Tom CHATFIELD : Bienvenue à Gomorrhe

0
280
Tom CHATFIELD : Bienvenue à Gomorrhe
-

Présentation Éditeur

GOMORRHE ? UN NOM MURMURÉ DANS LES RECOINS LES PLUS SOMBRES DES FORUMS LES PLUS TORDUS.L’ENFER LUI-MÊME VOUS PARAÎTRAIT PLUS CLÉMENT. ALORS RÉFLÉCHISSEZ BIEN AVANT DE CLIQUER.

Infiltrer des néo-nazis occupés à faire de notre planète un endroit infréquentable suffisait largement à remplir la vie d’Azi Bello, et à lui permettre de faire la démonstration de ses talents de hackeur.

Mais lorsque la mystérieuse Anna s’invite dans l’abri de jardin qui lui sert de bureau, la vie d’Azi prend une toute autre tournure.

Car Anna et l’organisation secrète pour laquelle elle travaille en savent suffisamment sur Azi pour qu’il n’ait pas d’autre choix que de leur obéir. Et ceux qu’on lui ordonne de mettre hors d’état de nuire sont considérablement plus dangereux que la meute de suprémacistes qu’il combattait derrière ses écrans.

De Londres à Raqqa en passant par Berlin, Athènes, San Francisco et l’Allemagne, pourchassé par des ennemis d’autant plus terrifiants qu’ils sont souvent invisibles, Azi va découvrir que le monde réel est infiniment plus dangereux que le virtuel.

Et que d’un monde à l’autre, Gomorrhe se nourrit avec la même avidité de l’argent des uns et de l’idéologie des autres pour étendre son règne de terreur.

Origine Royaume-uni
Éditions Hugo & Cie
Date 15 octobre 2020
Traduction Valéry Lamaignère
Pages ..
ISBN 9782755643572
Prix 19,95 €

L'avis de Cathie L.

Consultant dans le secteur des nouvelles technologies, éditorialiste à la BBC, éducateur et auteur britannique, Tom Chatfield est considéré comme l’un des penseurs les plus pertinents de nos sociétés numériques et de la révolution digitale à laquelle il a consacré plusieurs essais, traduits dans une trentaine de pays. Ses manuels de pensée critique et ses cours en ligne, développés en partenariat avec SAGE Publishing, sont utilisés dans les écoles et les universités du monde entier.

Bienvenue à Gomorrhe, This is Gomorrah dans la version originale parue en 2019, a été publié en 2020 par les éditions Hugo Thriller. Il s’agit du premier roman de l’auteur. Le style est percutant, bien que parfois un peu chargé, ce qui ne nuit en rien à l’intelligibilité du propos :

« Il s’étire et ranime ses terminaisons nerveuses engourdis avec la sensation que ses bras et ses jambes ont été nappés d’une couche de métal fondu. Azi se mord l’intérieur des joues, refoule des larmes indésirables et massent ses muscles qui hurlent sous la friction, s’efforçant de contenir les vagues d’hystérie qui accompagnent le moindre de ses mouvements. Après un moment, il se sent capable d’ouvrir d’un coup de pied le flanc de la caisse et de mettre fin à la séance de torture. » (Page 212).

Thèmes : darknet ; djihadistes et terrorisme ; hackeur.

2014. Gomorrhe n’est pas un nom que l’on prononce à haute et intelligible voix. Tout au plus murmuré. Dans les recoins les plus sombres des forums les plus immoraux et dépravés. Un marché occulte où tout s’achète et tout se vend, mais où chaque transaction peut coûter très cher. Un lieu dans lequel se croisent fanatiques et terroristes de toute obédience, issus de l’Etat islamiste comme des groupuscules de l’extrême droite suprémaciste. « Tout le monde sait comment on se divertissait à Sodome, mais de quelle nature étaient les les mœurs de Gomorrhe pour mériter, elle aussi, d’être détruite par « une pluie de soufre et de feu » ?

