Lorenzo LUNAR : La vie est un tango

0
242
Cuba

INFOS ÉDITEUR

La vie est un tango - Lorenzo LUNAR

Parution aux éditions Asphalte en Juin 2013

Parution aux éditions Folio le 11 juin 2015

Traduit par Morgane Le Roy

« Puchy a toujours dit que le quartier était un monstre. Je l’ai entendu dire tant de fois que j’ai fini par me l’imaginer moi-même ainsi : une pieuvre pourvue d’un million de tentacules. »

Léo Martin est depuis peu commissaire de quartier à Santa Clara, ville de province cubaine. Sa routine : faire face aux business illégaux, aux règlements de comptes et aux coups tordus des petites frappes du coin. Léo enquête sur une contrebande de lunettes de soleil quand un jeune homme se fait assassiner. Quels sont les liens entre ces deux affaires ? Les amis et collègues de Léo sont-ils tous irréprochables ?

Dans La vie est un tango, c’est tout un quartier qui prend vie, peuplé de rumeurs et de faux-semblants.

(Source : Asphalte – Pages : 158 – ISBN : 9782918767350 – Prix : 18,00 €)

L’AVIS DE LUCIE MERVAL

Léo est flic dans un commissariat de quartier à Santa Clara. Des fois, il se demande pourquoi il s’est lancé là dedans. Il fait chaud ce dimanche, il n’aspire qu’à être tranquille, à boire un coup, à manger les plats préparés avec amour par sa mère…Souvenirs d’enfance qui remontent…Les bruits du quartier nous envahissent, les odeurs sont omniprésentes (tabac, bouffe, pisse, alcool de mauvaise qualité…) Et puis, il y a le cul de Mayita, la petite perle du quartier à une époque, qui rend dingue Léo. Quelques fois, elle s’offre à lui mais par intérêt. Tout a changé « On est plus les mêmes qu’avant ». On le sent un peu désabusé et surtout un peu perdu avec ces différentes histoires de cœur. Il en est touchant « Un homme seul, ce n’est rien d’autre qu’une moitié de quelque chose. Un homme seul, c’est la moitié d’un lit. La moitié du lit, c’est la moitié d’une vie. L’autre moitié de cet homme est en train de lui tourner le dos, dans l’autre moitié du lit. La moitié de cet homme est une femme, lointaine, indécise. La moitié de cet homme n’existe peut être pas. Elle erre, perdue peut être depuis des années… »

La vie de quartier, c’est la débrouille surtout avec les problèmes de coupures de courant, on vit de bric et de broc…On ferme les yeux sur les petits trafics, la prostitution mais quand une affaire de trafic de lunettes prend de l’ampleur au point qu’un homme est assassiné, Léo va être obligé d’enquêter au cœur du quartier, d’écouter les ouï-dire pour démêler le faux du vrai. S’agit-il d’une affaire plus conséquente ? L’occasion pour nous de découvrir de nombreux personnages aux parcours chaotiques. Une affaire de drogue ? Impossible, il n’y a pas de drogues à Cuba ! Une guerre de clans ? Règlements de compte personnels ? En filigrane, quelques informations sur l’histoire de Cuba et son régime politique. J’avoue qu’il va falloir que je révise les bases.

Avec ce roman à l’écriture cash et musicale, Lorenzo Lunar nous emmène dans un tourbillon dépaysant. J’ai vraiment eu l’impression d’être immergée dans ce quartier et de partager les déconvenues et les hésitations de Léo, d’autant que le récit est à la première personne. Les corps et les cœurs s’enflamment, la vie se compose de hauts et de bas…

L’intrigue policière est presque secondaire, prétexte à nous faire découvrir des personnages hauts en couleur, une atmosphère à la fois routinière et agitée, comme la vie, toute en contradictions…

Polar, roman noir, roman social, le livre de Lorenzo LUNAR est un peu tout ça à la fois…Ne connaissant pas Cuba ni sa littérature, cette première incursion est une belle découverte littéraire et m’a donné envie de m’y intéresser de plus près.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici