Christophe JEAN : Ronit – Carnet de neige

0
42
Christophe JEAN : Ronit - Carnet de neige

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Que se passe-t-il quand je dors ?

Il se passe toi.

Parce que le récent deuil de son fils lui est insupportable, Ronit part. Seule. A la recherche de cet être disparu, qui doit bien l’attendre ailleurs, à travers les forêts et les mondes engloutis pour un voyage onirique, sauvage et lumineux.

Ronit, le récit d’une absence ravageuse.

Origine France
Éditions Faute de frappe
Date 5 novembre 2019
Pages 176
ISBN 9782956346050
Prix 13,90 €

L’AVIS DE STANISLAS PETROSKY

Marc Falvo, auteur de son état (Série B, le Cri, Bloody Glove, etc.) a décidé de fonder sa maison d’édition : Faute de frappe. Ce qui en soi, est déjà un acte de courage dans la conjoncture actuelle. Ensuite, oser sortir ce livre dans les trois premiers titres, ce roman atypique, c’est carrément couillu !

Non pas que cette œuvre ne soit pas bonne, bien au contraire, c’est juste que le récit onirique n’est pas ce qui caracole en tête de gondole, encore plus si le sujet en est le deuil de l’enfant…

J’ai dû, par le passé, étudier le deuil de l’enfant, la psychologie parentale après le trauma de la perte de la chair de sa chair. J’ai donc lu Élisabeth Kübler-Ross, la grande spécialiste du sujet, j’y ai trouvé sa trace dans ce roman pas comme les autres, je me suis souvenu d’un de ses livres : La Mort et l’Enfant : souvenirs, lettres, témoignages…

L’auteur emploie les bons mots, arrive à donner une touche de poésie dans la douleur de cette mère.

On suit Ronit dans son malheur, dans la « folie » qui doucement va s’accaparer d’elle, elle va traverser des mondes que seule elle découvre, hallucinations ou rêves qui vont tenter de gommer un peu de la douleur qui nécrose son cœur.

Carnet de neige est ce que l’on nomme dorénavant un OLNI, un objet littéraire non identifié… Un roman qui vous touche, vous émeut, il est très difficile de le définir véritablement, ce livre raconte le manque, la douleur d’une mère amputée de ce qu’elle de plus cher…

Une lecture qui change de ce que l’on peut lire la plupart du temps, ni un polar, encore moins un roman noir, quoi que, le récit coloré de paysages blancs est bien sombre.
Une introspection poétique sur le deuil à découvrir…

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.