Gabino IGLESIAS : Santa muerte

0
738
Gabino IGLESIAS - Santa muerte
-

Présentation Éditeur

Santa Muerte, protegeme…

Austin, Texas. Tu t’appelles Fernando, et tu es mexicain. Immigré clandestin. Profession ? Dealer. Un beau jour… Non, oublie  » beau « . Un jour, donc, tu es enlevé par les membres d’un gang méchamment tatoués qui ont aussi capturé ton pote Nestor. Pas ton meilleur souvenir, ça : tu dois les regarder le torturer et lui trancher la tête. Le message est clair : ici, c’est chez eux.

Fernando croit en Dieu, et en plein d’autres trucs. Fernando jure en espagnol, et hésite à affronter seul ses ennemis. Mais avec l’aide d’une prêtresse de la Santería, d’un Portoricain cinglé et d’un tueur à gages russe, là oui, il est prêt à déchaîner l’enfer !

Écartelé entre deux pays, deux cultures, deux traditions, Fernando est un antihéros des temps modernes. Quand toutes les frontières se brouillent, seul un nouveau genre littéraire peut dessiner le paysage. Gabino Iglesias invente donc ici le barrio noir. Il y conjugue à merveille douleur et violence de l’exil, réalisme social et mysticisme survolté, mélancolie et humour dévastateur.

Origine Flag-ETATS-UNIS
Éditions Sonatine
Date 20 février 2020
Éditions 10/18
Date 1 avril 2021
Traduction Pierre SZCZECINER
Pages 192
ISBN 9782264077424
Prix 7,10 €

L'avis de Stanislas Petrosky

La première question que tu es en droit de te poser lorsque tu commences la lecture de ce livre, c’est : est-ce que Gabinos Iglesias est un pseudonyme de Tarantino. Surtout question rythme, ça pulse tellement que tu ne vois pas les pages filer sous tes yeux. Et question violence, tu es servi, genre : il y en a un peu plus, j’vous laisse quand même ?

Fernando, le narrateur, est un drôle de type, originaire du Mexique, qu’il a fui, il deale à Austin pour Guillermo. Mais le business de ce dernier fait rêver des bandes rivales, surtout une. Alors ça va se castagner sévère pour conserver le territoire.

Pourtant au départ, Fernando n’est pas un vrai dur, un type qui passe plus de temps à prier qu’à vendre sa came.

Un roman noir efficace qui fait le boulot comme on dit. Un style nerveux qui convient à la violence de l’ouvrage.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.