Karine GIEBEL : Terminus Elicius

0
821
France

Dans chaque roman de Karine Giebel comme un grand cri silencieux, une douleur poignante qui se mêle à une grande force.

INFOS ÉDITEUR

karine giebel-terminus-elicius
Terminus Elicius

Parution dans la collection Rail Noir en septembre 2005

Parution aux éditions Pocket en novembre 2008

Parution aux éditions Belfond en novembre 2016

Istres-Marseille. Pour Jeanne, la vie est ponctuée par cet aller-retour ferroviaire quotidien entre son travail de gratte-papier au commissariat et la maison de sa mère.

Elle attend néanmoins qu’un événement vienne secouer le fil de son existence : un regard, enfin, du capitaine Esposito ?

La résolution, peut-être, de cette affaire de serial killer qui défraie la chronique phocéenne ?

«Vous êtes si belle, Jeanne. Si touchante et si belle.» Ce soir-là, une lettre, glissée entre deux banquettes, semble combler toutes ses espérances.

Un peu trop, même. Car derrière le mystérieux soupirant se cache le meurtrier tant recherché par la police.

Commence alors une correspondance amoureuse qui, pour Jeanne, n’aura de terminus qu’au bout de l’enfer…

(Sources : Pocket – Pages : 256 – ISBN : 9782266223720 – Prix : 6,80 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Correspondance non autorisée !

Jeanne a sa vie ponctuée par ses habitudes entre sa mère et ses rites au bureau. Pas facile de travailler dans un commissariat, d’être entourée d’hommes à qui on ose pas parler et de collègues moqueuses.

La jeune femme tente d’accomplir ses petits rites quotidiens en se fondant le plus possible dans la masse mais lorsqu’elle s’installe à sa place habituelle dans le train, elle va découvrir une étrange enveloppe. Le tueur en série qui terrorise la région a touchée par la beauté et par la sensibilité qu’elle dégage.

Doit-elle dénoncer son dangereux correspondant ou répondre à cette lettre qui la touche ? Jeanne doit choisir une voie mais quel sera le terminus ?

Terminus Elicius est captivant, Jeanne est vraiment une héroïne émouvante, qu’auriez-vous fait à sa place ? Il y a dans chaque roman de Karine Giebel comme un grand cri silencieux, une douleur poignante qui se mêle à une grande force.

Je suis touchée par chacun de ses romans et on ne sait jamais quels personnages nous accompagnerons jusque dans les dernières lignes. Des thrillers très psychologiques menés par une main de maître !


L’AVIS DE BRUNO CHANSON

Un livre de Karine Giebel est toujours un événement pour moi. Pourquoi? Et bien sans être les meilleurs thriller qui soient, ils ont une ambiance particulière. Et en plus ses personnages principaux s’en tirent rarement à bon compte. C’est pour ça que je fais toujours en sorte de ne pas m’attacher à ses personnages. Ils ne sont jamais sur d’arriver au bout de l’histoire. Est-ce le cas ici? Vous le saurez en le lisant. Ayant eu le privilège de rencontrer l’auteure, je me suis demandé comment une femme aussi gentille et douce pouvait-elle inventer des histoires aussi diaboliques? Et bien je n’ai toujours pas trouvé la réponse.

Comme toujours Karine nous embarque dans une histoire à 200 à l’heure. Un roman en parti épistolaire. En effet, le tueur entretient une correspondance avec Jeanne, une secrétaire dépressive. Elle est tout d’abord charmée et flatée par ces lettres d’amour jusqu’à ce qu’elle lise ces quelques lignes qui lui font froid dans le dos: « Hier soir, j’étais avec une autre femme que vous. Mais je ne suis pas resté longtemps avec elle. Juste le temps de la tuer ». A partir de là, Jeanne panique mais pense que c’est un canular jusqu’à ce qu’elle apprenne qu’une femme a été retrouvée sauvagement assassinée. A partir de la, on n’arrive plus à lâcher le livre jusqu’à la fin.

Un excellent premier roman. Karine fait preuve d’une grande maitrise. Tout y est millimétré. Elle ne nous embarque jamais au hasard. Cette histoire m’a impressionné même si à mes yeux ce n’est pas son meilleur. Ma préférence allant sans conteste à Meurtre pour rédemption. Un style qui lui est propre, qui ne fais pas l’unanimité mais que j’adore.

Depuis LES MORSURES DE L’OMBRE, le 1er thriller qui me l’a fait connaître, mon admiration n’a cessé de croître. Et vu les avis positifs sur les 2 thrillers qu’il me reste à lire ( jusqu’à ce que la mort nous unisse et purgatoire des innocents ) je pense que je la suivrai encore un moment. En tout cas, pour moi, Karine Giebel est une grande dame du thriller psychologique au même titre que ces collègues d’outre-atlantique ( Mary Higgins Clark ou Patricia Mcdonald)

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici