Interview de Claire FAVAN

0
421

claire favanPouvez-vous vous décrire en quelques mots pour vos lecteurs ?

Lectrice passionnée, je me suis un jour lancé le défi d’écrire le roman sur les tueurs en série que j’aurais aimé lire.

D’où vous est venue cette passion de l’écriture ?

J’ai toujours aimé écrire. Faute de discipline, je n’allais pas bien loin. Et puis avec le temps, j’ai eu envie que mes idées prennent corps entièrement et pas seulement comme des ébauches, abandonnées en cours de route. Il aura fallu du temps, de l’énergie et le sujet idéal pour que je termine un premier roman. Ensuite, la machine était lancée. Je ne me suis plus arrêtée.

Que lisiez-vous  étant enfant puis adolescent ?

Enfant, je lisais beaucoup. Je n’ai pas de souvenirs précis, mais de tout. À l’adolescence, j’ai découvert Stephen King. Son livre « Ça » restera, à tout jamais, comme THE livre pour moi. J’aimais les livres durs, fantastiques, l’héroïc Fantasy. Bref, tout sauf la réalité.

Un jour, ma mère a refermé Fête fatale de William Katz en disant qu’elle n’avait jamais lu un livre pareil. Je me suis empressée de le découvrir. Et là, bingo !

J’ai enchaîné avec le silence des agneaux, la trilogie du mal de Maxime Chattam…

Et voilà le résultat…

Avez-vous une méthode de travail spécifique ? Que vous faut-il pour écrire (ambiance, musique, lieu) ? Surtout connaissez-vous d’avance la trame complète de l’histoire avant d’écrire ?

J’ai besoin que les idées s’implantent en moi avant l’écriture. Elles défilent. Celles qui me marquent le plus retiennent mon attention. Je commence à travailler dessus jusqu’à ce qu’elles s’enchaînent en un plan qui couvre la totalité de l’intrigue.

Et c’est parti !

Pour le reste, je n’ai pas de rituel, de manie. J’écris le soir après le boulot. Je n’ai pas de temps à perdre avec des tocs !

Pour revenir à vos romans, que cherchez-vous à démontrer à travers vos livres ? En quoi l’aspect psychologique de vos héros est-elle si importante de « Serre-moi fort » au « tueur intime », où vous semblez là faire un retour aux sources ?

La compréhension des sentiments et la psychologie sont des domaines qui m’ont toujours passionnée. Si j’ai voulu écrire sur ce sujet, ce n’est pas pour étaler de la violence gratuite, mais pour expliquer de façon romancée ce qui peut se passer dans la tête des tueurs en série, mais pas seulement.

La violence est induite par le sujet. Si elle sert mon intrigue, je ne l’élude pas. Je pense que c’est en ça que mes deux premiers romans et serre-moi fort se ressemblent. On y retrouve cette force brute quand elle est nécessaire, une proximité psychologique et un malaise ambiant créé pour bousculer le lecteur et le faire réagir. Je ne cherche pas à démontrer quoi que ce soit, juste à écrire des histoires qui ne laissent pas indifférent.

Claire FAVAN : Apnée noire
Apnée noire

En quoi se distinguent ils finalement de vos deux one shot précédents ?

Avec Apnée noire et Miettes de sang, je voulais aussi prouver que je savais faire autre chose que de l’ultra-violent. Je ne voulais pas me retrouver cataloguée à tout jamais dans un style qui s’il devait être récurrent m’aurait lassée.

J’ai besoin de changement, de toucher des sujets qui m’interpellent. Avec Apnée noire c’était l’idée du duo d’enquêteurs que tout oppose sur une enquête théoriquement déjà résolue. Avec Miettes de sang, tout est lié à Dany. L’intrigue tourne autour de sa personnalité effacée et des efforts qu’il doit fournir pour aller au bout de son enquête.

Sont-ils inspirés de faits réels ou totalement Fictifs ?

Je n’écris que des fictions. La réalité, c’est la vie de tous les jours, les infos et le monde qui ne tourne plus rond, la pollution, le gaspillage des ressources, les extinctions d’espèces animales au seul profit de l’homme, les guerres, le terrorisme…

Avez-vous d’autres passions en dehors de l’écriture (Musique, peinture, cinéma…) A part votre métier, votre carrière d’écrivain, avez-vous une autre facette cachée ?

Deux vies en une, c’est déjà pas mal… Les miettes de temps qu’il me reste, je les passe avec ma famille, à la salle de sport, à regarder des films ou des séries ou à lire. Et des fois, je dors !

Sur quoi travaillez-vous aujourd’hui ? Avez-vous des projets ?

J’ai commencé à écrire mon sixième roman. Les projets ne manquent pas, mais faute de temps, je ne peux mener les mener tous de front.

Avez-vous un site internet, blog, réseaux sociaux où vos lecteurs peuvent vous laisser des messages ?

J’avais un blog, mais je ne l’alimentais plus. Plutôt que de laisser un site en friche, j’ai préféré le supprimer. Aujourd’hui, je suis uniquement sur Facebook. C’est là que les lecteurs sont à peu près sûrs de me trouver.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.