiens dans une vieille bâtisse isolée, Harry l’accompagne sans trop rechigner. Mais c’est sans savoir que la maison héritée de leur oncle réserve à ses visiteurs des surprises plutôt inquiétantes. Bientôt cette aventure tourne à la lutte contre des forces singulières, inexpliquées…

(Source : Pere Castor – Pages : – – ISBN : 9782081647138 – Prix : Plus distribué)

L’AVIS DE LEA D.

J’ai découvert ce livre au collège (il y a quand même quelques années), et je l’ai redécouvert il y a peu, avec toujours le même plaisir.

Barry et Harry sont deux ados, des frères jumeaux. Leur mère reçoit une maison, un héritage d’un vieil oncle original. Ne pouvant pas s’y rendre immédiatement, leur mère consent à ceux que les deux garçons y aillent seul pour veiller au grain. Les deux garçons pensent passer du temps seuls, à profiter, et à avoir du temps libre loin de tout gardien.

Mais voilà, la maison de l’Oncle confirme qu’il était vraiment très excentrique ! Une pièce remplie de squelettes de bêtes étranges, mais surtout une petite bicoque dans une pinède. Elle semble avoir été conçue pour résister à un siège, avec des vivres, de l’eau… Mais surtout, son étrangeté même : à l’intérieur, des objets étranges arrivent, mais le temps semblent s’écouler… beaucoup plus lentement.

Barry et Harry sont deux frères très différents l’un de l’autre. Barry est très décidé, sûr de lui, il prend plaisir à conserver l’ascendant sur son jumeau et à le mener comme il l’entend. Mais il prend aussi plaisir à conserver l’avantage sur son entourage. Harry vit perpétuellement dans l’ombre de son frère, toujours à s’aplatir devant lui sans se rendre compte qu’il a également des qualités.

Singularité est à la fois un roman sur les relations familiales, et sur une histoire fantastique. Pour tenter de contrer son frère et de prendre l’avantage – pour une fois – Harry va se décider à prendre des mesures extrêmes. Ce roman m’a énormément plu pour ces raisons lorsque j’étais plus jeune. Ce côté rivalité familiale permet de nous ancrer dans le réel, dans ce qu’on pourrait vivre avec ses proches, tant en bien qu’en mal. On se rend compte, parfois un peu tardivement, que ses relations avec sa famille ne sont pas forcément aussi sombre qu’on l’imaginait. Harry est peut-être étouffé par son frère, mais il suffit parfois de poser les choses à plat pour engager une relation dans une meilleure voie, plus équilibrée. Le côté fantastique aussi est très bien construit : on se pousse à s’interroger sur l’Oncle et sa connaissance du phénomène, sur cette mystérieuse cabane, sur l’Arrivant… Et surtout ce temps qui ne semble pas soumis à la même loi que le nôtre.

Je ne pouvais pas me défaire de Singularité étant petite, et même maintenant, je l’ai relu avec le même plaisir ! Un récit jeunesse qui devrait en intéresser beaucoup.

Sponsor

3 Commentaires

  1. Je me souviens très bien moi aussi de ce livre depuis maintenant plus de 20 ans !! J’aimerai beaucoup pouvoir le relire et le faire lire à mes enfants mais pour l’instant je ne l’ai pas encore retrouvé…

  2. William Sleator semblait être un très bon écrivain dans le domaine de la jeunesse (aujourd’hui ses livres seraient plutôt classés dans la catégorie Young Adult) et c’est vraiment dommage qu’un seul de ses livres -celui dont il est question ici- ai été traduit en français. House of Stairs à l’air vraiment très bon aussi, je vais voir si je peut me le procurer sur Amazon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.