Azi, hackeur talentueux et idéaliste, poursuit sa propre mission : du fond de son abri de jardin insignifiant, il s’emploie à rendre le monde un peu moins sombre, moins pourri, en utilisant ses talents au service de causes qu’il estime justes. Dans son combat quotidien et solitaire, il croise la route d’individus pollueurs tels que djihadistes, nazis et pédophiles. C’est alors qu’il reçoit de Sigma, une amie hackeuse et virtuelle, des dossiers top-secrets assortis d’un message inquiétant : ceux à qui elle a dérobé ces documents veulent sa peau. Elle est en danger de mort et lui demande de l’aider à disparaître. Mais pour Azi sa sécurité prime…

Lui qui mettait tellement de soin et d’application à masquer ses traces virtuelles et à se rendre invisible, se retrouve brutalement confronté à la vraie vie: Anna, chef d’une cellule appartenant à une organisation internationale puissante, lui confie la missions d’infiltrer Gomorrhe et de protéger Munira, allias Sigma, des djihadistes à sa poursuite. Il doit la retrouver en premier afin de lui soutirer les renseignements nécessaires à la mise en place de l’infiltration programmée.

Mais rien ne se passe comme prévu. Azi se retrouve embarqué dans une fuite en avant qui le dépasse. De Londres à San Francisco, en passant par Berlin et Athènes, il ne peut compter que sur ce que ses missions de hackeur lui ont appris de l’humanité, traqué par un ennemi d’autant plus redoutable qu’il reste tapi dans l’ombre et semble avoir toujours une longueur d’avance. Azi parviendra-t-il à leur échapper, à déjouer le complot et, surtout, à sauver sa peau ?

Darknet

Un monde virtuel dont tout un chacun a entendu parler au moins une fois dans sa vie, sans vraiment en mesurer ni l’ampleur, ni les enjeux, ni sa noirceur profonde. Grâce à Tom Chatfield, nous en avons un aperçu plus précis, même s’il est indéniable que nous aurions préféré l’ignorer à jamais. Mais le meilleur moyen de vaincre l’ennemi n’est-il pas de le connaître aussi bien que son ami. « C’est la raison d’être des darknets. Ce sont des espaces où vous pouvez vous procurer tout ce que le société vous refuse. Ce sont les zones d’ombre de l’Internet, cachées juste sous vos yeux et accessibles à l’aide d’outils qui, pour peu que vous sachiez les manier, masquent commodément votre identité et votre position géographique, ainsi que ceux avec qui vous partagez toute cette désinformation pornographico-islamo-complotisto-nazie. «  (page 12).

Bienvenue à Gomorrhe constitue, à n’en pas douter, la révélation thriller de l’année.  L’auteur maîtrise son sujet à la perfection au point que, parfois, le roman prend des allures d’essai informatif fourmillant de détails et de précisions techniques, pas toujours accessible au profane, mais terriblement instructif, édifiant; on a parfois l’impression de sombrer dans un abîme sans fonds « Toutefois, il existe aussi quelques différences majeures avec les places de marché clandestines accessibles sur Tor. Pour commencer, il n’y a pas de drogue à vendre, ici. D’ordinaire, les stupéfiants sont de loin les produits les plus proposés sur les darknets, parce qu’à la fois très demandés, rentables et simples à transporter. Sur les étalages de Gomorrhe, la marchandise semble se répartir entre les services, les logiciels malveillants et du matériel informatique difficile à se procurer. Et les tarifs sont astronomiques… En dehors de la drogue, Gomorrhe ne semble pratiquement rien s’interdire, pas même les données et logiciels les plus sensibles de plusieurs services de renseignement. » (Page 192).

Le + : l’histoire des hackeurs et de leur culture, faisant le tri entre les White Hats, les surdoués de l’informatique bienveillants et les Black Hats, de petit génies de l’informatique, toujours en avance sur les autorités, pas forcément nuisibles; et les Grey Hats, les plus nombreux, des hackeurs qui n’appartiennent vraiment ni à l’une ni à l’autre des deux catégories, qui vendent indifféremment certains des secrets les plus sensibles aux gouvernements et aux multinationales.

Assurément, après avoir lu Bienvenue à Gomorrhe, un thriller passionnant déroulant son intrigue à un rythme trépidant, plus jamais vous ne verrez le net sous un jour anodin et inoffensif. Ou vous prendrez des cours particuliers de hackeur, ou vous jetterez votre ordinateur aux orties et reviendrez une vingtaine d’années en arrière, dans un monde où la réalité était déjà bien assez flippante sans en rajouter…

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Ecrivain de romans historiques, chroniqueuse et blogueuse, passionnée de culture nordique et de littérature policière, thrillers, horreur, etc...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.