Walter TEVIS : Le jeu de dame

0
18
Walter TEVIS : Le jeu de dame
-

Présentation Éditeur

Kentucky, 1957. Après la mort de sa mère, Beth Harmon, neuf ans, est placée dans un orphelinat où l’on donne aux enfants de mystérieuses « vitamines » censées les apaiser. Elle y fait la connaissance d’un vieux gardien passionné d’échecs qui lui en apprend les règles. Beth commence alors à gagner, trop vite, trop facilement. Dans son lit, la nuit, la jeune fille rejoue les parties en regardant le plafond où les pièces se bousculent à un rythme effréné. Plus rien n’arrêtera l’enfant prodige pour conquérir le monde des échecs et devenir une championne. Mais, si Beth prédit sans faute les mouvements sur l’échiquier, son obsession et son addiction la feront trébucher plus d’une fois dans la vie réelle.

Origine Flag-ETATS-UNIS
Éditions Gallmeister
Date 11 mars 2021
Traduction Jacques Mailhos
Pages 436
ISBN 9782351787762
Prix 11,40 €

L'avis de Stanislas PETROSKY

Souvent, tu lis un livre, puis tu vois l’adaptation audiovisuelle, l’inverse arrive, mais c’est plus rare. Sachant que Gallmeister se fend de belles traductions, de textes vraiment intéressant, j’ai décidé de lire le roman après avoir vu la série.

Pas besoin de te faire le résumer, ça a cartonné sur Netflix, tu as du en entendre parler de cette gamine orpheline qui va devenir une championne d’échecs.

Non, ce qui est plus intéressant, c’est de savoir s’il y a différence entre la série et le bouquin, et surtout, si ce dernier est aussi addictif que la version vidéo. Parce comme il est simple de mettre du suspens sur des parties d’échecs avec une caméra, narrer le suspens d’une partie, c’est plus compliqué. Surtout, si, comme dans mon cas, le lecteur n’a pas joué aux échecs depuis plus de vingt ans !

Ben ouais, tu es pris dedans, tu suis pour savoir si Beth va gagner, quelle ouverture elle va prendre, si elle va jouer la sicilienne ou la Caro-Kann, rapidement, tu comprends toutes les feintes et les stratèges, bon, ce n’est pas pour autant que tu vas savoir jouer hein.

Maintenant, qu’est-ce qui diffère ?

Le côté sombre est plus présent dans le livre, le spleen de Beth, sa solitude… Son rapport avec ses addictions.

Puis aussi, et surtout, un côté féministe, il est plus appuyé dans le roman, cette femme, seule joueuse contre les hommes, cette façon qu’ils ont, au début, de ne pas la prendre au sérieux.

Aussi puissant qu’une chasse à l’homme, la course aux grands maîtres !

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Auteur de romans. Né en Arménie, Stanislas Petrosky quitte son pays à l’âge de dix-sept ans pour rejoindre la France. Les articles sur Stanislas PETROSKY présent sur Zonelivre ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.