Stephen KING et Richard CHIZMAR : Série Gwendy Peterson – 1 – Gwendy et la boîte à boutons

Stephen KING et Richard CHIZMAR - Serie Gwendy Peterson - 1 - Gwendy et la boite à boutons

Présentation Éditeur

Trois chemins permettent de gagner Castle View depuis la ville de Castle Rock : la Route 117, Pleasant Road et les Marches des suicidés. Comme tous les jours de cet été 1974, la jeune Gwendy Peterson a choisi les marches maintenues par des barres de fer solides qui font en zigzag l’ascension du flanc de la falaise. Lorsqu’elle arrive au sommet, un inconnu affublé d’un petit chapeau noir l’interpelle puis lui offre un drôle de cadeau : une boîte munie de deux manettes et sur laquelle sont disposés huit boutons de différentes couleurs.

La vie de Gwendy va changer. Mais le veut-elle vraiment ? Et, surtout, sera-t-elle prête, le moment venu, à en payer le prix ? Tout cadeau n’a-t-il pas sa contrepartie ?

Origine Flag-ETATS-UNIS
Éditions Livre de Poche
Date 5 septembre 2018
Traduction Michel Pagel
Pages 160
ISBN 9782253083573
Prix 7,70 €
Commander

L'avis de Stanislas Petrosky

Un roman court écrit à quatre mains où une gamine va avoir son destin entre ses mains, et pas que le sien. Un mystérieux inconnu lui offre une boîte magique munie de deux manettes et de boutons qui ont le pouvoir d’influer sur sa vie. En lui offrant un simple chocolat délicieux qui ne fait pas grossir, ou bien pire. Puis il y a ce bouton sur lequel elle ne peut appuyer qu’une fois, et aussi le noir…

Sous des airs de science-fiction, les deux auteurs offrent un récit qui prête à réfléchir sur le pouvoir de presser des boutons, de pouvoir moduler son avenir et celui des autres… Que le pouvoir de la boîte diffère selon celui qui l’utilise.

Sorti en 2017 lorsque Donald, pas le canard marrant Disney, l’autre, était au pouvoir aux USA, un esprit mal tourné comme le mien pourrait y voir un drôle de parallèle…

Une novella sympathique, mais qui ne restera pas dans les meilleures de l’œuvre du King (j’avoue après Shining, Misery et d’autres ça va être dur…), il est à noter que deux suite ont vu le jour sous la plume de Richard Chizmar seul.

News

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.

Oscar LALO : Les contes défaits

Les contes défaits, d'Oscar Lalo, est une lecture que l’on ne pas oublier, qui vous marque la mémoire au fer rouge.

Richard MALKA : Le droit d’emmerder Dieu

Une écriture magnifique sur la liberté de penser et d’être, comprendre que la vie est ce qu’il a de plus beau, de plus important.
Stanislas PETROSKY
Stanislas PETROSKY
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.

Oscar LALO : Les contes défaits

Les contes défaits, d'Oscar Lalo, est une lecture que l’on ne pas oublier, qui vous marque la mémoire au fer rouge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.