Julia HEABERLIN : Ainsi fleurit le mal

0
384
Flag-ETATS-UNIS

INFOS ÉDITEUR

Julia HEABERLIN - Ainsi fleurit le mal

Parution aux éditions Presses de la Cité en septembre 2016

Traduit par Cécile LECLERE

« J’ai toujours pensé que la mort avait quelque compte à régler avec moi. »

À seize ans, Tessa est retrouvée agonisante sur un tas d’ossements humains et au côté d’un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Partiellement amnésique, seule survivante des « Marguerite » – surnom que les journalistes ont donné aux victimes du tueur en série –, elle a contribué, en témoignant, à envoyer un homme dans le couloir de la mort. Terrell Darcy Goodwin, afro-américain, le coupable parfait pour la juridiction texane.

Presque vingt ans ont passé. Aujourd’hui, Tessa est une artiste et mère célibataire épanouie. Si elle entend parfois des voix – celles des Marguerite qui n’ont pas eu la même chance qu’elle –, elle est toutefois parvenue à retrouver une vie à peu près normale et à échapper à la curiosité malsaine de la presse. Alors, le jour où elle découvre un parterre de marguerites jaunes aux yeux noirs planté devant sa fenêtre, le doute l’assaille… Son « monstre » serait-il toujours en cavale ? La narguerait-il ?

(Source : Presses de la Cité – Pages : 560 – ISBN : 9782258135307 – Prix : 21,50 €)

L’AVIS DE LEA D.

Merci à Presses de la Cité !

A l’âge de 16 ans, Tessa avait déjà vécu plus d’horreurs que la plupart des gens. Victime d’un tueur en série, elle a été retrouvée – à peine vivante – sur un tas d’ossements, à côté d’un cadavre et entourée de milliers de marguerites. Partiellement amnésique, elle a eu de la chance étant donné qu’elle a été la seule survivante d’un tueur. Son témoignage a contribué à envoyer un homme dans le couloir de la mort…

Des années plus tard, Tessa est relativement heureuse et épanouie : c’est une artiste accomplie, mère célibataire qui s’entend très bien avec sa fille. Seulement voilà, elle pense toujours aux autres « Marguerites », les victimes qui souvent n’ont pas eu la chance d’être identifiées. Et un jour, elle découvre devant sa fenêtre un parterre de de fleurs. Des marguerites. Commence une spirale de doute et de terreur : a-t-elle envoyé un innocent en prison ? Le tueur est-il toujours vivant et libre ?

Ainsi fleurit le mal s’avère être un thriller brillamment mené du début à la fin. Avec Tessa, on est pris par les doutes, par la peur… C’est une course contre la montre, non seulement pour tenter de prouver l’innocence de Terrell, emprisonné pour un crime qu’il n’a probablement pas commis ; mais aussi et surtout pour faire taire les voix des Marguerite, qui demande justice et vérité, et enfin, tenter de démasquer ce tueur, avant qu’il ne revienne achever son travail et faire sombrer Tessa dans la folie. On ne peut qu’être captivés par Ainsi fleurit le mal : une promenade dans le système judiciaire américain, dans la psyché d’une femme fragile… Julia Heaberlin ne laisse aucune piste de côté, tout est fouillé et décortiqué, les décors sont bien décrits, et la profondeur des personnages ne laissent place à aucune approximation. Car, au-delà de l’univers et de cette poursuite au tueur, c’est les personnages qui donnent toutes leurs forces à l’histoire. On les découvre peu à peu, on s’interroge, se questionne, chacun a une part sombre, plus ou moins importante, mais surtout ils ont tous des failles, une force et sont captivants du début à la fin.

Ainsi fleurit le mal est un livre duquel on ne sort pas indemne. Les personnages sont particulièrement frappants, l’histoire est captivante et bien menée, chaque phrase fait mouche ! Un roman que je ne peux que conseiller.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.