Henri VERNET : Article 36

0
633
France
Henri VERNET - Article 36
-
  • Éditions JC Lattès le 27 février 2019
  • Pages : 280
  • ISBN : 9782709663175
  • Prix : 19,00 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

13 janvier 2020, l’aube, les chars Leclerc pénètrent dans Paris. A Marseille, des unités d’infanterie et des blindés légers quadrillent les quartiers nord en liason avec la police et la gendarmerie.

Le président de la République décrète la mise en œuvre de l’article 36 de la Constitution : l’état de siège est proclamé sur tout le territoire et les militaires prennent le contrôle du pays. La sécurité nationale relève désormais des généraux, qui ont la main haute sur les forces de l’ordre et sur les fonctionnaires, qui instaurent des tribunaux militaires, suspendent le cours normal de la vie publique et dominent les médias, les syndicats et les réseaux sociaux.

L’article 36 est un dispositif oublié, hérité des régimes troublés du XIXe siècle, qui n’a jamais été activé depuis la Seconde Guerre mondiale mais qui est resté inscrit dans les constitutions successives.

Si le Président s’est résolu à faire appel au général Maxime Gerfaut, c’est que le pays, frappé par une nouvelle vague d’attentats monstrueux, est en proie à de graves émeutes en banlieue et à des tentatives de sédition de groupes extrémistes. Mais après un bref rétablissement de l’ordre, le général veut aller plus loin et le pays se divise : une partie de la population applaudit l’apparente paix retrouvée tandis que l’autre se révolte contre le régime militaire.

Ce livre est évidemment une pure fiction, un thriller politique. Il ne s’agit pas d’un essai ni d’un témoignage. Il est le fruit d’une enquête patiente et rigoureuse, nourrie d’entretiens avec des responsables clés des armées, des services de renseignement, de la police et de la gendarmerie ; avec des juristes, des constitutionnalistes, des spécialistes de l’opinion publique, des femmes et des hommes politiques…

Ce qui est raconté et décrit dans l’ouvrage est imaginaire, mais tout pourrait parfaitement arriver. C’est tout l’enjeu de cette fiction « vraie ».

L’AVIS DE YANNICK P.

A l’heure où des gilets jaunes barbequettent aux ronds points et alors que des black blocs occupent leurs samedis à casser du flic et de la vitrine, Article 36 est résolument dans l’air du temps.

Un pays sous tension, un monde politique fait de coups tordus, un général auréolé d’un coup d’éclat humanitaire, des cabinets sombres prêts à tout pour conserver leurs prérogatives et le pouvoir qui en découle, une proche du président quasi championne d’échecs, une communicante avec un brin de conscience, bref un thriller qui flirte avec la réalité.

Il ne suffit de pas grand chose pour que le pays bascule et que cet article 36 soit mis en place.

Article 36

L’état de siège est décrété en Conseil des ministres. Sa prorogation au-delà de douze jours ne peut être autorisée que par le Parlement.

Nous sommes en 2020, c’est demain. Les blindés pénètrent dans Paris. À Marseille, dans les quartiers nord, des unités d’infanterie et des blindés légers surgissent comme dans toutes les banlieues difficiles. Le terrorisme, tout ce qui fait peur à monsieur Durant et à madame est visé par un grand nettoyage légal. Bref la mise en place de l’article 36, un vieux truc du XIXe siècle, n’ayant jamais été mis en œuvre depuis la seconde guerre mondiale, est activé.

Rédacteur en chef-adjoint Parisien et Aujourd’hui en France, Henri Vernet est à mon sens un poil trop technique parfois. Cela nuit un peu à la dynamique de l’histoire. Mais le fond est digne d’intérêt. Rester dans les clous de la démocratie doit être un challenge quotidien car elle est fragile et nous citoyens devons en être les premiers garants.

L’AVIS DE HÉLÈNE B.

Article 36 est un roman troublant qui fait écho à l’agitation sociale que connaît la France depuis quelques mois. On ne peut s’empêcher à chaque page de calquer la fiction à la réalité.

Cardignac est un jeune président qui se trouve confronté à une grogne sociale importante et à une succession d’attentats terroristes. Il décide de décréter l’état de siège que permet l’article 36 de la constitution. Il faut savoir que cet outil juridique n’a jamais été utilisé pendant la cinquième république. Il permet à l’armée de prendre le contrôle du pays pendant 12 jours.

Henri Vernet, journaliste, a conçu un thriller riche en actions et en rebondissements tout en se voulant instructif. Dans une première partie, il décrit la mise en place de cet article, les soutiens politiques et les désaccords. La fiction laisse une place importante aux détails juridiques et historiques. Le lecteur apprend beaucoup de choses sur l’organisation de l’état, de l’armée et de leurs relations. Puis on assiste à l’entrée des chars dans Paris et les banlieues, à la sidération d’une partie de la population et au soutien indéfectible d’une autre . Le général Gerfaut a été choisi pour mener à bien la mission, l’auteur s’efforce alors de nous montrer que le pouvoir attire le pouvoir et que la république peut vitre être menacée. Mais il s’efforce aussi de montrer comment les secrets d’état, les convoitises des uns et des autres peuvent mener un pays dans le chaos.

Vernet a mené un vrai travail intéressant auprès de spécialistes ce qui fait de ce thriller politique une mine d’informations aussi instructives qu’inquiétantes. Ce thriller a avant tout une visée didactique tout en semant le trouble dans nos esprits.

 

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici