David KOEPP : Chambre froide

0
157
David KOEPP - Chambre froide
-

PRÉSENTATION ÉDITEUR

S’il est sur vous, c’est qu’il est déjà trop tard.

1987. Sur le territoire australien, des expériences de laboratoire menée à des fins curatives aboutissent à un vrai massacre  : tous les individus qui ont été au contact de l’échantillon de champignon-test sont morts, leurs corps disloqués en charpie.

Deux agents de la Défense Nucléaire arrivent sur place… bien trop tard. Ils parviennent seulement à confiner l’échantillon dans un laboratoire de stockage du Kansas, dans un environnement qui devrait l’empêcher de se développer.

2019. Deux employés du centre de stockage, Teacake, fraîchement sorti de prison et sa collègue Naomi, aussi intelligente que sarcastique, sont témoins d’une activité anormale au quatrième sous-sol. Le champignon a échappé au contrôle de la chambre froide. Il cherche déjà des organismes-hôtes pour sa survie… et leur destruction.

En comptant surtout sur les neurones de Naomi, ils vont devoir sauver leur peau. Et empêcher la propagation de ce champignon aussi meurtrier qu’adaptable.

Le premier roman du scénariste de Jurassik Park, Spider-Man, Indiana Jones, La Guerre des mondes et Mission impossible

Considéré comme l’un des scénaristes les plus populaires de tous les temps, David Koepp est capable d’exceller dans tous les genres et son travail connaît un succès à la fois critique et commercial.

Origine

Etats-unis

Éditions HarperCollins
Date 6 novembre 2019
Traduction Thibaud Eliroff
Pages 352
ISBN 9791033904380
Prix 21,50 €

L’AVIS DE CATHIE L.

Chambre Froide David Koepp

Scénariste et réalisateur américain, David Koepp, né en 1963 à Pewaukee dans le Wisconsin. Sa mère était thérapeute familiale et son père possédait une entreprise d’affichage. Il est un des scénaristes américains les plus populaires avec un total brut de 2,3 milliards de recettes au box-office aux Etats-Unis. Grâce à son indéniable talent, David Koepp a atteint le succès critique et commercial dans une grande variété de genres : thriller, science-fiction, comédie, action, drame, crime, super-héros, horreur, aventure et fantaisie. Il est également l’auteur de romans de science-fiction.

Parmi les films qu’il a écrits, les plus connus sont : Jurassic Park en 1993; Mission Impossible en 1996 ; Lost World : Jurassic Park en 1997 ; Spider-Man en 2002 ; War of the Worlds en 2005; Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal en 2008 ;  Angels et Demons en 2009 ; Jack Ryan : Shadow Recruit en 2014.

Chambre Froide, Cold Storage en version originale parue en 2019, a été publié par les éditions Harper Collins en 2019 pour la traduction française, dans la collection Harper Collins Noir. Le ton est léger, oscillant entre sarcasme et parodie : « Alors qu’il se tenait sur le toit, à essayer de comprendre ce qui était arrivé aux habitants de ce village condamné, le champignon s’affairait entre les crampons de la botte droite du Dr Héro Martins. Cette semelle de caoutchouc rigide entre la botte et le pied de la scientifique constituait un obstacle, et s’il y avait bien une chose que Cordyceps novus détestait, c’étaient les obstacles. » (Page 45). Le ton parfois désinvolte empêche le lecteur de prendre la menace, pourtant bien réelle, au sérieux, comme dans les farces : « Le nirvana, pour Cordyceps novus. La botte, aussi ample que le reste de la combinaison Hazmat, avait été conçue pour favoriser la circulation de l’air et ainsi empêcher son porteur de surchauffer à l’intérieur. L’appareil respiratoire abritait un petit ventilateur pour la diffusion de l’oxygène, ce qui signifiait qu’un flux constant d’O2 irriguait en permanence l’intérieur de la combinaison. Des filaments de fongus reconnaissants se muèrent en vrilles délicates qui se laissèrent porter vers le haut par un courant chaud de CO2, et atterrirent discrètement sur la peau de la jambe nue droite de Héro. » (Page 49).

