Jeff de PANGKHAN : Un os dans le riz

2
427
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

un os dans le riz

Parution aux éditions Gope en mai 2015

Une enquête de l’inspecteur Prik

Louis Grives, surnommé Prik, est un ex-policier du 36, quai des Orfèvres qui a pris une retraite forcée dans le village natal de sa mère, au fin fond du Nord-Est de la Thaïlande. Aidé de ses cousins Sou et Sout pour les travaux agricoles, aimé de sa voisine, la belle et gracieuse Pim, il s’est fait à cette nouvelle vie rurale empreinte de nonchalance. Mais lorsqu’on découvre de mystérieux ossements lors des labours de mai, le naturel reprend le dessus et Prik devient « l’inspecteur des rizières ».

Assisté de Prakash et Vihar, ses deux meilleurs amis, officiers de la police royale, il mènera ses investigations dans la trépidante Bangkok et la sulfureuse Pattaya.

Très vite, les trois compères vont se confronter à la discrète et puissante Confrérie, une organisation mafieuse qui a des ramifications jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir et qui voit cette enquête d’un mauvais œil, car elle pourrait bien contrecarrer ses plans…

Originaire de Nantes, Jeff de PANGKHAN réside avec femme et enfants depuis une quinzaine d’années en Thaïlande. Il est connu localement pour son blog où il chronique librement et avec bonhomie la vie des gens d’Isan.

(Source : Gope – Pages : 352 – ISBN : 9791091328159 – Prix : 21,00 €)

L’AUTEUR NOUS EN PARLE

Ce premier polar s’inscrit dans une trilogie se déroulant sur une année (2005-2006 allusion aux évènements politiques agités de l’époque mais néanmoins toujours d’actualité aujourd’hui) survolant les trois saisons que connaissent mon pays d’adoption (la mousson (période des semailles pendant laquelle se déroule « Un os dans le riz », la saison froide, la saison chaude).

Le personnage principal, l’inspecteur Prik est un ancien du 36, quai des orfèvres, est devenu malgré lui simple paysan après son retour en Isan (il est de mère Thaïlandaise et de père Français).

Ce roman n’est pas qu’un polar exotique, mais aussi une vraie intrigue (avertissement à ceux pour qui un polar exotique serait rébarbatif), une découverte originale d’une région méconnue de la Thaïlande ( l’Isan, nord-est rural aux confins du Mékong, où j’habite depuis 15 ans).

L’AVIS

Partagez le vôtre…

Advertisement
Co-fondateur de Zonelivre.fr. Il est le rédacteur en chef et le webmaster du site.

2 Commentaires

  1. Un os dans le riz, Jeff de Pangkhan, (Gope édition)

    En Thaïlande, la vérité n’est pas toujours au fond du minibar de votre chambre d’hôtel.

    Les fans de John Burdett n’aimeront pas tous forcément « Un os dans le riz »… tout comme les fans de « Un os dans le riz » ne sont pas tous accros à l’héroïne, aux brochettes sans fin de macchabés, aux filles allongées à la minute, aux tatouages sur le bout de sa…

    Pour certains, Burdett, c’est tellement cochon… que tout est bon.
    Pour Jeff de Pangkhan, assis au bord de sa rizière, c’est comme son cochon qu’on entend, à côté : tout est bon !… même l’os, trouvé dans le riz… qu’on va rousiller jusqu’à la moelle.
    Jeff de Pangkhan a du style… celui de nous sortir de l’idée d’une chambre d’hôtel, des filles faciles, des temples dorés, des moines « c’est tellement ça ! »… bref, du mini-bar idéologique simpliste qu’on vient souvent s’offrir en Thaïlande… et ce même Jeff de Pangkhan va nous traîner dans sa campagne d’Isan, où on prendra le temps de tourner les pages de son polar… lentement… infiniment lentement… au rythme du riz qui pousse (j’ai rarement eu autant de plaisir à lire lentement un polar… avec Un os dans le riz, c’est le cas).
    Et le reste ?… n’est qu’une bonne histoire, une bonne histoire et une bonne histoire (Hitchcock ?).

    En lisant Burdett, j’avais apprécié que son inspecteur se déplace en moto-taxi dans Bangkok… en lisant Jeff de Pangkhan, son inspecteur à lui, Prik, se déplace en motoculteur… rien que pour ça, ça vaut le coup d’investir dans cette lecture…. Elle est humaine (plus que Burdett), elle est empathique (plus que Burdett), elle est humble (plus que Burdett), elle est plus thaïlandaise, en quelque sorte… elle frôle la chronique (tout en traversant le vice et la mafia, voilà pourquoi je la compare à Burdett).

    Voilà… encore faut-il vouloir sortir de sa libido, de Soï Cowboy… bref, de son mini-bar !… Oubliez l’air conditionné, le lounge, le top-roof, le mojito (prononcez mogito en Thaïlande)… et, lorsque votre garçon d’étage vous livrera le room-service (qui vous évite de vous frotter à la réalité des rizières thaïes)… suivez le conseil de Prik, l’inspecteur de Jeff de Pangkhan :
    Laissez tomber la bière Leo ouverte sur le plateau… et fouillez en-dessous du chariot… vous devriez y trouver la vraie bière d’Isan… la Chang !

    Lire « Un os dans le riz », c’est vouloir faire un pas dans la cour de ferme d’un gars qui a attendu plus de 15 ans avant de raconter sa Thaïlande… la Thaïlande !

    Alors, vous comprendrez qu’ensuite… s’intéresser uniquement à son mini-bar… c’est un peu court !

    J’aime Un os dans le riz de Jeff de Pangkhan, j’aime aussi John Burdett… faut les lire tous les deux… surtout Jeff de Pangkhan !

  2. mes sincères félicitations pour cet ouvrage remarquable où us et coutumes, modernisme, fléaux, boudhisme… font parties intégrantes de ce Roman plein d’humour et humanité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.