Harlan COBEN : Faute de preuves

0
1678
Etats-unis

INFOS ÉDITEUR

harlan coben-faute-de-preuves

Parution aux éditions Belfond le 03 mars 2011

Parution aux éditions Pocket en mars 2012

Traduit par Roxane AZIMI

Aux États-Unis, de nos jours.

Bonne élève, sportive, les pieds sur terre, Haley McWaid, 17 ans, est la fille dont rêvent tous parents. D’où la surprise de sa mère quand elle découvre que sa fille aurait découché. Et son affolement quand elle ne parvient pas à la joindre. Et son désespoir quand, après trois mois, on est toujours sans nouvelles de la jeune fille.

Wendy Tines a sa petite idée. Mère célibataire d’un ado, cette journaliste ambitieuse travaille de concert avec la police pour un programme télé chargé de débusquer les délinquants sexuels. Sa dernière prise, Dan Mercer, un éducateur pour enfants.

Tandis que toute la ville est sur les dents, à la recherche d’un prédateur sexuel, Wendy va découvrir que l’affaire Mercer va l’entraîner beaucoup plus loin que tout ce qu’elle aurait pu imaginer…

Traque sur internet, délinquance sexuelle, confréries malfaisantes, jeux adolescents qui tournent mal, vengeance…

Le maître de nos nuits blanches a encore frappé.

(Sources : Belfond – Pages : 384 – ISBN : 9782714445704 – Prix : 22,30 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Nimim ne crede colori *

Dan Mercer avait tout pour être l’éducateur pour adolescents de référence. Proche des jeunes, toujours disponible. Même son ex-femme est de cet avis, elle lui confie régulièrement la garde de leur fille et de son nouvel enfant.

Cette image vole en éclat lors de la diffusion en direct d’une émission sur la traque des pédophiles. Dan est-il en vérité un prédateur sexuel ? La journaliste Wendy en est convaincue, du moins dans les premiers temps. Des zones d’ombre planent sur ce dossier. Que penser de Dan ?

Une jeune fille a disparu. Ce qui a touché toute la communauté. On ne peut pas laisser sévir des individus qui menacent la sécurité des ados et des enfants.

Harlan Coben entraine son lecteur dans un récit très crédible de la première à la dernière ligne. Pas de lapin tiré du chapeau dans les dix dernières pages ce qui a pu être le défaut de certains textes précédents.

Il ouvre un véritable débat sur la présomption d’innocence et sur ce qu’il advient des personnes accusés de pédophilie ainsi que leurs proches. Le doute plane et trouble le lecteur. Car des premières lignes on s’attache à Dan mais il est pris en flagrant délit. A-t-il pu commettre des actes aussi répugnants ? On aimerait croire en lui mais c’est difficile et en même temps, il a l’air tellement fragile et blessé.

Un très beau portrait sur sa famille qui le soutient malgré tout.

Faute de preuves n’entre peut-être pas dans « mes Coben cultes » néanmoins j’ai vraiment aimé me plonger dans cette histoire et c’est un roman de suspense très agréable à lire.

(* : Ne vous fiez pas aux apparences)

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.