Octavia Estelle BUTLER : Liens de sang

0
29
Octavia Estelle BUTLER - Liens de sang
-

Présentation Éditeur

Dana, jeune femme noire d’aujourd’hui, se retrouve propulsée au temps de l’esclavage dans une plantation du Sud et y rencontre ses ancêtres…

UN ROMAN D’AVENTURE QUI EXPLORE LES IMPACTS DU RACISME, DU SEXISME ET DE LA SUPRÉMATIE BLANCHE.

Origine Flag-ETATS-UNIS
Éditions Dapper
Date 8 mars 2000
Éditions Au Diable Veuvert
Date 15 avril 2021
Traduction Nadine GASSIÉ, réactualisé par Jessica SHAPIRO
Pages 480
ISBN 9791030704082
Prix 22,00 €

L'avis de Léa D.

Un livre qui m’a interpellé par sa couverture et son résumé, je me suis lancée sans hésitation !

L’intrigue commence en 1976, au moment où Dana, une jeune femme noire de 26 ans, emménage avec son compagnon, Kevin, un homme blanc avec lequel elle est mariée depuis peu. Alors qu’ils rangent l’appartement, Dana disparaît brusquement et se retrouve au bord d’une rivière. Là, elle sauve un petit garçon de la noyade… Dana réapparaît chez elle, et si cela a duré quelques minutes pour la jeune femme, cela a duré beaucoup plus longtemps pour Kevin, qui ne parvient pas à accepter totalement le phénomène. Jusqu’à ce que cela se reproduise, de plus en plus fréquemment et pour des périodes de plus en plus longues pour Dana.

Chacune de ces disparitions concernent à chaque fois le même garçon, à différents moments de sa vie. On le découvre enfant, puis adolescent et enfin adulte. Et on va découvrir très vite que cet enfant, nommé Rufus, est l’un des ancêtres de Dana…

J’avoue, je ne connaissais pas Octavia E. Butler avant de commencer Liens de sang. Mais maintenant que j’ai lu ce roman, je suis très curieuse de découvrir les autres, en particulier les deux tomes de La Parabole du Semeur et Novice.

Dans Liens de sang, il y a tout pour me plaire : une intrigue historique se mêlant à une époque plus actuelle, le voyage dans le temps, des personnages forts… Et je dois dire que ce roman – même si souvent très dur, je préfère prévenir – est un coup de cœur ! Octavia E. Butler nous plonge dans une période dure et bouleversante avec l’esclavage aux États-Unis, et qui a toujours des répercussions à notre époque. Pour cela, elle utilise de manière très intelligente le voyage dans le temps. Même si Dana vit dans les années 70, avec toujours le racisme que cela comprend, elle vit évidemment une vie plus libre et plus égalitaire que les personnes noire à l’époque de l’esclavage. Le fait de confronter son point de vue de femme noire et libre avec les personnes noires de l’époque est dur, touchant et terrifiant. Si nous étions dans la même situation, comment réagirions-nous ? De son côté, Dana est terrifiée perpétuellement, elle doit s’adapter, souvent serrer les dents, parfois détourner les yeux devant certains événements. Mais elle conserve cette volonté d’aider, de faire avancer l’Histoire plus vite. Avec Liens de sang, Octavia E. Butler nous offre des réflexions très intéressantes : comment un enfant peut être amené à penser que l’esclavage est normal (que ce soit du point de vue d’un enfant blanc que noir), comment un esprit peut être brisé et dénué de tout espoir, ce qu’une personne est capable d’encaisser de manière à simplement survivre, pouvoir manger, protéger les personnes qui sont importantes…

Une fois que j’ai commencé Liens de sang, il m’a été difficile de m’arrêter – même si certaines scènes dures ont dû m’obliger à faire des pauses. Il y a de la violence, des drames, mais cela reste proche, je pense, de la réalité historique. Car il n’y a pas à rajouter de la violence, la réalité de cette époque était déjà suffisamment horrible comme ça… C’est réaliste, cru, dénonciateur, mais très bien écrit et bouleversant !

Liens de sang est un livre que je recommande à 100 %, que ce soit pour les personnes aimant la science-fiction ou l’histoire !

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.