E. M. FORSTER : La machine s’arrête

0
84
E. M. FORSTER : La machine s’arrête
-

Présentation Éditeur

  • Préface de Pierre Thiesset
  • Postface de Philippe  Gruca et François Jarrige

La Machine nous a volé le sens de l’espace et du toucher, elle a brouillé toute relation humaine, elle a paralysé nos corps et nos volontés, et maintenant, elle nous oblige à la vénérer. La Machine se développe – mais pas selon nos plans. La Machine agit – mais pas selon nos objectifs. Nous ne sommes rien de plus que des globules sanguins circulant dans ses artères.

Publiée en… 1909, cette stupéfiante anticipation écrite par le grand auteur britannique E. M. Forster (1871-1970) dépeint une société dans laquelle tous les besoins sont satisfaits par une machine omnipotente. Dans leur désir de confort total, leur obsession de se maintenir à distance des autres et du monde physique, et après avoir exploité les richesses de la nature, les humains s’en remettent donc à la seule technique, devenue leur idole.

Origine Flag-ROYAUME-UNI
Éditions Le Pas de Côté
Date  5 juin 2014
Éditions L’Échappée
Date 10 septembre 2020
Traduction Laurie DUHAMEL
Pages 112
ISBN 9782373090765
Prix 7,00 €

L'avis de Stanislas PETROSKY

La machine règne sur le genre humain, pour faire ça, elle y est allée progressivement.

Elle l’a d’abord diverti, puis doucement, elle s’est mise à satisfaire tous ses besoins, si bien que l’homme a perdu ses repères avec ses contemporains. Les relations sociales ont pris cher. Pas vraiment grave, enfin c’est ce qu’il croit, puisque la machine agit selon et pour lui, du moins c’est ce qu’il croit.

OK, tu vas me dire, ouais, encore une fable sur l’IA, l’internet, les réseaux sociaux, la domotique, toussa-toussa, tu sais qu’il y en a d’autres hein ? Puis que ce n’est pas très compliqué de faire une critique, un petit pamphlet de notre époque.

Non, tu n’as pas vraiment tort, sauf qu’il me reste encore un détail plus qu’intéressant à te révéler : c’est une réédition…

Ce très court livre d’anticipation est paru en 1909, tu le vois venir le côté « putain, le mec il avait tout compris, un peu comme Jules Vernes ! ». Il y a plus d’un siècle, un écrivain avait capté que l’on finirait par merder avec les « machines », les ordinateurs, sauf que là encore, il y a un os, Electronic Numerical Integrator and Computer, ou plus simplement, ENIAC, le premier ordinateur de l’histoire, a été construit par l’armée américaine au cours des années 1940, afin de calculer la trajectoire des tirs d’artillerie, donc en 1909, hein…

C’est exactement ça qui fait l’intérêt de cette lecture…

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.