Marin LEDUN : Les visages écrasés

0
179
France

INFOS ÉDITEUR

marin ledun-les-visages-ecrases
Les visages écrasés

Parution aux éditions Seuil en mars 2011

Parution aux éditions Points en mai 2012

Objectifs inatteignables, management à la menace, restructurations et mises au placard… Personne ne connaît ça mieux que moi. Vincent Fournier, salarié d’un centre d’appels au bout du rouleau, m’a tout raconté avant que je ne mette fin à ses souffrances. Définitivement. C’est mon boulot, je suis médecin du travail. Ecouter, soigner. Avec le traitement approprié, quel qu’il soit.

(Source : Points – Pages : 408 – ISBN : 9782757828311 – Prix : 7,70 €)

L’AVIS DE MURIEL LEROY

Ce roman est particulièrement efficace et il peut parler à chacun d’entre nous, puisqu’il traite là du monde du travail. Il s’agit là d’un récit retraçant, de façon romancée bien sûr, l’expérience professionnelle de l’auteur dans un grand groupe de téléphonie. Son sujet se passe bien évidemment dans une autre structure mais toujours sur des plateformes téléphoniques… Il est particulièrement réaliste et montre le côté impitoyable du système prêt à broyer les êtres humains, s’ils ne sont pas assez rentables… La souffrance y est très forte au point que les salariés, ne pouvant jamais atteindre les objectifs demandés (tant ils sont nombreux) finissent par faire des burn-out… Il pointe aussi du doigt le conditionnement humain, par ce système, au point de refuser de céder, toujours tenir bon peu importe le prix à payer jusqu’à la chute finale et la perte de notre identité, des proches… On devient alors  consommateurs d’anxiolytiques, anti dépresseurs en tous genres, qui aident à dormir et à tenir, produits chimiques nécessaires pour ne pas craquer ! La peur du chômage, les crédits nous forcent à rester et tout accepter par crainte de se retrouver à la rue. C’est ainsi que l’on accepte des postes difficiles, des responsabilités, plus ou moins importantes, de faire plus d’heures pour ne pas déplaire, au risque de s’oublier soi-même ! La concurrence est telle, au sein de l’entreprise mais aussi à l’extérieur, qu’il faut dégager des bénéfices au plus vite peu importe le prix à payer pour les employés. L’humiliation y est monnaie courante et quiconque tente de s’y opposer devient alors un problème à dégager.  Les syndicats eux-mêmes n’osent s’opposer véritablement au patronat.

Les personnages du livre sont vraiment très attachants et on s’aperçoit finalement que les directeurs, DRH, eux-mêmes subissent la pression… cette pression se répercute par effet domino du plus haut au plus bas de l’échelle sociale dans l’entreprise. Chacun est la victime d’un autre, donc aucun n’est véritablement antipathique dans ce récit… La psychologie est très fine et montre bien la souffrance au travail… Même si on connait très vite le coupable dans ce récit l’important n’est pas cela, c’est de dénoncer et de voir comment tout cela va se terminer. L’affaire sera-t-elle étouffée ou rendue publique ?

Marin Ledun fait donc là dans son roman une analyse critique très forte du monde du travail, et, pour avoir travaillé moi-même sur une plate-forme, je peux dire que les conditions de travail y sont très dures. On peut tout de même remarquer que cela touche d’autres secteurs du service public : comme les hôpitaux par exemple et bien d’autres !

C’est un livre que j’ai vraiment adoré et que je recommande vivement car il donne à réfléchir et l’on peut se poser des questions comme jusqu’où serions-nous prêts à aller pour garder son emploi ? Sommes-nous prêts à tout mettre en péril, par peur du lendemain, au risque de tout perdre ?  Les questions même  de l’existence par ailleurs quelles sont les limites que l’on ne doit pas dépasser, pour arriver à garder l’estime de soi ? Beaucoup dans ce livre les ont franchies, et finissent par en payer le prix…

Bref un roman que je vous invite à découvrir au plus vite vous ne serez vraiment pas déçus et beaucoup pourront s’y reconnaitre…

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici