Guillermo DEL TORO et Chuck HOGAN : La lignée – Tome 1 – La lignée

0
117
Etats-unis

La lignée est écrit avec force, énergie : des images très fortes jaillissent devant les yeux des lecteurs

INFOS ÉDITEUR

lignee - del toro

Parution aux éditions Presses de la Cité le 17 septembre 2009, octobre 2010

Parution aux éditions Pocket le 07 octobre 2010

Tapis dans l’ombre, les vampires sont là depuis toujours, à attendre.

Leur heure est à présent venue. Dans une semaine, Manhattan aura disparue.

Dans trois mois, les Etats-Unis auront été rayés de la carte.

Dans six mois, notre monde ne sera plus qu’un vieux souvenir…

(Sources : Presses de la Cité – Pages : 445 – ISBN : 978-2258087682 – Prix : 21,50 €)

L’AVIS DE LUCIE MERVAL

Personne ne pourra y échapper

Aux Etats-Unis, à l’heure de la psychose d’une guerre bactériologique et encore sous le choc du 11 septembre 2001, un avion se pose sur l’aéroport JF Kennedy, toutes lumières éteintes… A son bord, plus d’une centaine de passagers morts, a priori paisiblement…Une équipe d’épidémiologistes est dépêchée sur place. Lorsque le soir, tous les corps disparaissent de la morgue, que les 4 survivants présentent des symptômes bizarres et que des évènements étranges se produisent à New-York, Ephraïm comprend qu’une grave menace plane sur la ville voire sur l’humanité… A l’aide de son équipière et d’un mystérieux prêteur sur gages, ils décident de se battre !

Une vision moderne du thème du vampire. Ceux-là font vraiment froid dans le dos car tout le monde peut le devenir rapidement, et ainsi faire de New York, une ville apocalyptique. En effet, le vampire est abordé de façon quasi médicale. Le vampirisme est décrit comme une sorte de virus qui oblige le corps humain à subir une mutation. La Lignée a un côté très visuel, entre film fantastique et film catastrophe… Au-delà du thème du vampirisme, il y a une peinture de la société américaine quand aux moyens de renforcer sa sécurité face à des menaces éventuelles… Un livre de genre qui oscille entre thriller et fantastique, une réussite ! Vivement la suite !!!


L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Contaminée par les vampires !

Un avion se pose sur la piste et ne donne plus aucun signe de vie. Les téléphones sonnent dans le vide. On craint d’abord une attaque terroriste mais finalement c’est une brigade gérant les virus qui va être dépêchée sur place… Une éclipse va bientôt plonger la ville dans les ténèbres…

Une force inquiétante règne dès les premières lignes, invisible pour les enquêteurs, invisible pour le lecteur. L’atmosphère est à la fois envoûtante et inquiétante. Les personnages sont très attachants mais on craint pour leur survie, ils peuvent disparaitre ou pire, être contaminés…

Le vampire que l’on verra apparaitre n’est pas un être qui vous fera rêver, fini l’idée d’un langoureux baiser  vampirique dans le cou… Il sera là où vous ne le verrez pas, tapi dans l’ombre des pages. Le nombre des victimes, le nombre des lecteurs ne va faire que de croître de jour en jour… Les vampires vont bientôt contaminer le monde et vous, de quel côté de la barrière serez-vous ?

La lignée est écrit avec force, énergie : des images très fortes jaillissent devant les yeux des lecteurs, l’ouïe est mise également en éveil dès le début avec ses téléphones qui sonnent dans le vide, sans oublier un son  récurrent dont vous parlera une vieille dame… pic, pic, pic… Les odeurs de cette terre étrange… Tous les sens sont en éveil, en alerte !

Le vampire est un prédateur, et l’homme ? Victime ou bourreau ?

Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte que j’ai eu à la lecture de ce roman. Je l’ai commencé à 9h du matin, je l’ai refermé à 2h du mat (les yeux injectés de sang) contaminée par ce texte fabuleux avec l’envie très forte de me plonger dans la suite de cette trilogie. Un premier opus, comme vous l’aurez compris, captivant.

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.