Interview de l’auteur Samuel DELAGE

0
395
France

samuel delageC’est à 17 ans que les rêves et l’écriture se sont rencontrés dans son esprit

 

Pouvez-vous me décrire en quelques mots votre parcours ?

Pour certains, des chemins sont tracés. Pour moi, ce n’était vraiment pas celui de l’écriture. J’ai suivi des études plutôt techniques et scientifiques, je n’accordais que très peu de temps aux matières littéraires, dans lesquelles je ne brillais pas d’ailleurs, hormis la philo. Ecrire des romans aujourd’hui est une sorte de pied de nez amusant à certains préjugés. J’aime cette idée que rien n’est véritablement immuable et que la vie peut nous surprendre au delà parfois de notre imagination.

Comment vous est venu l’envie d’écrire ? A quelle période ?

Si dans ma jeunesse on m’avait dit que j’écrirai des romans plus tard, j’aurais tout simplement pris cela pour une blague. C’est seulement vers l’âge de 17 ans que les mots ont eu davantage de sens à mes yeux. Je brouillonnais quelques textes courts, formant des trames de projet ou des élaborations de scénario. Puis mes études d’ingénieur et la vie d’étudiant ont consommé avec voracité des années que je n’ai pas vu passer. Il m’aura fallu attendre la veille de mes trente ans, lancé dans la vie active et quelques électrochocs de lecture pour que naisse une évidence ; j’allais écrire ! Du moins essayer… Et puis j’ai fait vivre des personnages imaginaires, je venais alors d’appuyer sur la touche « play ». Désormais, il m’est impossible de passer une seule journée sans projet !

Quel est votre ‘modus operandi’ d’écriture ? (Votre rythme de travail ? Connaissez-vous déjà la fin du livre au départ ou laissez vous évoluer vos personnages ?)

Le modus operandi de Samuel Delage est : gère comme tu peux parmi toutes tes obligations ! Ayant une activité professionnelle très prenante à plein temps, ainsi qu’une vie de famille bien remplie, la première étape consiste à exploiter chaque parcelle de temps qui peut sembler inutilisable. Je m’arrange donc pour écrire de temps en temps tôt le matin avant d’aller au travail, je profite de quelques midis, puis le soir et le week-end. En permanence sous des pluies d’idées, je filtre et tente de ne garder que ce qui m’intéresse et sera susceptible de faire vibrer un quelconque lecteur. Tout le jeu de l’écriture pour moi est d’une part de répondre à mon besoin créatif et d’autre part de jouer avec celui qui découvrira mon travail. Je connais dès le départ le dénouement du livre, même s’il peut évoluer au cours de l’écriture, le final est un élément capital pour moi. C’est une sorte de boussole, mais je n’ai aucune idée précise du cheminement pour y arriver. Ce sont les personnages qui commandent, ça, c’est la magie de l’écriture et le côté incroyable et passionnant de cette activité. Il y tout de même des jalons incontournables, qui parfois posent quelques soucis, mais c’est en partant d’une trame simple puis d’un squelette un peu plus élaboré que débute l’écriture d’un roman, chez moi en tout cas.

Il y a-t-il des personnages qui existent vraiment, dont vous vous êtes inspiré ?

Très rarement des personnages sont des répliques exactes de personnes qui existent. Par contre la plupart de mes personnages sont construits avec les caractéristiques de personnes existantes, et pour cela, il n’y a qu’à piocher dans le quotidien ! Ma plus grande expérience en personnage de roman a été d’en faire revivre un que j’ai adoré d’un auteur très célèbre, avec son accord. Franchement, contrôler un personnage qu’on a suivi à travers une trilogie a été grandiose. Je ne l’ai fait que sur quelques pages pour aider mon personnage principal, mais c’est un excellent moment de frisson. A vous de le découvrir dans Arrêt Wagram ;-).

Le parcours a t-il été long et difficile entre l’écriture de votre livre et sa parution ?

L’écriture du premier roman est un moment que j’ai trouvé magique. Quand les premiers lecteurs de mon entourage se sont plongés dans le manuscrit et que leurs avis se sont avérés être très encourageants, le jeu de l’écriture s’est transformé en désir de publication, pour aller plus loin. S’adresser aux grandes maisons pour la première fois, c’est un peu comme se jeter à l’eau sans savoir nager… certains s’en sortent, si si, mais beaucoup se noient. J’ai reçu autant d’encouragement courtois que de lettres de refus. Ce petit jeu a duré un an. Je me suis alors tourné vers les petits éditeurs, là, ça a fonctionné immédiatement. C’est donc par la petite porte que j’ai commencé, et j’entretiens toujours d’excellents rapports avec ce premier éditeur très dynamique. Mon premier livre a reçu un accueil chaleureux auprès des lecteurs, j’ai ensuite eu davantage de chance pour présenter mon second, pour lequel cette fois j’ai pu signer un contrat dans une grande maison, avec même plusieurs propositions !

Avez-vous reçu des remarques surprenantes, marquantes de la part de lecteurs ?

Les remarques et commentaires des lecteurs me sont indispensables, pour le moment, j’ai la possibilité de répondre à tous, c’est un véritable bonheur. Les plus surprenantes m’ont beaucoup touché. Un de mes livres dédicacés à permis à un père de revoir sa fille après 10 ans de séparation par exemple. Voilà une raison évidente d’avoir passé des heures à écrire, cela va au delà de mes espérances et donne un réel sens à mon activité.

Avez vous d’autres passions en dehors de l’écriture (Musique, peinture, cinéma…) A part votre métier, votre carrière d’écrivain, avez vous une autre facette cachée ?

D’innombrables domaines me passionnent, mais une journée ne fait que 24h… quand je n’écris pas, j’écris quand même, en me nourrissant de livres passionnants, de films, de séries, de documentaires, de reportages et surtout du quotidien, de la vie de tous les jours.

Quels sont vos projets ?

De nombreux projets de livres mais aussi d’adaptations sommeillent en moi, mais je n’en dirai pas davantage.

Quels sont vos coups de coeur littéraires ?

Bien que certains genres de lectures occupent une place importante chez moi, je n’en reste pas moins un lecteur très éclectique. J’apprécie à peut près toutes les catégories, alors mes coups de coeur forment une sorte de patchwork du monde littéraire. Pour n’en citer que quelques uns :

  • In Tenebris (M. Chattam)
  • Ne le dis à personne (H. Coben)
  • Millénium 1,2, 3 (S. Larsson)
  • Le vol des Cigognes (JC. Grangé)
  • Da Vinci Code (D. Brown)
  • La délicatesse (D. Foenkinos)
  • Le vieil homme et la mer (E. Hemingway)
  • Des souris et des hommes (J.Steinbeck)
  • L’alchimiste (P.Coelho)
  • La prochaine fois (M. Levy)
  • Et Après (G. Musso)
  • J’aurais préféré vivre (T. Cohen)

Avez-vous un site internet ou un blog où vos lecteurs peuvent laisser des messages ?

Je dispose d’un site internet classique qui me permet de façon simple de partager mes nouvelles. Les lecteurs peuvent m’y adresser des messages personnels. Sinon, j’ai un profil et une page Facebook que je consulte tous les jours !

http://www.samueldelage.com

Merci à Samuel DELAGE de nous avoir accordé cette interview.

Retrouvé la fiche de son livre ici : Arret Wagram

Interview réalisé en septembre 2013

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici