Nadine MONFILS : Elvis Cadillac – Ice cream et châtiments

1
277
Belgique

INFOS ÉDITEUR

Nadine MONFILS - Elvis Cadillac - Ice cream et chatiments
Ice cream et châtiments

Parution aux éditions Fleuve en mai 2017

Elvis Cadillac roule à fond les ballons sur une petite route de Belgique du côté de Chimay où la trappiste coule à flots. Invité dans un  » home  » de vieux pour y donner un concert, le sosie officiel du King est chaud boulette. La banane rose fluo de sa chienne Priscilla vole au vent. Soudain, crac ! il s’aperçoit qu’il a renversé une ancienne vedette de la télé !

Qu’est-ce qu’il va raconter à la majorette qui l’attend encore dans son lit, avec ses bottes et l’espoir de lui mettre le grappin dessus ? Il se retrouve emberlificoté dans un drôle de drame à la sauce Fargo, avec en guest star mémé Cornemuse, qui va le mener à la catastrophe.

Sur son chemin, une coupeuse de têtes de nain de jardin, deux branques dont un accro à glace aux spéculoos, un empailleur de rats et quelques autres tapés du bocal… Le tout dans un univers déjanté et coloré, autour de Boris Vian et de l’art brut. Ça va swinguer !

(Source : Fleuve – Pages : 224 – ISBN : 9782265116375 – Prix : 17,90 €)

L’AVIS DE STANISLAS PETROSKY

Un livre de Nadine Monfils ne pas être mauvais…

Nadine est Belge…

Un plat pays qui est le sien et qui a vu naître Paul Colize, Geluck, Benoît Poelvoorde et Jacques Brel, des artistes qui n’ont à jamais le cœur à marée basse, ne peux pas engendrer de mauvaises œuvres, c’est impossible. Surtout si en plus c’est une aventure d’Elvis Cadillac, notre cher sosie fait la connaissance de Mémé cornemuse.

Et la rencontre des deux, c’est un choc, d’abord y a l’ainée, celle qu’a un grand nez, c’est ma mémé. Enfin ma, j’exagère, mais moi je l’adore cette aïeule déjantée.

Et puis il y a Elvis Cadillac, sa seconde aventure. Sosie officiel du King, en tournée dans les maisons de retraite où il se saoule à l’hydromel pour mieux parler d’virilité, à des mémères décorées comme des arbres de Noël. Jusque-là tout va bien sauf que le gars Elvis avec sa p´tite auto qu´aimerait bien avoir l´air, et concentré ou pas, le voilà qu’il renverse une ancienne star de la télé… Joël Bermude.

Le pauvre gars n’a pas résisté à l’impact. Mais il part aux fleurs la paix dans l’âme, car vu qu’Elvis es bon comme du pain blanc, il sait qu’il prendra soin de son âme.

Seulement il y a aussi dans ce bouquin quelques pieds nickelés, comme Mickey et Spéculos, qui pour se faire un peu de grisbi, courrait derrière cette ancienne vedette. Telle est leur quête, suivre l’étoile, peu m’importent leurs chances, peu leur importe le temps.

Pendant ce temps, notre bon Elvis, est à Chimay, non cela ne se passe pas à Paris.
 D’ailleurs, Cadillac, a horreur de tous les flons flons, de la valse musette et de l’accordéon, lui c’est le rock. Où il croise une majorette, un peintre on ne peut plus bizarre, une vieille acariâtre. Puis il doit donner ce concert à la maison de retraite, un drôle de public. Les vieux ne bougent plus leurs gestes ont trop de rides leur monde est trop petit, alors un tour de chant d’Elvis, ça leur change leur vie qui va du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit.

Tous ces personnages pittoresques vont vivre des aventures abracadabrantesques pour notre plus grand plaisir. Avec toute la verve qu’on lui connaît Nadine nous entraine dans ses délires.

Un roman de Nadine Monfils, c’est une boule de fraicheur, bien plus fraiche qu’un Ice cream, qui nous explique gentiment la connerie des hommes… parce qu’avant…Avant eux avant les culs pelés, la fleur l’oiseau et nous étions en liberté. Mais ils sont arrivés et la fleur est en pot, et l’oiseau est en cage et nous en numéro. Car ils ont inventé prisons et condamnés, et casiers judiciaires et trous dans la serrure, et les langues coupées des premières censures, et c’est depuis lors qu’ils sont civilisés…

J’espère que dans la prochaine aventure d’Elvis, on retrouvera encore Mémé Cornemuse, car ils sont beaux les deux qui s’éveillent à l’heure du berger pour se lever à l’heure du thé.

Chronique écrite avec l’aide de monsieur Jacques Brel…

Sponsor

1 COMMENTAIRE

  1. Wouahhhh ! Quelle meilleure façon de démarrer sa journée que par une chronique aussi déjantée et rafraîchissante que le bouquin de Nadine Monfils, que je n’ai d’ailleurs pas lu mais ça viendra , car notre ami Stanislas, même s’il s’est fait aider de Jacques Brel, a un style prompt à réveiller les plus encroutés, même les morts, va savoir !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.