Janis OTSIEMI : Le festin de l’aube

0
112
Gabon
Janis OTSIEMI - Le festin de aube
-
  • Éditions Jigal le 8 février 2018
  • Pages : 272
  • ISBN : 9782377220311
  • Prix : 18,50 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

En pleine nuit et sous une pluie tropicale, une femme surgie de nulle part vient se jeter sous les roues de la voiture du lieutenant Boukinda. Bouleversé par ce tragique accident, il veut savoir d’où sort cette inconnue, d’autant que son décès semble plutôt suspect… Au même moment, à quelques kilomètres de là, plusieurs individus pénètrent dans un camp militaire et s’emparent de nombreuses armes et d’un stock d’explosifs. Plus tard, c’est dans une ville en ébullition, gangrénée par la violence et la pauvreté, qu’un braquage sanglant transforme le quartier en zone de guerre. Les forces de sécurité, en alerte maximum, sont à la recherche de truands visiblement déterminés. Et c’est tout à fait par hasard que ces deux affaires, apparemment sans aucun rapport, vont se télescoper et révéler un terrible complot… Sur fond de haine, de repli identitaire et de crise électorale, flics et gendarmes vont alors devoir s’épauler pour tenter de déjouer cette conspiration.

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Un grand merci aux éditions Jigal polar pour me faire découvrir d’autres plumes de son staff d’écrivains de talent.

J’avais déjà fait connaissance avec la plume de Janis Otsiemi avec «les voleurs de sexe» (dont vous pouvez retrouver la chronique sur le site).

Une fois encore, nous sommes en Afrique, au Gabon, dans la ville de Libreville. Une jeune femme visiblement pas en état de santé favorable se retrouve percutée par un policier, lorsqu’il conduisit de nuit et qu’il n’a pas vu dans ses phares. Que faisait-elle là en pleine nuit, sur une route et à moitié nue ? Boukinda décide d’enquêter avec l’aide de son coéquipier. Dans le même temps, des vols d’armes de gros calibres a eu lieu dans un camp militaire… Du coup, ce sont deux affaires sous tension qu’il faut résoudre pour les services de police de la petite ville.

Un style court, net, allant à l’essentiel. Pas de dialogues et ni des scènes superflus, l’auteur va directement au but et nous fait entrer rapidement dans le vif du sujet. Des personnages de flics ou autres attachants et qui font plaisir, loin des clichés faciles sur la police. Il est vrai que l’on est en Afrique et que les choses sont différentes là-bas dans le quotidien de ces agents de loi. Une intrigue classique, avec, certes un petit soupçon d’originalité, qui nous convie à la lecture de ce « festin de l’aube » à un récit prenant et rythmé.

Bref un polar comme on les aime où l’on va à l’essentiel.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.