Harry BINGHAM : La mort pour seule compagne

0
178
Royaume-uni

INFOS ÉDITEUR

Harry BINGHAM : La mort pour seule compagne
La mort pour seule compagne

Parution aux éditions Presses de la Cité en Avril 2013

Parution aux éditions 10/18 en Avril 2014

Traduit par Valérie Malfoy

Toute jeune recrue de la brigade criminelle du commissariat central de Cardiff, Fiona Griffith n’est pas particulièrement appréciée de sa hiérarchie ni de ses collègues. Rebelle, à fleur de peau, elle semble préférer la compagnie des morts, qui exercent sur elle une attraction pour le moins étrange, à celle des vivants. Véritable handicap social au quotidien, cette fascination morbide s’avère un atout sur une scène de crime. Car face aux cadavres d’une prostituée et de sa fillette, retrouvées sauvagement assassinées dans un squat, Fiona perçoit des choses qu’aucun de ses coéquipiers n’est en mesure de saisir…

(Source : Presses de la Cité – Pages : 456 – ISBN : 9782264062550 – Prix : 8,80 €)

L’AVIS DE LUCIE MERVAL

Fiona Griffiths vient d’intégrer le commissariat central de Cardiff. Têtue, un peu étrange, ayant certaines zones d’ombre, un trou dans son cv, elle n’est pas particulièrement appréciée par ses collègues ni ses responsables. Souvent cantonnée à des tâches comme la recherche d’éléments dans des gros dossiers, elle va peu sur le terrain…Une affaire va peut être changer la donne : le meurtre d’une prostituée et de sa fille dans des conditions atroces.

Fiona n’est pas une femme comme les autres. Il est difficile pour elle d’avoir des rapports simples avec les humains « Je ne suis pas très douée pour éprouver des sentiments. Les sentiments banalement humains qui jaillissent d’instinct en soi comme l’eau jaillit d’une source, irrépressible, limpide, et aussi naturellement qu’on chante… » (P.21). A l’inverse, elle se sent proche des morts. Le cas de cette petite fille va devenir une obsession au point d’accrocher des photos d’elle décédée, dans son appartement. N’écoutant que son instinct et ces échos presque surnaturels, elle va creuser les pistes, quitte à sortir des clous et à subir les remontrances de ses supérieurs.

L’enquête est intéressante et bien menée mais ce qui m’a vraiment accroché est ce personnage (d’autant plus que le récit est à la première personne). Une héroïne tête brûlée qui nous émeut par son inaptitude à entretenir des rapports sociaux simples, pour qui un rencart, c’est l’enfer (Au fait, comment ça marche ?!) mais qui à côté de ça, a un don naturel pour faire parler les témoins, les victimes et donc faire progresser l’enquête. Au fur et à mesure de la lecture, nous découvrons par petites touches les fêlures de Fiona comme parfois cette sensation de se sentir morte et donc proche de ceux qui le sont vraiment…

Une agréable découverte que ce roman policier !

Je lirais certainement la suite des aventures de Fiona dans « Jusqu’à ce que la mort les réunisse » (Presses de la Cité)

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.