Steve J. Watson : Avant d’aller dormir – Prix SNCF du Polar 2012

0
477
Royaume-uni

INFOS ÉDITEUR

avant d aller dormir - Watson

Parution aux éditions Sonatine en mai 2011

Parution aux éditions Pocket en mai 2013

Traduit par Sophie Aslanides

À la suite d’un accident survenu une vingtaine d’années plus tôt, Christine est aujourd’hui affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu’elle a en fait 47 ans et qu’elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu’elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence. Quand elle commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, Christine est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé… et sur son présent.

Ne le dis à personne, d’Harlan Coben, Shutter Island, de Dennis Lehane, Tokyo, de Mo Hayder… il est des livres dont la publication marque irrémédiablement le genre et hisse leur auteur au rang des incontournables du polar. Gageons que Avant d’aller dormir de S. J. Watson va tout de suite aller rejoindre ce cercle très fermé. Avec une héroïne à laquelle on s’attache instantanément, un récit à la construction aussi machiavélique qu’époustouflante et un suspense de tous les instants, une seule question hante l’esprit du lecteur une fois la dernière page refermée : à quand le prochain Watson ? Les éditeurs évoquent souvent « un livre qu’on ne peut pas lâcher ». Voici un livre qu’on ne peut véritablement pas lâcher !

Ce livre s’est vendu dans plus de vingt pays. Et après des enchères acharnées dans le monde de l’édition c’est le même phénomène qui s’est reproduit dans le monde du cinéma.

C’est fianelement la maison de production Ridley Scott, alliée à l’occasion à Studio Canal, qui a emporté les droits du livre. Aujourd’hui, selon Variety, trois actrices seraient en lice pour le rôle principal, Kate Winslet, Angelina Jolie ou Cate Blanchett.

(Source : Sonatine – Pages : 400 – ISBN : 9782355840654 – Prix : 21 €)

L’AVIS DE EVA LEVEQUE

« Avant d’aller dormir » est la première œuvre de l’auteur S.J Watson  et je crois que nous pouvons dire qu’il s’agit là d’une réussite : les ventes ont décollé, les bonnes critiques fusent, le roman est traduit dans 36 pays, Ridley Scott en a déjà acheté les droits….  Bref, la barre est placée très haut pour ce jeune romancier qui aura à tenir son rythme et sa verve au prochain roman!  Je lisais cette œuvre, moi aussi, avant d’aller dormir, et chaque soir, sa lecture empiétait sur mes heures de sommeil tant elle m’avait happée. Alors que je me préparais à me glisser tranquillement dans mes draps, Christine, l’héroïne, elle, se réveillait.

Le roman commence donc avec le réveil de cette quarantenaire : « La chambre à coucher est étrange. Inconnue. Je ne sais pas où je me trouve, ni comment je suis arrivée ici. Je ne sais pas comment je vais rentrer à la maison ». Qui est cette femme? Une adolescente en fuite ? Une femme atterrie dans un lit inconnu à la suite d’une soirée de débauche? Christine n’a aucun souvenir de cette maison qui est pourtant la sienne, de ce mari qui est le sien.  Ben, est un époux dévoué : il  l’aide chaque matin à recouvrer sa mémoire, à refaire connaissance avec sa propre vie, à lui rappeler jusqu’à son existence d’homme, de mari. Vous me direz : encore une histoire d’amnésie (pas mal de critiques reprennent cet argument) classique! Le nœud de l’intrigue part bien de cette forme rare (tout de même) d’amnésie qui efface les souvenirs les plus lointains comme les plus récents. En cela, je confirme : ce n’est pas la grande idée du siècle. MAIS, la construction de l’histoire est tout à fait soignée et le style travaillé, intimiste, constituent son originalité.

S.J Watson utilise le « Je » pour ourler son Jeu : j’adore le paradoxe établi entre cette femme qui ne se connaît pas et la forme autobiographique qui, au contraire, nous lie intimement à elle. Elle n’a aucune idée de qui elle est tandis que, nous, lecteurs chanceux, apprenons à la découvrir. Ce sentiment est amplifié par l’écriture du journal intime que doit écrire Christine. Le Dr Nash, va aider notre héroïne à reprendre le contrôle de sa vie en lui faisant écrire jour après jour les évènements quotidiens, les souvenirs jaillissants. Ce journal, c’est le fil d’Ariane qui lui évite la folie, qui la maintient en vie. Voilà pourquoi, ce polar marche : en lisant ce livre, comme pour aider Christine dans sa quête, on ne peut se permettre de le lâcher sous peine de la voir dépérir. D’autre part, l’auteur, se substituant à Christine, on découvre à chaque séance de lecture, de nouveaux éléments, en même temps qu’elle. La forme du journal permet de distiller les informations et donc de tenir les lecteurs en haleine. Enfin, et je conclurais avec cela, S.J Watson écrit admirablement bien les pensées, les réactions ou actions d’une femme. Je ne sais si cet auteur comblera les grandes espérances qu’il suscite, mais, en tous cas, il écrit finement et connaît les femmes J

LISEZ-LE !!!

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Tout simplement stupéfiant !

Une femme se réveille et constate avec stupeur qu’il y a un homme à ses côtés. Elle ne le connait pas. Il parait plus âgé qu’elle. Un peu effrayée elle se rend dans la salle de bain et elle va voir dans le miroir un visage plus vieux que le sien.

Cet homme… son mari…. va tenter de lui expliquer qu’elle a eu un accident, qu’elle perd la mémoire.

Christine va tenter de reconstruire ce puzzle tout en s’aidant d’un psy sans en parler à son mari. Elle a noté un jour qu’elle devait se méfier de lui…

Jamais lu. Il y a a vraiment quelque chose de très fort, très particulier dans ce roman que je n’arrive pas à définir. Un vrai sentiment d’inédit, de surprise.

Emportée par le texte de la première à la dernière ligne. Je me suis même relevée en pleine nuit pour reprendre la lecture tellement j’avais envie de me replonger dans cette histoire troublante et ô combien réelle.

Une narration très limpide. Le lecteur ressent l’angoisse de Christine et son envie de retrouver son passé. Tout est très visuel, très sensible. La dimension psychologique des personnages est passionnante. Il est difficile de sortir du texte tellement on a l’impression d’avoir vécu un expérience particulière.

Une sorte d’hypnose littéraire qui nous a fait sortir de notre corps pour nous plonger dans celui de Christine.

Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte. Je vous conseille juste de vous précipiter dans la librairie la plus proche pour le lire. Il y a des romans où l’on peut attendre la sortie en poche, pas celui là, il a vraiment un caractère exceptionnel.

C’était déjà un phénomène en librairie, beaucoup de demandes, de nombreuses chroniques… Je vais à mon tour faire découvrir cet opus surprenant !

ADAPTATION AU CINEMA

  • Réalisation : Rowan Joffé
  • Scénario : Rowan Joffé d’après Avant d’aller dormir de S. J. Watson
  • Pays d’origine :  États-Unis / Royaume-Uni
  • Date de sortie : en France

Avec :

  • Nicole Kidman : Christine Lucas
  • Colin Firth : Ben Lucas / Mike
  • Mark Strong : Dr Nash
  • Anne-Marie Duff : Claire

Advertisement
Co-fondatrice de Zonelivre.fr. Sophie PEUGNEZ est libraire et modératrice professionnelle de rencontres littéraires. Elle a été chroniqueuse littéraire pour le journal "Coté Caen" et pour la radio.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.