1987. Trini et Roberto, membres de l’Air Force, détachés auprès de la DNA, l’Agence de défense nucléaire américaine, partent en mission en Australie avec le Dr Martins. Suite à la chute de débris de la station spatiale Skylab, dans le désert de Gibson, près d’un village isolé du nom de Kiwirrkurra Community, la Nasa reçoit un message: quelque chose de bizarre serait sorti du réservoir d’oxygène auxiliaire de la station.

Six ans plus tard, les gens du village ont commencé à mourir comme des mouches, leurs corps atrocement mutilés. Il semblerait que le champignon contenu dans le réservoir ait été réactivé et modifié génétiquement par l’environnement chaud du désert, favorable à sa croissance, devenant ainsi extrêmement dangereux : « Tous ceux qui ont été en contact avec lui sont morts. Le taux d’attaque secondaire est lui aussi total, le temps de génération immédiat et la période d’incubation…on ne sait pas, mais de moins de vingt-quatre heures, ça ne fait aucun doute. » (Page 48).

Trini, Roberto et le Dr Martins arrivent trop tard pour sauver les habitants, mais néanmoins juste à temps pour prélever un échantillon du champignon tueur. La zone est entièrement détruite par le feu, éradiquant définitivement, pense-t-on, la terrible menace.

2019. Trente-deux ans plus tard, deux employés d’un complexe de stockage situé en Arizona, sont témoins d’une activité suspecte au quatrième sous-sol. Roberto, désormais à la retraite, est envoyé sur place afin d’évaluer la réalité d’une menace et de faire son rapport. Personne ne se doute que l’arme bactériologique la plus mortelle vient de se réveiller…

Des endroits comme hors du temps, loin de toute activité humaine ordinaire, comme oubliés :

Kiwirkurra dans le déserte australien « comptait une petite douzaine de bâtiments de plain-pied non peints, mais décorés d’un patchwork coloré de bois de récupération et de panneaux de particules fournis aux résidents par la commission de relocalisation. Pour une ville nouvelle, son plan ne semblait pas franchement avoir été défini -des structures alignées de part et d’autre d’une rue principale et quelques bâtiments excentrés ajoutés postérieurement, sans doute par une deuxième vague d’arrivants qui préféraient ne pas être trop près de leurs voisins. » (Page 38).

omplexe de stockage : « L’immense complexe s’étendait au coeur même des falaises, si bien que pour éviter aux camions venant de Kansas City de faire un long détour, le corps des ingénieurs de l’armée avait creusé deux entrées, une de chaque côté de l’énorme caillou. Atchinson avait donc deux zones d’accueil et deux réceptionnistes présents en même temps mais travaillant sur des secteurs distincts. » (Page 75)… « Le couloirs central traversant le rez-de-chaussée du complexe de stockage s’étirait sur soixante mètres, bordés de chaque côté par trente portes de garages blanches ajourées. » (Page 119).

Chambre Froide est sans conteste un thriller apocalyptique bien ficelé dont le scénario donne froid dans le dos, justement parce que ce n’est pas de la science-fiction. Un tel péril n’est, finalement, pas si éloigné de nous que nous voulons bien le croire.

Toutefois, mon enthousiasme pour ce roman est mitigé par les nombreuses digressions qui freinent le déroulement de l’intrigue et les termes et explications parfois trop scientifiques.
Le + : l’humour grâce auquel David Koepp désamorce l’angoisse latente qui s’empare du lecteur dès qu’il laisse son imagination s’emparer du scénario afin d’en faire une réalité. Notamment les aléas des mutations de Cordyceps noveus, ce champignon mutant qui se comporte comme s’il avait une conscience : « Dans la combinaison de Héro, Cordyceps noveus trouva ce qu’il cherchait: une petite égratignure. »« Alors qu’ils se tenaient sur le toit, à essayer de comprendre ce qui était arrivé aux habitants de ce village condamné, le champignon s’affairait entre les crampons de la botte droite du Dr Héro Martins. » (Page 45)

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.