Michael MARSHALL : Nous sommes là

0
472
Royaume-uni

INFOS ÉDITEUR

nous sommes la - marshall

Parution aux éditions Bragelonne en aout 2015

Traduit par Benjamin KUNTZER

NOUS SOMMES LÀ. DANS L’OMBRE.

Lorsque David bouscule un parfait inconnu à New York, il entend quatre mots qui vont changer sa vie pour toujours : Souviens-toi de moi. Depuis, des phénomènes étranges et inexplicables se produisent autour de lui, et David a l’impression que quelqu’un l’observe.

NOUS AVONS PASSÉ NOTRE VIE À VOS CÔTÉS.

À New York comme ailleurs, d’autres personnes se sentent suivies, épiées par des silhouettes aux contours de plus en plus nets. Il existe des êtres cachés dans le noir, qui nous regardent, à l’afût.

Qui sont-ils, que veulent-ils… et pourquoi nous semblent-ils parfois si familiers ?

NOUS SAVONS QUI VOUS ÊTES.

NOUS SAVONS OÙ VOUS VIVEZ.

VOUS NE POUVEZ PAS NOUS VOIR,

(Source : Bragelonne – Pages : 576 – ISBN : 9782352948827 – Prix : 25,00 €)

L’AVIS DE LEA D.

J’avoue, je ne connaissais pas du tout Michael Marshall avant de commencer ce roman ! Mais maintenant c’est chose faite, et qu’en ai-je pensé ?

Nous sommes là présente deux couples, deux histoires différentes. Il y a d’abord David et Dawn. David va un jour percuter sans le vouloir un homme, et va être la victime de phénomènes pour le moins étranges. De leur côté, John et Kristina vont venir en aide à une de leurs amies, qui se sent surveillée par intermittence depuis des années… Ces deux événements distincts vont amener un bouleversement total dans la vie de ces quatre personnes, les faisant basculer dans un univers qu’ils n’imaginaient même pas, peuplée d’ombres et de personnes qu’ils n’avaient jamais remarqués avant.

Après avoir refermé Nous sommes là, je dois dire que je suis très agréablement surprise. Dans l’idée, cela se rapproche un peu de Neil Gaiman et spécialement de son Neverwhere, dans le sens où ce sont des personnages tout à fait normaux, qui vont basculer dans un monde dont ils ignoraient l’existence, cachés de la plupart des humains. Michael Marshall va moins loin dans l’étrange que Neil Gaiman, mais l’idée est là. A part ça, Nous sommes là est un récit que j’ai lu très rapidement, malgré son nombre de pages. Une écriture très fluide, on rentre dans l’action directement, surtout avec cet intrigant prologue d’un homme en fuite. Les personnages sont pour la plupart captivants quels que soit leurs motivations ou démarches, même si j’ai une préférence pour David et Dawn ! Le personnage de Talia est également l’un de mes favoris, avec son franc-parler, mais surtout sa douceur sous sa carapace. Du côté des « Autres », nous côtoyons le plus souvent Maj et Lizzie, ainsi que deux personnalités un peu plus borderline : Reinhart et Golzen. Ceux-là sont vraiment plus qu’intéressants dans leur folie !

J’ai passé un bon moment avec Nous sommes là, sans que ce soit un coup de cœur : la traduction ne me semblait pas être toujours fidèle à la plume originale de Michael Marshall, ce qui m’a freiné de temps en temps. J’aurais aimé aussi avoir parfois plus de consistance sur certains personnages secondaires, qui étaient trop souvent délaissés au profit des personnages principaux. Après on peut se sentir frustré d’un certain manque de détail ou d’approfondissement sur l’ensemble de l’univers, mais cela ne m’a pas dérangée plus que ça, après réflexion. Ça m’a au contraire permit de m’imaginer autre chose, de me faire ma propre interprétation et d’imaginer encore plus !

Décrit comme un thriller, Nous sommes là a en effet une partie enquête, mais c’est de loin le fantastique qui domine. On se retrouve plonger dans un univers qui nous est d’abord familier, avant de percevoir quelques différences, un détail qui détonne… Je pense qu’on a tous eu ces impressions au moins une fois : cette sensation d’être suivie (malheureusement, pour une femme, et en ville, ça arrive encore beaucoup trop souvent !), d’apercevoir quelque chose du coin de l’œil qui disparait le temps qu’on tourne la tête, des personnes ou SDF marmonnant des paroles étranges dans la rue… Si ça se trouve, nous avons tout un univers parallèle au nôtre, quelque chose qu’on voit seulement fugitivement et de côté.
Méfiez-vous des ombres !

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.