Nicolas BARROIS : Leur dernier été

0
522
Nicolas BARROIS : Leur dernier été
-

Présentation Éditeur

L’intrigue débute à Strasbourg, en décembre 2016…

Strasbourg serait une cité paisible si Mickaël Solmeyer n’y résidait pas. Ce jeune homme, désabusé et raté, voue à la planète entière et à ses confrères de la tour Hartmayer Industries en particulier, une hostilité sans frein. La découverte de deux corps dans l’Ill va permettre au commandant Xabi Etchegoyen et à la journaliste Élise Cervantès de faire une découverte des plus surprenantes : une tueuse à gages a été assassinée. Celle-ci, sur les traces d’un inspecteur des finances publiques,  s’était précisément rendue quelques jours auparavant chez le président de la compagnie Hartmayer Industries. Une coïncidence troublante qui n’échappe à nos deux enquêteurs.

Origine Flag-FRANCE
Éditions Vibration
Date 2 novembre 2020
Pages 284
ISBN 9782490091348
Prix 20,00 €

L'avis de Hélène B.B.

Nicolas BARROIS a d’abord fait des études d’économie et de finance avant d’écrire son premier roman Leur dernier été, publié en novembre 2020.

Mickaël Solmeyer a tout pour être heureux, notamment un poste confortable et une vie tranquille. Pourtant, dans un jour ordinaire de sa vie ordinaire, il va commettre l’irréparable en supprimant sa voisine d’immeuble. Il n’en peut plus de supporter ses sarcasmes, alors en quelques minutes il la tue…

C’est le milieu de la finance et du pouvoir qui sert de toile de fond à ce roman. Les chapitres alternent pour laisser la place à plusieurs personnages, tantôt Mickaël, tantôt son patron Franck Hartmayer, mais aussi le commandant Xabi Etchegoyen. Ce roman se laisse lire, car l’écriture est plutôt agréable et l’histoire prend forme petit à petit ce qui permet au lecteur de faire le lien entre les personnages. Cependant, on a très vite la sensation que l’enquête sur les deux meurtres n’est qu’un prétexte à une étude psychologique de plusieurs personnages autour d’un terrible secret. Les personnages semblent prendre tellement le dessus qu’ils nous font oublier qu’un polar se construit autour d’une intrigue solide et que c’est justement cette intrigue qui donne vie à l’enquête et qui la porte. C’est aussi cette intrigue qui fait battre le cœur du lecteur de polar. Oublier ce point essentiel est, à mon sens, une erreur, mais c’est aussi le chemin que semblent prendre des écrivains fort appréciés comme Joel Dicker dans son dernier roman L’énigme de la chambre 622.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Enseignante de lettres, une formation en Analyse criminelle et comportementale. Grande lectrice de polars depuis des années...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.