Guillaume RAMEZI : Derniers jours à Alep

0
303
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

Guillaume RAMEZI - Derniers jours a Alep
Derniers jours à Alep

Parution aux éditions French Pulp le 18 janvier 2018

Mathias est un jeune cancérologue émérite. Cancérologue par vocation. Ce mal a emporté son père lorsqu’il était enfant. Seulement quand 25 ans plus tard, il voit apparaître le visage de son père sur une chaîne info, sa vie bascule. D’autant que l’homme est recherché pour terrorisme… Mathias se lance alors dans une traque hasardeuse pour retrouver son géniteur. Il ne peut se douter des dangers qui l’attendent. Il arrive au moment même où cette organisation s’apprête à semer la terreur sur l’Occident, à le mettre à ses pieds… Mathias aura-t-il le courage d’aller jusqu’au bout ? Saura-t-il affronter les secrets qu’il veut percer ?

(Source : French Pulp – Pages : 336 – ISBN : 9791025102947 – Prix : 18,00 €)

L’AVIS DE STANISLAS PETROSKY

Un premier roman…

Encore un, logique, avant d’être un auteur de talent, un écrivain reconnu, il faut avoir fait un premier roman. Celui qui essuie les plâtres comme l’on dit. Le premier qui est plein de petits défauts, qu’il faudra corriger si l’on veut continuer sur la voie littéraire…

Sauf que dans ce roman ci, et bien on sent déjà que le garçon à de l’avenir.

C’est parfois à se demander combien de manuscrits ont été écrits par l’auteur avant d’en envoyer un, qu’il jugeait plus abouti, à une maison d’édition…

Derniers jours à Alep est un roman d’espionnage à la trame qui sort des sentiers battus, ce qui est déjà une bonne chose, mais surtout Ramezi maitrise totalement le rythme de son livre. Aucun rebondissement tombe à plat, chaque lot de surprises arrive quand il le faut.

Et même quand on en vient à subodorer le final, il sait surprendre son lecteur.

De plus, sa plume est fluide, agréable, son imaginaire est riche et travaillé, une belle découverte !

Le souci de ce genre de premier roman, c’est que Guillaume Ramezi va rencontrer le même problème que Christophe Dubourg, Nicolas Duplessier et Éric Chavet, je vous attends au tournant pour votre second opuscule…


L’AVIS DE YANNICK P.

Un premier roman édité chez French Pulp. Que ça fait du bien ! Derniers jours à Alep, on n’y parle pas que savon. C’est un roman d’espionnage mélangeant habillement la quête d’un homme à la recherche de son père sous couvert de bioterrorisme et d’attentat en devenir. Et ma foi, si on oublie l’impression du roman (la police de caractère aurait pu être un poil plus grosse, et oui, je vieillis) c’est d’autant plus captivant que les bons romans d’espionnage se font rares et que Ramezi dépoussière cela en y injectant une bonne dose d’introspection.

Chez Ramezi, les apparences peuvent être trompeuses. Si ce roman semble se lire facilement, s’il tourne autour de peu de personnages, ils sont psychologiquement riches. Au-delà de l’intrigue, tourne autour des points de vue des deux personnages principaux Mathias & El Mansour. Tout se bâtit sur leur quotidien, leurs questions qui raisonnent dans les tréfonds du cerveau du lecteur. L’idéalisme ? Jusqu’où pouvons-nous, voulons-nous aller dans une quête de vérité ? Faut-il creuser les secrets enfouis à la mort d’un proche ?

Guillaume Ramezi maitrise l’écriture et le suspense. Agréable à lire, son texte est, à bien des égards souvent émouvant quand, il nous coince au détour d’une page dans une réflexion sur la a perte du père. Quand il s’interroge, c’est à travers ce prisme de la recherche du père, qu’apparait notre identification, le manque, la souffrance, dus à la perte d’un être cher. L’illusion ou l’image que nous nous en faisons, celle que l’on aurait aimé se forger.

Mais ce qui aurait pu être une histoire familiale, prend soudainement une autre dimension. Mathias, cancérologue à la vocation chevillée au corps depuis l’enfance, voit apparaître le visage de son père à la TV. Deux problèmes surgissent. Son père est mort depuis 25 ans. L’homme sur l’écran, El Mansour, est recherché pour terrorisme. De doutes en certitudes, Mathias, soutenu par ses deux amis, Marie et Ahmed, mène sa quête sans se douter un seul instant dans quoi il met les pieds. Car ce béotien enquêteur, voit son univers se déchirer. Ce médecin respecté bascule dans une course contre la montre. Quand il s’agit de bioterrorisme et d’espionnage, la vérité, les faux semblants, et les apparences sont trompeurs. Accepter la vérité a forcément un prix.

Guillaume Ramezi signe avec Derniers jours à Alep un beau renouveau du genre. Ça va vite. Les chapitres se bousculent. On zappe de Mathias à El Mansour. L’envie, l’espoir, la peur, l’animosité, tenaillent le lecteur. On marche, on plonge dans cette histoire.

 

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Jeune quinqua fringuant, serial Lecteur addict au roman noir" pour le reste, père aimant de 2 ados, marketeur de profession et amateur de whiskys, vins et de cuisine conviviale et auteur de TU JOUES TU MEURS !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.