Danila COMASTRI MONTANARI : Les enquêtes du sénateur Publius Aurélius Statius – Cave canem

0
842
Italie

INFOS ÉDITEUR

cave canem

Parution aux éditions 10/18 collection Grands Détectives n°3701 en novembre 2004.

1° enquête du sénateur Aurélius.

Dans la Rome antique du Ier siècle après Jésus-Christ, le sénateur Publius Aurélius Statius, nourrit une insatiable curiosité pour les énigmes.

Epicurien convaincu, ce séducteur impénitent n’hésite pas à mettre son intuition au service de ses amis pour déjouer crimes, vengeances et complots.

Secondé par Castor, un esclave aussi rusé qu’insolent, et par l’excentrique Pomponia, il promène sa toge blanche dans l’intimité d’une pax romana pas si paisible que ça.

Parti pour quelques jours de vacances chez un riche ami pisciculteur, Publius Aurélius arrive dans une maisonnée en deuil : le corps sans vie du fils aîné vient d’être repêché dans le bassin des murènes.

Au sein de cette famille gangrenée par les secrets et les rancœurs, Aurélius pressent que le crime a un parfum de vengeance…

(Source : 10/18 – Pages : 251 – ISBN : 978-2264037923 – Prix : 7,40 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Attention à ce roman !

Ier siècle avant J.C, le corps sans vie du fils ainé d’une grande famille est repêché dans le bassin des murènes. Accident, meutre ou malédiction ?

Ami de la famille, le sénateur Aurélius mène l’enquête.

J’aime beaucoup cette série de romans policiers historiques se déroulant dans la Rome antique. Les personnages sont très attachants : le Sénateur Aurélius intelligent et séducteur (mais les années passent…), son esclave Castor rusé, insolent et irrésistible pour la gente féminine (au grand regret de son maître) et l’excentrique Pomponia (toujours au courant des rumeurs de Rome, bien utile pour les enquêtes d’Aurélius). Les enquêtes sont passionnantes et ponctuées d’humour.

Mais surtout c’est une véritable immersion dans l’antiquité : dans Cave canem c’est la découverte de la vie dans une « villa » où vit toute la famille au sens étymologique du terme c’est à dire les parents, leurs enfants, leurs époux(ses) ainsi que les esclaves. L’auteur utilise des mots romains dans ses ouvrages ce qui donnent une véritable musicalité au texte.

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.