Richard MORGAN : Black Man

1
220
Royaume-uni

INFOS ÉDITEUR

Richard MORGAN - Black Man
Black Man

Parution aux éditions Bragelonne en octobre 2008

Parution aux éditions Milady en mars 2011

Traduit par Cédric PERDEREAU

Dans un siècle à peine, l’humanité s’est débarrassée de la guerre.

Mais des vestiges embarrassants subsistent encore, comme les Variantes, des humains génétiquement modifiés, cordialement détestés par toute la population. Les plus inquiétants sont les Variantes 13, ces hyper-mâles cultivés exclusivement pour la guerre.

Carl Marsalis est un de ces ex-soldats génémodifiés. Il pourchasse désormais ses anciens frères d’arme pour le compte des Nations unies. Ce n’est pas un boulot facile, car il est haï aussi bien par les gens normaux que par ses semblables : il est, dans tous les sens du terme, l’Homme Noir. Et pour le moment, même ses employeurs ne peuvent le sortir de sa prison de Floride.

Alors, recevant la visite d’une ancienne détective aux prises avec des Variantes 13 particulièrement retorses, Carl est plus que disposé à conclure un accord.

S’engage ainsi une frénétique chasse à l’homme, avec à la clé, peut-être, la vérité sur ce que sont devenus les derniers soldats du monde.

(Source : Bragelonne – Pages : 576 – ISBN : 9782352942320 – Prix : 25,00 €)

L’AVIS DE LEA D.

Ma première découverte de Richard Morgan avait été sa trilogie de Takeshi Kovacs (que je chroniquerai prochainement !). Alors, dès la sortie de ce pavé, curieuse de voir ce que Richard Morgan pouvait écrire d’autre et attirée par le résumé, je me suis précipitée sur Black Man.

Dans un siècle, le monde aura évolué, et la guerre n’y aura plus de place. Mais des vestiges de ce temps demeureront encore, en la présence des variantes. Parmi ces variantes, les plus effrayantes sont les variantes treize, des humains génétiquement modifiés pour la guerre.

Carl Marsalis fait partie de ces ex-soldats, et doit désormais pourchasse ses anciens compagnons pour le compte des Nations Unies. Il va se retrouver en prison suite à l’une de ses missions, mais il va recevoir très vite une visite : une ancienne détective, Sevgi, qui a besoin d’une variante treize pour retrouver une variante treize pour le moins inhabituelle… Carl va aussitôt sauter sur l’occasion, par intérêt mais aussi par curiosité.

Black Man est un roman vraiment très intense, Richard Morgan plante une enquête intéressante dans un monde de science-fiction pour le moins original et bien décrit ! Le point fort est vraiment ces hypermâles : des super-soldats, génétiquement modifiés, mais conditionnés également pour ne pas avoir de scrupules ou de remords, ce qui les rend si effrayant pour cette société sans guerre. C’est pour ça que je me suis rapidement attachée à Carl Marsalis : c’est peut-être une variante, mais ça ne l’empêche pas de réussir à évoluer malgré tout ! Comme pour les autres, la discipline n’est peut-être pas son fort, mais il réussit à passer outre sa condition, les sentiments qu’il éprouve le met dans une catégorie à part, ni tout à fait variante ni tout à fait humain.

Richard Morgan mêle parfaitement une enquête et la science-fiction, sans que ça deviennent lourds ou rébarbatifs. Black Man est certes un gros pavé, avec certains passages où le rythme est parfois moins intense, mais ce n’est pas une mauvaise chose. C’est une chasse à l’homme et à la vérité, une enquête passionnante, un monde nouveau, des personnages captivants (spécialement Sevgi et Carl !).

Black Man est une véritable claque, j’ai eu l’impression, non de lire, mais de regarder un film, tant Richard Morgan a écrit un livre prenant et même bouleversant, où il y a baston et action, amour et sexe, mais aussi des personnages profonds, tout en amenant des réflexions sur les modifications génétiques, la différence, le rejet, le racisme.

Sponsor

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.