Jérôme CAMUT et Nathalie HUG : Les murs de sang

0
353
France

INFOS ÉDITEUR

Jérome CAMUT et Nathalie HUG : Les murs de sang

Parution aux éditions Calmann-Lévy le 5 octobre 2011

Parution aux éditions Livre de Poche en juin 2013

On paie toujours ses fautes.

C’est juste une question de temps. Douze ans que Jack Van Bogaert est séparé de sa fille, Lucie. Après une jeunesse tumultueuse et un séjour prolongé dans une prison balinaise, il coule des jours paisibles auprès de Libby, une femme qu’il aime, sur une petite île paradisiaque. Un bonheur inespéré auquel s’ajoutent des retrouvailles avec Lucie, dont la mère vient de mourir et qu’il est venu récupérer en Suisse.

Survient un stupide accident de voiture sur une route de montagne, et tout bascule. Lucie blessée, Jack l’abandonne pour aller chercher des secours. Juste le temps de s’attirer des ennuis et de laisser le champ libre à des ravisseurs. Or le rapt n’est pas le fruit du hasard : c’est bien Jack qu’on a voulu atteindre. Assassinats, chantage, scandale politique : la route vers Lucie est jalonnée de cadavres, et d’incompréhension.

Quel crime Jack a-t-il commis pour qu’on s’en prenne à une adolescente ? Avec cette intrigue ingénieuse filée sur trois époques, Jérôme Camut et Nathalie Hug nous offrent un thriller complexe, sensible, virtuose.

(Source : Calmann-Levy – Pages : 380 – ISBN : 9782702141892 – Prix : 18,90 €)

L’AVIS DE CÉLINE MARION

C’est en toute confiance que j’ai acheté et ouvert ce roman et je n’ai pas été déçue.

L’histoire ou plutôt les histoires se déroulent sous nos yeux et nous guettons le moment où elles vont se rejoindre car forcément tout est lié.

Au départ, Jack mène une vie paisble sur sa petite île avec sa femme à quelques mois d’accoucher. Mais tout se bonheur va être grandement chamboulé par une sombre histoire surgie du passé.

On retourne donc dans le passé de Jack avec notamment la naissance de sa fille dont il n’a pas parlé à son épouse actuelle et qui va être le centre de sa quête aujourd’hui. On découvre aussi le passé de Carmen, autre personnage très attachant, décidée à ne pas passer sous silence ce qu’elle va découvrir.

De fil en aiguille, ils nous baladent les Cam Hug et c’est pour ça qu’on les aime.

Je regrette juste ce petit grain de folie que j’avais trouvé dans la trilogie, ce roman semble plus s’attacher au fond de l’histoire, que je ne peux dévoiler, que sur l’aventure vécue par Jack. Un roman plus conventionnel. Des horreurs bien sûrs mais pas de la même veine.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est bien ficelé, rondement mené et cette fin est juste parfaite.

Les personnages, leur passé, les liens du sang… la politique, les pourris, tout est là pour passer un agréable moment.


L’AVIS DE LAURE CHIRON

« On paie toujours ses fautes, c’est une question de temps »

En bonne accro aux écrits de Jérôme Camut et Nathalie Hug depuis la lecture de leur quadrilogie hallucinante « Les voies de l’ombre », je n’avais pas beaucoup de doutes quant à lecture de ce livre, je savais que j’allais passer un très bon moment en compagnie de ces nouveaux personnages. Le fait est, c’est pas mal du tout !

L’histoire commence par des retrouvailles un peu froides entre un père et sa fille, qui ne la connaît pour ainsi dire pas, et un voyage les montagnes suisses enneigées qui vire au cauchemar : une route glacée, glissante ; un accident qui envoie nos deux protagonistes dans le décor, et la disparition de la fille de Jack. A partir de ce moment-là, tout s’emballe, l’histoire respective de tous les protagonistes du livre se met en place, et c’est l’escalade.

Tissée sur trois époques, l’intrigue nous enlace et nous entraîne dans une tornade d’émotions et de poussées d’adrénaline à un rythme soutenu. C’est ainsi que l’on en sait plus sur le passé de Jack Van Bogaert (entre autres), un type bourré de défauts, violent, et grande gueule, auquel je me suis vite attachée, en bonne incorrigible des idylles avec des personnages de fiction. Bon, c’est bien tout ça, mais forcément, comme pour la majeure partie des thrillers, ça fait cogiter. Alors on lit, on referme l’une des histoires en tournant la page, pour lire la suite des autres histoires, dont le suspense et les cliffhangers sont magnifiquement orchestrés. D’ailleurs, c’est presque énervant de quitter telle ou telle histoire, et c’est en partie ce qui fait le génie de ce livre et son suspense haletant.

Faits et rebondissements, intrigues tordues à souhait, rebondissement qui vous font râler parce que c’était « un dernier chapitre et je referme le livre » et qui, invariablement, vous fait lire le suivant (au diable les cernes demain matin !), et ce jusqu’à environ la moitié du livre, où apparaissent quelques ficelles un peu grosses et prévisibles, ce qui ralentit un peu le rythme et rendent la lecture un peu molle.

En conclusion, bien que mon avis soit très légèrement mitigé, l’intrigue rebondit de plus belle quelques pages plus loin, et font basculer le roman hors des sentiers que l’on a pu tracer, pour nous offrir une fin un peu surprenante, comme les « moitiés d’orange » savent si bien le faire. Un moment de lecture sympathique, que je vous recommande pour ce que j’appelle « une lecture détente ».

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.